Site littérature jeunesse de lille 3

La première fois dans la littérature adolescente (mini thèse)

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Le premier rapport sexuel est une étape importante de la vie, il arrive en général lors de l’adolescence. Celle-ci se situe entre l’enfance et le passage à la vie adulte. Elle est marquée par des transformations physiques, psychologiques et sociales qui font que c’est une période parfois difficile à passer. La sexualité est un sujet désormais intégré aux mœurs que l’on retrouve dans de nombreux livres, et ce pour tous les âges car des albums existent pour les tout petits comme Le parcours de Paulo de Nicholas Allan (2006) ou pour les 9-14 ans avec Le guide du zizi sexuel de Zep et Hélène Bruller (2001). Mais la sexualité et notamment les premiers rapports sexuels, sont surtout abordés dans les romans pour adolescents. Ainsi, les adolescents et surtout les adolescentes, qui sont plus nombreuses à lire des romans sur ce thème, peuvent-ils appréhender cette étape plus sereinement.

    Mais que peuvent-ils réellement lire dans ces romans ? Nous allons nous intéresser, à la façon dont la première fois est mise en scène dans plusieurs ouvrages. Nous verrons si l’accent est mis sur ce qui semble primordial, l’importance des sentiments, la description réaliste de la première fois et enfin la contraception.

    Pour analyser ces éléments, nous utiliserons les romans Love de Serge Perez, L’amour en chaussette de Gudule, Star-crossed lovers de Mikaël Ollivier et La première fois, qui regroupe des nouvelles de plusieurs auteurs, dont Melvin Burgess et Patrick Ness. Ces ouvrages retracent la première fois de leurs personnages principaux. Au niveau documentaire, nous utiliserons principalement Le dico des filles 2010 de Dominique Alice Rouyer, même s’il existe une version 2011 et une autre de 2012, et Le livre des garçons (2006) d’Anne Vaisman. L’enquête « Contexte de la Sexualité en France » (2007) réalisée par l’INSERM nous éclairera aussi sur quelques points.

    (JPG)

    L’importance des sentiments

    Nous verrons ici l’importance de l’amour, de la confiance mais aussi de l’amitié. Nous parlerons de la complicité ou non avec les parents lors de cette étape. Nous aborderons les sentiments de la honte de soi, surtout chez les filles et la honte de ne pas encore être passé à l’acte chez le garçon. Enfin, nous parlerons aussi du sentiment d’être « prêt » à le faire qui est aussi très important.

    « Faire l’amour » devrait aller de pair avec des sentiments forts, et ce, surtout lors de la première expérience qui restera un souvenir indélébile. C’est pour cela qu’il faut être certain de ressentir de l’amour et de la confiance en son partenaire et sentir aussi que l’on est aimé en retour. Mais qu’est ce que l’amour pour un adolescent ? On peut lire dans Le dico des filles 2010 qu’ :« Être amoureuse, c’est éprouver des sentiments tendres et passionnés pour quelqu’un. On ne sait pas encore si ça va être profond et durable ou léger et éphémère. L’histoire peut devenir un grand amour ou s’évaporer comme un joli rêve ».

    Dans Love, Fred découvre l’amour charnelle masculin avec Gaëlle qui est en colonie de vacances pour deux semaines à la base nautique où il travaille. On ressent de l’attirance entre eux et un timide amour mais c’est surtout la découverte de cette première fois qui est le sujet du roman. Les sentiments ne sont pas au premier plan même si on se rend bien compte, quand même, que Fred est amoureux pour la première fois. Par contre, dans L’amour en chaussette et Star-crossed lovers, le sentiment d’amour est plus fort, on comprend qu’ils s’aiment et qu’ils passent à l’acte ensemble. On constate tout de même qu’ils font rapidement l’amour, à peine au bout de quelques semaines de relation, ce qui semble un peu précipité.

    Le sentiment d’amitié est aussi important lors de cette étape, surtout chez les filles qui auront envie d’en parler avec une amie. Star-crossed lovers illustre cette idée lorsque Clara téléphone à sa meilleure amie pour lui raconter sa première fois.

