Site littérature jeunesse de lille 3

Le Petit Prince, ma boîte bleue

“A boy and his box off to see the universe”
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Grand froid... chutes de neige... verglas... Sibérie. Nulle personne dotée d’une radio, d’une connexion internet ou d’un trousseau de clefs, ne pouvait échapper aux sempiternelles évocations météorologiques. D’instinct je m’emparai du châle en laine blanche de ma mère, l’enrobai autour de mes épaules, lorsqu’une délicieuse odeur de vieille lavande vint frôler mes narines. Étaient-ce les bienfaits de l’isolation thermique ou un sentiment illusoire de quiétude absolue ? L’inextinguible souvenir d’une de mes premières lectures s’afficha dans mon esprit. Il me fallait à tout prix le retrouver.

    « Sur quelle planète suis-je tombé ? » [1]

    (JPG)
    Le Petit Prince, édition 1979.

    J’arpentai avec avidité le reste de la pièce, pris l’escalier au bout du corridor et continuai vers la deuxième porte à droite. Il devait être là. Rien sur la première étagère ni sur celle du dessous, il n’était pas non plus parmi les contes illustrés. Se pouvait-il qu’il soit dans le compartiment de la table basse ? Chou blanc. Je m’assis sur le chesterfield, pris une profonde respiration, s’énerver aurait été inutile. S’il ne se trouvait pas dans les bibliothèques, ni dans les tiroirs, alors il me fallait le chercher ailleurs dans la maison.

    Mais où pouvait bien être ce fichu bouquin ?

    Cela faisait des années que je ne l’avais pas relu. Mon plus vieux souvenir remontait à mes trois ans, ma mère avait dû estimer qu’il s’agissait d’une bien jolie histoire pour endormir une enfant. Elle m’avait prise dans ses bras,avait posé mon dos contre son ventre, ses longs bras encerclant ma poitrine. « Ce soir je vais te raconter l’histoire du petit prince de Saint-Exupéry » m’avait dit maman. Prince-de-Saint-Exupéry, quel drôle de prénom pour un garçon ! La couverture était blanche, un petit bonhomme tout blond, au regard vide, semblait attendre. Et surtout ... il y avait des étoiles.

    (JPG)
    Le Petit Prince, édition 1988. À partir de l’édition de 1943.

    Maman tourna les deux premières pages, posa son index sur le premier mot et commença, lentement, la lecture. Incapable de me concentrer très longtemps sur des suites de signes que je ne maîtrisais pas encore, mon regard s’arrêta sur un étrange dessin. Une sorte d’animal, à mon sens antipathique, ouvrait grand la bouche devant un autre apeuré. « C’est quoi ça ? » m’étais-je demandée. « Les serpents boas avalent leur proie tout entière, sans la mâcher. » [2] Quelle horreur, comment était-il possible que de tels animaux existent ? Des années plus tard je me pose encore la question.

    « Les enfants doivent être très indulgents envers les grandes personnes. » [3]

    (JPG)
    Le Petit Prince vu par Joann Sfar, 2008.

    Quelques pages plus tard je retrouvais le petit garçon, aussitôt fascinée par les étoiles qu’il portait sur ses vêtements ; toute personne les appréciant méritait la plus grande attention. Chaque jour le petit prince déracinait les plants de baobabs et s’occupait avec soin de sa minuscule planète, comme je rangeais les jouets de ma chambre le soir. Il n’était jamais pleinement satisfait des moutons que lui dessinait l’aviateur et devait sans cesse affiner sa demande. Décidément il n’y avait de pire labeur que de faire comprendre à un adulte ses pensées.

    « Le petit prince, qui me posait beaucoup de questions, ne semblait jamais entendre les miennes. » [4] , « J’ai la même à la maison » avait répliqué ma mère dans un sourire taquin. Alors il me ressemblait ? Dans mon esprit d’enfant s’il était comme moi alors j’étais comme lui, tout ce qu’il faisait j’aurais pu le faire aussi. Je serais allée parcourir des dizaines de planètes, j’aurais rencontré de formidables gens bizarres, je serais devenue ami avec un renard avant de regarder d’extraordinaires couchers de soleil, sereine, dans mon habit d’étoiles.

