Site littérature jeunesse de lille 3

VIOLETTE BAUDELAIRE - Quand Amélie rencontre Violette baudelaire...

Neuf ans après le début des aventures Baudelaire, l’aînée du trio se confie.
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    C’est dans un café Parisien que je retrouve Violette Baudelaire, aînée du trio tristement célèbre dévoilé au monde pour la première fois en 2003. Retour sur le début de leur histoire...

    Amélie : Bonjour, Violette ! C’est un plaisir de te retrouver ici après toutes ces aventures. J’aimerais, si tu le veux bien, que nous revenions ensemble sur le tout début de votre histoire à Klaus, Prunille et toi même.

    Violette : Bonjour. Oui, allons-y, je t’écoute.

    Amélie : Votre histoire commence en 2003, c’est exact ?

    Violette : Comme pour beaucoup de personnages, notre histoire a commencé bien avant qu’elle ne soit couchée sur le papier. Disons que c’est en 2003 que tout bascule. Lemony [Snicket, ndlr] pensait à la famille Baudelaire depuis bien longtemps. Il était primordial pour lui d’instaurer un nouveau genre dans la littérature jeunesse. C’est la perte de nos parents qui en fût l’élément déclencheur.

    Amélie : Qu’entends-tu par "nouveau genre" ?

    Violette : Après l’incendie et la mort de nos parents, bien avant d’être contactés par Mr Poe, nous fûmes contactés par Lemony. Il nous confia son aversion pour la littérature enfantine et adolescente de l’époque, qu’il qualifiait de mielleuse. Beaucoup trop infantilisante à son goût. Je me rappelle la réaction de Klaus et Prunille, tous deux parfaitement d’accord. Snicket voulait du triste, de l’humour noir et rien qui n’ait rapport avec les autres contes pour enfants.

    Amélie : On peut alors dire qu’il à été le déclencheur de tous vos malheurs ?

    Violette : Pour moi, Lemony Snicket n’a fait que retranscrire nos "Désastreuses aventures". La mort de nos parents tombait à pic pour lui, mais loin d’en profiter, il s’est contenté de narrer la suite des événements. Nous avions un contrat.

    Amélie : Quel type de contrat ?

    Violette : Il connaissait bien nos parents, ils s’étaient rencontrés étant jeunes et partageaient quelques souvenirs et secrets. Après avoir appris qu’ils avaient tristement péri dans un incendie, nous laissant orphelins et potentiellement fortunés, il s’est mis en tête de nous contacter. Lemony savait très bien ce qui allait nous arriver, il ne connaissait pas plus les détails que nous mais il avait fréquenté mes parents et leurs amis, il savait beaucoup de choses que nous ignoriions à l’époque. Après notre entretien, nous avions passé l’accord suivant : Il dévoilerait notre histoire au grand jour, toutes nos péripéties seraient relatées dans 13 livres. Il devait se contenter d’écrire, sans intervenir.

    Amélie : Mais quelle était votre part ?

    Violette : C’est difficile à comprendre, encore aujourd’hui, mais nous devions nous contenter de vivre notre histoire, en faisant tout ce qui était en notre pouvoir pour survivre et s’en sortir. Le mot d’ordre était : "Ne jamais me laisser l’opportunité d’écrire une fin heureuse".

    Amélie : À quoi attribuez-vous le succès de votre histoire ?

    Violette : Tout est relatif, je ne parlerai pas de succès pour ma part.

    Amélie : Pourquoi pas ? Vos histoires ont été lues dans le monde entier, un film vous à été consacré, vous êtes maintenant reconnus, pourquoi ne pas parler de succès ?

    Violette : Je ne dévoilerai pas la fin de l’histoire, au cas où les lecteurs de Lille3 Jeunesse n’auraient pas fini les treize tomes, mais nous n’avons fait que remplir notre part du contrat, vivre et s’en sortir. Nous étions prévenus,ce serait dur et nous risquions de nous attirer les foudres des lecteurs et de nos tuteurs. C’est le style d’écriture de notre auteur qui à rencontré ce succès. Pas nos histoires. Je ne pense pas que le monde ait eu à s’apitoyer sur notre sort constamment. Nous étions juste trois orphelins de plus aux histoires peu banales. Lemony, lui, a réussi son pari. Il a en quelque sorte démocratisé un autre style d’écriture et relate aujourd’hui d’autres aventures toujours plus noires. Il ne faut pas oublier qu’il a joué un rôle essentiel dans notre histoire, y donnant de sa personne, surtout dans les derniers tomes, avec l’apparition de sa propre sœur. Sans lui, nous ne serions plus là, c’est donc normal que le mérite lui revienne !

    Amélie : Une dernière question, quel a été votre sentiment par rapport à tous ces événements. Quatre ans de désastreuses aventures, ça marque une vie, non ?

    Violette : Notre pire "aventure" fut la perte de nos parents. Nous étions tout de même très jeunes tous les trois et même si, derrière les apparences, Lemony nous soutenait entre chaque "épisode", la suite n’a pas été beaucoup plus joyeuse. Mais nous nous en sommes sortis. Je pense parler au nom de notre trio en disant que cette longue histoire nous a fait grandir et nous a soudés. Aujourd’hui, nous continuons notre vie et même si nous sommes marqués à jamais, tout va beaucoup mieux. Je ne cache pas que croiser nos livres en bibliothèques, toutes ces rééditions, voir le film ou être reconnue dans la rue est forcément simple, après tout, je suis la pauvre petite orpheline, mais la génération de nos lecteurs a évolué et notre "popularité" (Je hais ce mot) tend à décroître chaque jour. En tout cas, je ne signerai pas tout de suite pour un autre lot d’aventures et je crois que Klaus et Prunille non plus. Aujourd’hui, nous devons continuer à grandir et à vivre nos vies.

    Amélie : Merci, Violette, pour cet entretien. Je vous souhaite à tous les trois une vie heureuse, au plaisir de te revoir pour un autre projet.

    Image extraite du film - 71.5 ko
    Image extraite du film

    Amélie Delattre, janvier 2012

    L1 LLCE Espagnol, UFR ERSO,

    Post-scriptum

    Retrouvez Violette, Klaus et Prunille, mais aussi Isadora et Duncan et bien d’autres personnages dans Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire par Lemony Snicket aux éditions Nathan.