Site littérature jeunesse de lille 3

NINA, une graine d’étoile !

Entretien à l’école Carmargo
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Suite à son examen de danse devant le jury de la célébre école Carmargo de Paris, Nina une jeune danseuse prometteuse doit passer son entretien oral devant la directrice Natividad Carmargo. Lors de cet entretien Nina va devoir expliquer sa passion pour la danse, ce qui la motive, parler de sa vie personnelle, mais elle va savoir également si elle a ses chances pour rentrer dans cette prestigieuse école...
    (JPG)
    POL, Anne-Marie. Danse N° 1 : Nina, graine d’étoile. Pocket Jeunesse, 2006. 133 p. ; 18 x 12 cm. ISBN : 2-266-16174-1

    Dans la salle d’entretien sont présents : Madame Carmargo (directrice) ; Madame Suzette (dame de confiance de Mme Carmargo) ; Piotr Ivanov (professeur d’opéra) ; Maître Torelli (professeur à l’école Carmargo) ; Nina et Coppélia (le bichon de Mme Carmargo).

    Mme Carmargo : Bonjour ma chère Nina, comment allez-vous ?

    Nina : Bonjour Madame Carmargo. Je me porte à merveille même si je dois avouer que je suis pétrifée à l’idée de cet entretien...

    Mme Suzette : Ne t’en fais pas ma petite Nina, tout se passera bien. Cela ne devrait être qu’une formalité pour toi au vu de ton excellente prestation d’hier midi.

    Mme Carmargo : Suzette a raison. Abordez cet entretien sereinement et ne paniquez pas, tout ira pour le mieux ! Nous ne mordons pas, enfin, la seule personne qui pourrait mordre ici c’est Coppélia ma chienne. Néanmoins je la trouve étrangement calme pour le moment.

    Nina : D’accord, je vais suivre vos conseils et me calmer.

    Maître Torelli : Bonjour Nina, je me présente. Je suis Maître Torelli, professeur de danse à l’école Carmargo depuis de longues années désormais. J’enseigne le classique, mais il m’arrive d’enseigner le jazz quand mes collègues sont absents. Avant de rentrer dans le vif du sujet peux-tu te présenter ?

    Nina : Enchantée de faire votre connaissance Monsieur Torelli. J’ai longuement entendu parler de vous par mon anncienne enseignante Fabiola Essler. Pour ma part, je me prénomme Nina Fabbri. Je vais avoir treize ans. J’ai encore mon père Olivier Fabbri en revanche ma mère est décédée il y a maintenant dix-huit mois...

    Je vis sur Paris avec mon père mais nous devons bouger assez souvent. Il est au chômage, cependant il va occuper un poste pour plusieurs années, je pense être tranquille pour suivre ma scolarité ici à l’école Carmargo. Malgré tout, je dois avouer que personne ne serait présent sans Anne-Marie Pol, ma maman de papier. Je sors tout droit de son imagination et j’en suis ravie.

    Mme Carmargo : Anne-Marie Pol est donc ta créatrice officielle ? Peux-tu nous dire quelque mot à son sujet ?

    Nina : Évidemment ! Anne-Marie Pol est comme vous l’avez compris : « ma maman de papier ». Elle est née à Rabat au Maroc un 31 octobre. Elle est l’aînée d’une grande famille de six enfants. Elle a passé son enfance au Congo et à Cannes. Sa vie de nomade l’a empêchée de réaliser son rêve : devenir ballerine. Aprés avoir été pensionnaire à Chantilly, elle s’est installée un peu en Espagne où elle a fait ses premiers pas en tant que mannequin. De retour dans la capitale française, elle a pris des cours de thèâtre à la Sorbonne. Ces cours lui ont permis de découvrir un de ses autres rêves : l’écriture. Elle commence à écrire en 1983 mais c’est en 1986 que son premier roman apparaît : La Reine de l’île avec comme première héroine Liselor. Depuis elle a créée de nombreux « enfants de papier » dont moi-même. Certains de ses ouvrages sont disponibles en diverses langues et ils sont publiés chez différents éditeurs.

    Mme Suzette : Eh bien vous avez l’air fière de votre « maman de papier » comme vous le dites si bien. Comment lui est venue l’idée de créer un personnage tel que vous Nina ?

    Nina : Anne-Marie Pol a toujours vécu avec ce désir de devenir ballerine. L’univers de la danse l’a toujours passionnée. Elle a nourri secrètement ce souhait de pouvoir accéder un jour à la scène. Malheureusement avec son enfance de nomade, elle a dû renoncer à ce rêve. En m’imaginant, elle a voulu représenter la fille qu’elle aurait voulu être. Je représente à la fois sa force et son courage et je suis comme elle “ mordue ” de danse classique. La personne que vous avez devant vous s’appelle Nina Fabbri comme elle aurait pu s’appeler Anne-Marie Pol ! Elle a pour habitude de dire : « Écrire pour la jeunesse est, peut-être, une façon de rester fidèle à l’enfant qu’on a été. » et elle a déclaré une fois : « Ne pas danser a été le chagrin de mon enfance. Cela m’a poussée à créer Nina la ballerine idéale, mon image rêvée. »

    Maître Torelli : Tout cela est fabuleux et émouvant. Vous pouvez être fière d’avoir été conçue avec l’imagination d’une telle femme. J’arrive à ressentir tout l’amour que vous lui portez et je devine, en enseignant que je suis, qu’il en est pareil avec la danse. Vous possédez quelque chose que les autres n’ont pas mademoiselle.