    Soudain cela devint évident, il n’existait qu’un seul endroit où j’avais pu le ranger. Je courus au salon, remontai l’escalier, posai une main sur la porte et fis pivoter la poignée de l’autre. Avec peine j’atteignis l’interrupteur du grenier et avançai prudemment jusqu’au bric-à-brac que constituait l’amas du mobilier de ma chambre d’enfant. Dans un mauvais état apparent se cachait mon lit d’époque, beaucoup plus petit que dans mes souvenirs. Je soulevais le matelas poussiéreux et j’aperçus, coincé entre deux lattes du sommier, le vétuste exemplaire du Petit Prince.

    Le papier avait jauni, était rêche et sentait la veille lavande. Après vingt-deux d’absence je retrouvais l’alter-ego de mon enfance, nous allions à nouveau parcourir l’univers, ensemble, main dans la main.

    L’aventure promettait d’être inoubliable.

    (JPG)
    Petit Prince meets the Doctor, par Geoffo, 2008.

    La plupart des bébés ont été bercés par les astres et jamais je n’ai oublié ceux qui ont orné mon plafond.

    Petit Prince, formidable archétype, tu m’as permis d’étayer mon existence, d’alimenter ma conscience en des rêves extravagants, ceux que beaucoup d’adultes finissent par abandonner au profit d’un conformisme abject et dénué de sens. Grâce à toi petit prince j’ai érigé un indicible amour pour les livres et leur insondable beauté, en particulier ceux qui m’emmenaient, comme toi, à travers le temps et l’espace.

    « Où est-ce « chez toi » ? » [5]

    RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

    • SAINT-EXUPÉRY, Antoine. Le Petit Prince . Bourges : Gallimard, 1979. 91 p. ; 17,7 x 10,8 cm. (Folio junior). N° d’Éditeur : 25420. Broché. Texte intégral avec aquarelles de l’auteur
    • SAINT-EXUPÉRY, Antoine. Le Petit Prince. Paris : Gallimard, 1988. 96 p. : ill. en coul. ; 29 x 22 cm. ISBN : 9782070581054. Relié.
    • SFAR, Joann, Le Petit Prince, d’après Antoine de Saint-Exupéry. Couleurs de Brigitte FINDAKLY. Gallimard-Jeunesse, 2008. 109 p. : ill. en coul. ; 32 x 24 cm. ISBN : 9782070603398.

    LIENS

    Site officiel du Petit Prince

    Site officiel sur Antoine de Saint-Exupéry

    ▪ GEOFFO, Petit Prince meets the Doctor Who, 29 août 2008. Blog de l’artiste .

    (JPG)
    Antoine de Saint Exupéry

    POUR LA PETITE HISTOIRE

    Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944) était un aviateur et écrivain français. Ses premières œuvres lui furent inspirées par ses nombreux voyages aériens : Courrier Sud publié en 1929 et Vol de Nuit en 1931. Ce fut pendant la Seconde Guerre mondiale qu’il écrivit Le Petit Prince. Ce dernier fut édité à partir de notes et aquarelles en 1943 à New York et seulement après la disparition de l’auteur, en France, en 1945.

    MOTS CLÉS Petit Prince / Saint-Exupéry / voyage .


    © Bloise ORAGEUX, L1 Psychologie, février 2012.

    Me contacter : bloise.orageux@gmail.com

    Post-scriptum

    “A boy and his box off to see the universe”. Réplique extraite de l’épisode 604 de la série Doctor Who : The Doctor’s wife, écrit par Neil Gaiman, 2011. (BBC) sur planetclaire

    Notes de bas de page

    [1] Antoine de Saint-Exupéry. Le Petit Prince. Édition Gallimard. 1979. p 59.

    [2] Ibid. p 9.

    [3] Ibid. p 20

    [4] Ibid. p 15.

    [5] Ibid p 16.