    Par contre, on ne retrouve pas vraiment une complicité parent/adolescent qui laisserait place à une confidence quant aux intentions du jeune. Love est le seul ouvrage où Fred en parle à son père mais seulement après l’avoir fait. Et aussi la nouvelle C’est comme ça de Sophie Mckenzie où le père vient voir son fils Sam pour lui donner des préservatifs et des conseils. Seulement ils sont tous les deux très gênés lors de la discussion. D’ailleurs c’est ce qui se produit très souvent dans la réalité, l’adolescence étant une période où l’adulte a beaucoup de mal à parler avec son enfant et à le comprendre. Le jeune ne souhaite pas aborder ce genre de discussion intime. Pourtant c’est une étape importante, puisque les parents sont là pour apporter des informations, rassurer leur jeune et répondre à ses questions. Dans Le livre des garçons, les adolescents peuvent lire que : « C’est le rôle des adultes de vous protéger et de vous responsabiliser sur ces questions-là, surtout dans une société comme la nôtre où l’on parle de sexualité à tort et à travers. ». Pour finir sur ce point, il n’y a plus seulement les parents qui en parlent aux jeunes mais aussi l’école, notamment le collège. Faire l’amour ou le trouver d’Anne Fine est la nouvelle de La première fois qui se base sur un cours sur la sexualité en troisième. De même pour L’amour en chaussette, où le professeur d’Arts plastiques explique à sa classe de troisième comment mettre un préservatif.

    Un autre sentiment est typique de cette période de la vie surtout chez l’adolescente. C’est celui de la honte de soi, de son corps. En effet, à cet âge, le corps et la façon de penser changent, la jeune fille n’aime donc pas toujours ce qu’elle est, surtout physiquement. Alors montrer son corps nu à quelqu’un d’autre, sans se sentir jugé, n’est pas toujours chose facile. Étonnamment, on ne retrouve pas ce sentiment dans les romans étudiés. Mais l’absence de cette gêne face au regard de l’autre trouve une explication dans Le dico des filles 2010 : « Quand un amour est partagé, toutes les angoisses s’envolent comme par magie. On se trouve belle, vivante, on fait la paix avec son corps ». Ce n’est pas toujours vrai, surtout dans notre société où la « beauté » est synonyme de minceur, de peau lisse et nette, de visage harmonieux, etc. Les adolescentes dont le corps change ne peuvent pas toujours s’identifier à ces modèles et c’est ainsi qu’apparaissent les complexes. Évidemment ce n’est pas toujours le cas, comme dans les romans étudiés, où la jeune fille n’a pas honte de montrer son corps puisqu’elle a confiance en l’autre.

    Chez le garçon, la honte se situe ailleurs. Lors de l’enfance, les filles n’existent pas vraiment dans le monde des garçons, ces derniers les ignorent. Mais au moment de l’adolescence c’est le contraire qui se passe et soudain les garçons ne font plus qu’en parler. La relation sexuelle devient un sujet fréquent de conversation. Cela devient même un sujet de vantardise pour les jeunes qui disent avoir passé le cap. Les nouvelles But de Keith Gray et C’est comme ça nous montrent ces sentiments. Les deux histoires sont écrites du point de vue de l’adolescent qui a une copine depuis deux mois dans But et quelques semaines dans C’est comme ça. Les deux jeunes hommes n’ont qu’une envie, faire l’amour et perdre leur virginité. D’ailleurs, devant leurs amis, ils mentent tous les deux sur le fait qu’ils sont encore puceaux.

    Enfin, la décision de le faire pour la première fois n’est pas toujours facile à prendre. Surtout lorsque l’un des deux partenaires presse un peu l’autre ou lorsque l’un accepte de le faire « par amour » pour l’autre alors qu’il ne se sent pas prêt. Mais il est très important d’attendre d’être totalement sûr de soi sinon il y a un risque d’être déçu, stressé ou même d’avoir mal (surtout chez la fille). La majorité sexuelle de Jenny Valentine trace l’histoire d’une grand mère qui raconte à sa petite fille de 16 ans sa première fois ratée et lui conseille de le faire quand elle en aura vraiment envie. Le livre des garçons rétablit une vérité : « On pense souvent que les filles ne sont pas toujours prêtes à faire l’amour alors que les garçons le seraient, dès leur plus jeune âge. Mais c’est faux. ». Ce sentiment se retrouve donc chez les filles et les garçons.

    (BMP)

    Au plus près de la réalité

    Ici nous verrons si la littérature adolescente présente cette première fois de façon réaliste et n’enjolive pas cette expérience qui n’est pas toujours plaisante ou réussie. Pour cela, nous parlerons de l’âge qu’ont les différents personnages lors de ce premier rapport sexuel et de la façon dont l’auteur a décrit cette scène. Puis nous verrons comment sont décrites les douleurs ressenties par la fille lors du premier rapport et le lieu dans lequel cela se passe.

    En nous appuyant sur l’enquête « Contexte de la sexualité en France » réalisée en 2006 et rendue publique en 2007, on découvre l’âge médian du premier rapport sexuel chez les hommes et les femmes. Cette enquête a été réalisée auprès de 12364 personnes par l’INSERM, l’INED, le CNRS et l’INVS. On apprend ainsi que l’âge du premier rapport sexuel des femmes est de 17,6 ans (pour les femmes âgées de 18-19 ans interrogées), et 17,2 ans pour les hommes du même âge. Les générations des années 2000 sont donc plus précoces que leur prédécesseur.

