Site littérature jeunesse de lille 3

La mémoire envolée, de Dorothée Piatek et Marie Desbons ill.

La maladie d’Alzheimer racontée avec tendresse
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Mamie perd la mémoire peu à peu. Dans sa tête, les souvenirs, les mots et les images se bousculent. Sa petite fille vient la voir à la maison de retraite et nous raconte la super mamie qu’elle était et qu’elle sera toujours...
    (JPG)
    © Gecko-Éditions, 2009

    Les années passent, les souvenirs restent

    La mémoire envolée, c’est comme des papillons dans la tête et la tête dans les nuages. C’est aussi ce que l’on appelle la maladie d’Alzheimer, et ce dont nous parle cet album. Dorothée Piatek a su donner la parole à une petite fille qui tente de comprendre cette étrange maladie, mais surtout qui veille sur son adorable mamie. Revenue à un état vulnérable, fragile et presque enfantin, sa grand-mère a en effet besoin d’attention et d’amour.

    Au fond, c’est bien là le sujet principal de cette histoire, l’amour intact quand les gens, malgré eux, ne sont plus les mêmes. Le lien que l’on tente de maintenir et qui reste toujours très fort. Car la petite partage avec sa grand-mère ses rêveries, ses doutes, son passé. Elle fait appel à ses propres souvenirs, en évoquant son enfance auprès d’elle, l’affection qu’elle lui portait, l’inventivité dont elle faisait preuve : « Avant, des tas d’idées jaillissaient dans sa tête. Pour Mamie, rien n’était impossible ! Les cabanes devenaient des châteaux, les vélos des fusées, les enfants des robots et les Papis des rois. » (p.24). Elle nous décrit alors une mamie rigolote et dynamique, courageuse aussi, lorsqu’ « elle faisait de gros yeux pour faire peur aux méchants et combattait les araignées avec ses chaussures ! » (p.22).

    Si Mamie n’est plus capable de se rappeler des fragments de sa vie, sa petite fille le fait pour elle avec patience et douceur, elle est sa mémoire : « je me souviens pour elle » (p.33). C’est aussi une manière pour Mamie de garder sa dignité et de rester un peu plus dans la réalité.

    Les illustrations au service de la compréhension

    Elle nous raconte également le quotidien de sa grand-mère qui s’endort à l’heure du goûter, qui rêve de Papi parti depuis longtemps, ou encore qui croit ranger ses chaussures dans le frigo, ce qui donne un humour tendre au texte malgré sa gravité. Les illustrations de Marie Desbons viennent également apporter cette dose de fantaisie et s’accordent parfaitement au texte. En effet, les pensées de la grand-mère, parfois abstraites et incohérentes, s’accompagnent d’images à l’aspect aérien, presque psychédélique, aux couleurs chaudes et tendres. Et puis ... c’est plutôt rigolo, une mamie qui mijote des avions avec des champignons ! Ces illustrations jouent un rôle important dans la compréhension d’Alzheimer. Elles donnent à la maladie un aspect moins rébarbatif, moins tabou, d’autant plus qu’elle est vue à travers le regard d’une petite fille, avec des mots simples et adaptés.

    En créant la collection Les mots-sésames, Gecko Jeunesse a effectivement voulu mettre à la portée des enfants les thèmes sensibles tels que la maladie, le handicap, face auxquels il faut faire preuve de tolérance.

    Cette histoire est donc accessible aux enfants à partir de 6 ans, mais également aux parents pour tenter d’expliquer la maladie d’Alzheimer, ainsi que la notion d’intégrité humaine, le sens de la mémoire, les liens entre les générations, l’amour et la dignité.

    Angèle FRICHOT, janvier 2012

    Deust 2 Métiers des bibliothèques et de la documentation

    Post-scriptum

    PIATEK, Dorothée. La mémoire envolée. Marie DESBONS ill. [Rouen] : Gecko-Éditions, 2009. [36 p.] ; (31 x 22) cm. ISBN 978-2-916689-16-6 (cartonné)

    Mots-clefs : maladie d’Alzheimer / grand-mère / mémoire / souvenir / génération / amour / dignité

    Dorothée Piatek a obtenu le 2ème Prix Chronos vacances 2009 pour Le vieux qui avait un grain dans la tête/ Dorothé Piatek et Oliv’ ; illustré par Julien Tixier.

    Pour aller plus loin...

    Dorothée Piatek sur Lille3jeunesse

    Les éditions Gecko

    Le site de Dorothée Piatek

    Le blog de Dorothée Piatek

    Le Blog de Marie Desbons

    Autres articles de Lille3jeunessse sur la maladie d’Alzheimer

    Le prix Chronos

    Dorothée Piatek sur Chronos

    " Le Prix Chronos de littérature, créé en 1996 par la Fondation Nationale de Gérontologie, propose aux participants de lire des ouvrages ayant pour thème les relations entre les générations, la transmission du savoir, le parcours de vie, la vieillesse et la mort... Les objectifs de ce prix sont de : Sensibiliser les jurés à la découverte du parcours de vie, de la naissance à la mort, aux relations entre les générations, à la transmission du savoir..., c’est-à-dire : "Grandir, c’est Vieillir ; Vieillir, c’est Grandir" Permettre à des personnes de tous âges de réfléchir sur la valeur des étapes du parcours de vie. Primer les meilleurs albums et romans traitant des relations entre les générations, de la vieillesse... Développer le goût de la lecture chez les jeunes et la découverte de la langue française chez les jurés étrangers. Promouvoir et favoriser la rédaction et l’illustration d’ouvrages sur cette thématique. Encourager les éditeurs à publier des ouvrages sur le sujet. Éduquer à la citoyenneté grâce au vote individuel. " (extrait du site)