    Mme Carmargo : Vous êtes d’une émotion troublante ma chère Nina. Je vous ai observée le temps que vous racontiez votre histoire et j’ai constaté que Coppélia, ma chienne, vous tournait autour... Elle a l’air de vous apprécier et pourtant Dieu seul sait à quel point elle n’aime pas les étrangers. Vous avez un côté apaisant non seulement avec nous mais avec elle aussi. Votre voix est si douce et votre caractère si attachant que vous m’avais conquise.

    Nina : Ce que vous me dîtes me touche beaucoup et me fait plaisir. Je sais que je ne suis pas encore arrivée dans le domaine de la danse et que j’ai encore de longues années de travail avant d’être ballerine, mais recevoir des compliments de votre part à tous... c’est formidable ! Vous me faites penser à ma mère défunte Mme Carmargo. Vous avez le même regard qu’elle quand vous me parler.

    Mme Carmargo : Merci Nina. En parlant de votre maman cette fois, que lui est-il arrivé ?

    Nina : Papa n’aime pas que j’en parle car à chaque fois, je me laisse subjuguer par l’émotion et je craque. Cependant pour vous madame, je vais vous expliquer. Ma mère est morte il y a maintenant dix-huit mois d’une grave maladie. Maman était comme moi passionnée de danse classque et je pense que c’est aussi pour cela que je veux devenir ballerine. Grâce à Anne-Marie et à ma mère, j’incarne le rêve des deux femmes les plus importantes dans ma vie. Depuis que maman est morte, je ne dors pas très bien, je fais souvent le même rêve : « La musique commence, je me lance pour danser. Je pique de la pointe, mais je ne peux plus... je ne peux plus danser et je me mets à hurler : Maman ! »Je vais souvent dans la chambre de papa dans ce cas. Celui-ci vient alors me border et me rassurer. Ce que je préfère quand on parle de maman, c’est quand il m’appelle « ma bichette ». Maman avait l’habitude de m’appeler comme ça. Elle me disait : « Tu as une figure de faon avec tes yeux en amande, si noirs avec tes pommettes hautes et ton petit bout de nez ! » Ma mère représentait beaucoup à mes yeux. Je tournoyais souvent avec elle dans la cuisine. Si je veux être ballerine, c’est aussi pour qu’elle puisse être fière de moi.

    Mme Suzette : Je pense qu’elle a de quoi être fière de toi Nina. Tu es jolie, élancée, fine. Tu as un visage digne d’un ange, tu as les traits si fins qu’on te croirait sortie d’un magazine. Tu es promue à un grand avenir fillette. Je te le dis et je pense que nous sommes tous d’accord : tu iras loin, Nina.

    Piotr Ivanov : Très loin !

    Nina : Merci Monsieur... ?

    Piotr Ivanov : Pardonnez-moi jeune enfant, je ne me suis pas présenté. Je suis Piotr Ivanov, professeur d’opéra. Je vous admire, vous êtes si jeune et si innocente et vous avez déjà un avenir tout tracé. Oh bien évidemment nous ne sommes pas à l’abri d’un changement de voie, mais vous avez la danse dans la peau et je pense que nous avons tour très bien compris le pourquoi du comment !

    Mme Carmargo : Assez parlé des souvenirs douloureux, parlez nous maintenant de votre entourage, de vos ami(e)s. C’est important les ami(e)s !

    Nina : Oui l’amitié c’est très important, surtout pour moi. J’ai les meilleur(e)s ami(e)s du monde ! Celle qui est comme ma soeur, c’est Zita Gardel. Je la connais depuis longtemps désormais et je peux tout lui confier. Elle représente la soeur que je n’ai jamais eue. Dans mon ancienne école, nous étions souvent à cinq copines : Chloé, Kelly, Marion, Zita et moi. Avoir des amies c’est primordial dans la vie. Chacune de nous peut confier ses secrets, raconter des anecdotes, râler quand nécessaire... J’ai de la chance de les avoir à mes côtés.

    Mme Suzette : Oui l’amitié c’est important et je vois que vous êtes bien entourée. Mais dites-moi Nina, quand est apparu le premier roman de votre vie ?

    Nina : Le premier livre : Nina, graine d’étoile est apparu en 2000 chez Pocket Jeunesse et depuis 40 livres sont sortis pour agrémenter mes aventures !

    Mme Carmargo : Vous êtes une vraie petite star Nina et encore si vous entrez dans notre école, votre vie va prendre un sacré tournant croyez-moi ! En parlant de notre école justement, j’ai devant moi les résultats de votre examen de danse d’hier midi...

