Site littérature jeunesse de lille 3

Casse-Tout, d’Yvan Pommaux

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Histoire d’un garçon maladroit qui casse tout. C’est une leçon sur le recyclage, le tri sélectif, le bricolage mais aussi l’amour et la création artistique. On y trouve en parallèle l’histoire d’un méchant génie asiatique.
    (JPG)
    © École des loisirs, 2009

    Valentin est un jeune garçon très maladroit qui casse et répare tout sur son passage. Alors qu’il vit tranquillement dans sa maison, une nouvelle voisine vient s’installer près de chez lui. Sa maladresse redoublant, Valentin va vite comprendre qu’il en est tombé amoureux. Mais comment va-t-il réussir à conquérir la fille de son cœur alors que le tapage de son bricolage la pousse à déménager loin de lui pour avoir la paix ?

    Un livre instructif mais violent et démoralisant

    Pour commencer, Casse-Tout est une histoire très actuelle qui critique la société de consommation. En effet, elle traite de notions importantes sur le recyclage, le tri sélectif et le bricolage, qui s’opposent au rachat en l’intégrant dans un jeune adolescent, Valentin, qui casse tout et répare après. De là, le titre de l’ouvrage.

    Le lecteur ne peut s’empêcher de ressentir de la pitié pour ce garçon atteint d’une réelle maladresse, qui recrée jusqu’à la fin, des œuvres artistiques aux goûts douteux. On n’arrive pourtant pas à s’attacher au personnage qui nous agace à long-terme et ne donne pas envie à un lecteur de s’identifier au héros. Les animaux comme les oiseaux et les lapins par leurs dialogues et leurs commentaires, n’arrangent en rien notre lassitude avec des termes comme « Et repaf ! », « Ça ne rate pas ! », « Il rêve, comme d’habitude ! », « C’est l’enfer ! », « Patatras ! ». Nous réussissons même à être agressés par le bruit grâce aux nombreuses onomatopées « BLAM ! », « PAN ! », « RZZZZ ! », et aux points d’exclamations « ! ». On ne trouve pas un seul phylactère sans qu’il n’y ait un point d’exclamation. Le point positif qui en ressort, c’est que l’auteur réussit à contaminer le lecteur qui subit comme les personnages, le train de vie infernal de Valentin et qui comprend mieux pourquoi Lola, la nouvelle voisine, décide de partir. Le risque quand même de faire durer cette situation sur 37 pages, c’est que le lecteur veuille refermer le livre.

    Ensuite, l’auteur a pour habitude de mêler toujours deux histoires en une dans ses œuvres. Ici, un esprit géant asiatique enfermé dans un cadre et qui se retrouve libéré lorsque ce dernier est brisé, raconte son histoire sur tout ce qu’il a pu voir dans son périple. La deuxième histoire est, certes, instructive sur la méchanceté de la nature humaine mais les complots ne sont malheureusement pas révélés. Il faut donc quand même comprendre en une vignette que l’un des personnages s’est fait manipuler et meurt pour de mauvaises raisons. Ceci n’est pas forcément à la portée du public auquel cet ouvrage est destiné. De plus, on ne voit vraiment pas le rapport avec la première histoire et ça n’apporte aucun intérêt à la scène, si ce n’est la présence d’images violentes.

    Effectivement, on peut ajouter que des images très cruelles de décapitations répétitives, de dialogues qui mélangent insultes « crétin ! » et menaces de mort « je vais te tuer ! » viennent ajouter une touche repoussante à l’ensemble.

    Pour finir, la seule douceur qui ressort de cet ouvrage est l’histoire d’amour naissante entre Valentin et Lola mais qui ne reste pas dominante dans l’histoire. On apprend toutefois les notions de maladresse lorsqu’on est amoureux et la sensation de manque qui peut expliquer le déclenchement de ce sentiment.

    Ceci dresse donc un bilan bien mitigé pour l’histoire d’Yvan Pommaux, car le plaisir de la lecture n’est pas au rendez-vous et le divertissement peut vite s’arrêter si l’envie prend au lecteur de refermer le livre avant la fin.

    Anne-Claire Titeux, janvier 2012

    Deust 2 Métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Post-scriptum

    POMMAUX, Yvan. Casse-tout. Nicole POMMAUX. Paris : École des loisirs, 2009. 36 p. ; 26,6 x 22,6 cm.(Album de l’École des loisirs) ISBN 978-2-211-09777-2

    POMMAUX, Yvan. Casse-tout. Nicole POMMAUX. Paris : Pastel, 2011. 36 p. : 19 x 15 cm.(Lutin poche) ISBN 978-2-211-20517-7

    De 7 à 10 ans

    Mots clés : Casse-tout, tri sélectif, recyclage, amour, bricolage, création artistique, géant, génie

    KOTWICA, Janine. « Rencontre : l’impossible Monsieur Pommaux ». Revue des livres pour enfants, juin 2006, n° 229. Actualité, p. 136 à 141.

    Fiche pédagogique de l’École des loisirs