    Dans les romans étudiés, la moyenne d’âge est inférieure à 17 ans dans Love, où Fred et Gaëlle n’ont que 14 ans et aussi dans L’amour en chaussette où ils en ont 15. Par contre dans Star-Crossed Lovers, Guillaume à 16 ans et Clara 17. L’enquête présente une moyenne et non une vérité absolue. De ce fait ces trois romans représentent très bien la diversité des situations et des âges où l’adolescent passe à l’acte.

    L’auteur qui a, selon moi, le mieux décrit la scène de la première fois est Gudule. La lecture de L’amour en chaussette nous entraîne à travers les préliminaires, lorsque, par exemple, Delphine ressent un petit cœur qui bat dans son bas ventre et fait comprendre à Arthur qu’elle a envie d’être touchée mais que celui ci se trouve maladroit car c’est un débutant. On voit donc aussi leur mal-habilité due à l’inexpérience mais celle-ci ne les freine pas puisqu’ils continuent à se découvrir. La scène est très détaillée mais pas vulgaire ou crue puisque l’auteur joue sur les mots en utilisant le terme « Bart Simpson en relief » pour décrire le pénis en érection sous le caleçon Bart Simpson.

    Dans Love, le chapitre qui concerne la scène de la première fois est écrit différemment du reste du texte. L’auteur a mis beaucoup de point de suspension pour montrer le changement de rythme, car à ce moment là, Fred n’est pas maître de la situation, Gaëlle lui fait découvrir de nouvelles choses et on le suit dans ses découvertes. Les préliminaires ne sont pas décrits en détails, mais les sensations ressenties par Fred le sont.

    Dans Star-crossed lovers, leur première fois se passe bien mais le lecteur a très peu de détails sur cette scène. Dans le chapitre suivant, Clara dit à sa meilleure amie avoir eu un orgasme, non pas lors du premier rapport mais lors du deuxième juste après. La description n’est donc pas vraiment réaliste et ce roman est le moins pertinent lorsque le jeune veut lire du « vrai ».

    Dans les trois romans, les auteurs font preuve de réalisme quant à la durée du premier rapport sexuel, qui est courte. Les jeunes sont ainsi préparés psychologiquement et peuvent appréhender de manière sereine cette première fois. Même si cela ne dure pas longtemps, cela n’empêche pas l’expérience d’être bonne. Malheureusement, et c’est souvent le cas, la fille peut ressentir des douleurs ou simplement ne pas trouver cela agréable. On le voit dans L’amour en chaussette où Delphine ne trouve pas l’acte agréable et plutôt rapide, d’ailleurs Gudule décrit même l’apparition d’une tâche de sang sur le drap dû au déchirement de l’hymen. Mais elle est heureuse de l’avoir fait avec celui qu’elle aime et pense que ce sera bien mieux la fois suivante. Dans Love, ce n’est pas la première fois de Gaëlle, elle n’a pas mal du tout. Star-crossed lovers nous offre une scène peu détaillée de la première fois. Mais quelques lignes après, on comprend que Clara n’a pas eu mal et n’a pas saigné non plus. Comme dit plus haut, ce roman n’est pas le plus réaliste des trois quant à la première fois.

    Enfin, en majorité, la première fois a lieu dans la chambre de l’un des deux jeunes lorsque les parents sont absents. D’ailleurs l’ouvrage de David Pouilloux C’est vraiment comme ça les garçons ? s’adresse aux garçons en ces termes : « Vous avez une copine, vous êtes dans votre chambre tous les deux à vous faire des bisous et vos parents sont absents ». C’est ce qu’on retrouve dans L’amour en chaussette et Star-crossed lovers. Par contre dans Love, étant donné que la jeune fille est en vacances, les deux adolescents se cachent dans le dortoir de la base nautique où Fred travaille. Ce lieu n’est pas très sécurisant, d’ailleurs ils sont découverts par l’employeur de Fred et un responsable du séjour de vacances de Gaëlle. Pour les nouvelles, dans But, les deux jeunes le font chez l’adolescente dont les parents sont en voyage. Par contre dans C’est comme ça, les deux jeunes comptaient le faire lors d’une soirée, dans le jardin, mais ça ne se fait pas puisque la fille ne se sent pas prête et refuse de passer à l’acte.

    (BMP)

    Protection et première fois

    L’enquête « Contexte de la sexualité en France » nous éclaire aussi en matière de contraception. En effet, elle nous rapporte qu’une grande majorité des jeunes utilisent le préservatif lors de la première fois. Ainsi, 89% des femmes et 88% des hommes âgés de 18 à 24 ans ont utilisé un préservatif lors du premier rapport.

    La contraception est un point très important que les jeunes doivent comprendre avant de s’engager dans la vie sexuelle car les enjeux sont de taille : grossesse et IST (Infections Sexuellement Transmissibles).