    Nina : Ah oui ?

    Mme Carmargo : Ne paniquez pas ! Vous avez obtenu une moyenne de 18,5/20. Vous êtes même sortie première de l’épreuve. Quand à l’entretien aujourd’hui...

    Maître Torelli : Natividad, vous pensez à la même chose que moi ?

    Piotr Ivanov : Je l’espère en tout cas !

    Mme Suzette : Avez-vous fini de faire stresser la petite ?

    Mme Carmargo : Oui oui Suzette ! Nina, j’ai le regret de vous dire... que vous allez devoir passer un sacré bout de temps à faire vos valises car vous êtes admise dans notre école haut la main ! J’ai le plaisir d’accueillir une élève aussi attachante, adorable, sensible et talentueuse que vous. Félicitations Nina et BRAVO !

    Coppélia : Whouf Whouf !

    Imaginé par Laura, L1 Lettres Modernes, UFR Lettres Modernes, mai 2012

    Post-scriptum

    Pour en savoir plus

    Site officiel d’Anne-Marie Pol-pol.fr/

    Blog sur la série Danse

    Le site de Pocket Jeunesse

    École Carmargo

    Bibliographie

    -  La Reine de l’île : Père castor flammarion, 1986
    -  Tout seul : Hachette jeunesse, 1987
    -  Promenade par temps de guerre : hachette jeunesse/livre de poche jeunesse, 1987
    -  Le sang des étoiles : hachette jeunesse, 1988
    -  Lola et les loups : hachette jeunesse, 1988
    -  Cabrita la sauvage : bayard jeunesse/je bouquine, 1989
    -  Hector et l’archange de chihuahua : nathan/arc-en-poche, 1990
    -  Tout seul : hachette jeunesse, 1991
    -  Promenade par temps de guerre : hachette jeunesse, 1991
    -  Mes souliers : limaille, 1992
    -  La souillarde : syros, 1992
    -  À la poursuite de Priscilla : nathan, 1992
    -  Le sang des étoiles : Réédition chez Père castor flammarion, 1992
    -  La maison aux yeux fermés : mango jeunesse, 1992
    -  Papillon de papier : éditions ouvrères, 1992
    -  Panique au champs-de-mars : nathan, 1993
    -  Lola et les loups : hachette jeunesse, 1995
    -  C’est moi qui décide : bayard jeunesse, 1999
    -  Soledad et la maison aux yeux fermés : hachette jeunesse, 1999
    -  On ne joue plus Roméo ! : hachette jeunesse/vertige, 1999
    -  10 récits de la danse classique : père castor flammarion, 1999
    -  Mon cheval de papier : grasset jeunesse, 1999
    -  À quoi rêve une danseuse... : mango jeunesse, 2000
    -  Ma vie rêvée : bayard jeunesse, 2000
    -  Nina, graine d’étoile : pocket jeunesse, 2000 et 2006
    -  À moi de choisir : pocket jeunesse, 2000
    -  Embrouilles en coulisses : pocket jeunesse, 2000
    -  Sur un air de hip-hop : pocket jeunesse, 2000
    -  Le garçon venu d’ailleurs : pocket jeunesse, 2000
    -  Une rose pour Mo : pocket jeunesse, 2000
    -  Coups de bec : pocket jeunesse, 2000
    -  Avec le vent : pocket jeunesse, 2000
    -  Une étoile pour Nina : pocket jeunesse, 2000
    -  Un trac du diable : pocket jeunesse, 2000
    -  La vie d’abord : grasset jeunesse, 2001
    -  Nina se révolte : pocket jeunesse, 2001
    -  Chacun son tour : grasset jeunesse, 2003
    -  L’amour au vol : père castor flammarion, 2005
    -  Aimée ou pas ? : grasset jeunesse, 2006
    -  À l’aube de la révolution russe, journal de Liouba 1916-1917 : gallimard jeunesse, 2007
    -  Les filles au pouvoir : père castor flammarion, 2008
    -  Une rentrée qui déménage : père castor flammarion, 2008
    -  Les 3 copines, l’abominable homme des maths : père castor flammarion, 2008
    -  Les 3 copines, une socièté très très secrète : père castor flammarion, 2008
    -  Les 3 copines, drôle de pensionnaire : père castor flammarion, 2009
    -  Les 3 copines, princesse mensonge : père castor flammarion, 2009
    -  Les 3 copines, un étranger super-mignon : père castor flammarion, 2009
    -  Les 3 copines, Mr Smith a disparu : père castor flammarion, 2009
    -  Les 3 copines, collège Hollywood : père castor flammarion, 2009
    -  Les 3 copines, À l’année prochaine ? : père castor flammarion, 2009
    -  Rachel, le théâtre ou la vie : père castor flammarion, 2010
    -  Les 3 copines, copines un jour, copines toujours ! : père castor flammarion, 2010
    -  Enfer de coloc’ : père castor flammarion, 2010
    -  La danseuse et le roi : flammarion, 2012

    Pour plus d’infos, consultez le site Ricochet