    En France, de nombreuses campagnes de prévention sont diffusées afin de sensibiliser les jeunes. De ce fait, il est aussi important de retrouver une place pour la contraception dans les romans que les adolescents lisent. Love et L’amour en chaussette ne font pas l’impasse sur la protection puisqu’on retrouve l’utilisation du préservatif lors de leur première fois. Le second roman consacre même une scène au fait de l’enfiler, c’est d’ailleurs la jeune fille qui s’en charge car Arthur n’y arrive pas. Dans Star-crossed lovers, les deux adolescents ne sont pas prudents, ils font l’amour sans aucune protection car aucun des deux ne pense à utiliser un préservatif. Par contre, le jour suivant, la jeune fille, se rendant compte de cet « oubli », va à la pharmacie chercher la pilule du lendemain. Ce roman est plus axé sur les choses à faire en cas d’oubli de protection.

    D’ailleurs de nombreux documentaires en parlent, comme Filles garçons que de questions ! de Brigitte Bègue et Sylvie Sargueil, qui répond à des questions que pourraient se poser les adolescents. L’une d’elles est : « Et si j’ai un rapport sexuel sans contraception ? ». Mais l’essentiel reste les livres et les actes qui montrent l’importance de la protection lors de relations sexuelles. D’ailleurs, de nos jours, on trouve des ouvrages parlant de sexualité chez presque tous les éditeurs, même chez Fleurus qui pourtant est de tradition catholique et éditait des documents axés sur la religion et la morale. Ceci prouve que le monde évolue et répond aux préoccupations des adolescents quant au sexe, de manière éducative surtout depuis l’apparition du sida dans les années 80.

    Concernant les actes, ce sont les parents qui, la plupart du temps, sont en charge d’en parler et de répondre aux questions du jeune. Mais c’est aussi le rôle de l’école, de nos jours, avec l’intervention de l’infirmière scolaire ou d’un professeur. L’amour en chaussette et Faire l’amour ou le trouver nous montrent les jeunes qui sont sensibilisés à l’utilisation et l’importance du préservatif lors des rapports sexuels durant un cours. Cela fait rire les élèves qui s’y connaissent bien mieux que les générations précédentes grâce notamment à Internet ou encore à la pornographie. Mais un rappel ne leur fera jamais de mal surtout lorsque cela concerne la santé.

    (JPG)

    Pour aller plus loin

    Ici, je n’ai traité que la première fois hétérosexuelle consentante. J’ai choisi de ne pas aborder l’homosexualité car l’approche est différente et plus complexe. Je ne parle pas non plus des premières fois qui se passent mal, comme lors d’un viol ou d’un inceste.

    D’ailleurs ces deux thèmes sont traités sur le site de Lille 3 Jeunesse.

    Articles sur le viol

    Articles sur l’inceste

    Je n’aborde pas non plus la première fois qui a lieu lors d’un « coup d’un soir » car je pense que le premier rapport sexuel n’est pas dissociable du sentiment d’amour. De plus, je ne cautionne pas ce genre de pratique.

    Bibliographie

    GUDULE, L’amour en chaussette. Paris : T. Magnier, 1999. 127 p. ; (21x 12) cm. ISBN 2-84420-414-7 (br.)

    PEREZ, Serge, Love. Paris : École des loisirs, 1999. 164 p. ; (13 x 19) cm. ISBN 2-211-04793-9 (br.)

    OLLIVIER, Mikaël, Star-crossed lovers. Paris : T. Magnier, 2002. 210 p. ; (21x12) cm. ISBN 2-84420-175-X (br.)

    BURGESS, Melvin et al., La première fois. Gallimard jeunesse, 2011. Collection Scripto. 272p. ; (13x20) cm. ISBN 978-2070696884 (br.)

    ROUYER, Dominique Alice, Le dico des filles 2010. Marianne Dupuy-Sauze ill. Paris : France loisirs, 2010. 446p. ISBN 978-2-298-03853-8 (rel.)

    VAISMAN, Anne, Le livre des garçons. Elisabeth Ferté ill. Paris : De la Martinière jeunesse, 2006. 251p. ISBN 978-2-7324-3451-3

    POUILLOUX, David, C’est vraiment comme ça les garçons ? Frapar ill. Paris : De la Martinière jeunesse, 2005. Collection Oxygène. 109p. ; ( 15x23) cm. ISBN 2-7324-3346-2

    BEGUE, Brigitte, SARGUEIL, Sylvie, Filles garçons que de questions ! Paris : De la Martinière jeunesse, 2010. 317p. ; ISBN 978-2-7324-4071-2

    Pauline TRUANT, UFR Idist, Deust 2 métiers des Bibliothèques et de la Documentation, décembre 2011