Site littérature jeunesse de lille 3

Le livre dont j’étais l’héroïne, La Traversée infernale

Ce qui ne me tuait pas me rendait plus forte...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Durant l’été, tous les samedis, mes frères, ma sœur et moi allions à la bibliothèque. Après avoir lu tous les contes de princes et princesses ainsi que de sorciers et de sorcières, je ne savais plus quoi choisir.

    C’est alors que mon grand frère, connaissant son goût pour les histoires d’aventures, m’avait tendu Le Livre dont vous êtes le héros.

    Certaine que les filles et les garçons n’avaient pas le même genre de lectures, je restais sur mes gardes en me disant qu’au pire je ne le lirais pas jusqu’au bout... Il n’y avait pas d’images ou très peu, de plus petits caractères et je n’avais encore pas l’habitude de tenir un livre de cette épaisseur dans mes mains d’enfant. Pourtant, après la première page, je ne pouvais plus m’arrêter de lire, j’étais plongée dans l’inconnu du monde fantastique.

    (JPG)
    © Gallimard, 1986

    Le principe était simple, lancer des dés pour se confronter à de nouvelles péripéties, par exemple : « Si vous faites entre 1 et 4, allez à la page 31 si vous faites 5, n’avancez plus, vous êtes mort durant le combat. ! Si vous faites un 6 vous gagnez le combat et avancez à la page 33. ». N’’ayant pas de dés je décidais de choisir moi-même ce qui allait m’arriver... Si je faisais le mauvais choix, je mourais, mais dans ma chambre, je n’avais qu’à retourner à la page précédente et trouver un autre moyen de parvenir à mes fins.

    Ce livre me permettait de comprendre qu’en tout temps, dans toutes les situations, j’aurais des décisions à prendre et que celles-ci auraient des répercussions plus ou moins graves dans l’avenir. La vie ressemblerait alors à une grande route se divisant au fil du dé qui roule, c’est à ce moment là que les choix sont à faire. Peser le pour, peser le contre, faire au mieux pour soi dans chaque situation se présentant à nous.

    Il m’apprenait également que les erreurs n’étaient pas si fatales que ça car même si dans le livre je mourais, dans ma chambre j’apprenais que tout était encore possible et que mes erreurs me feraient grandir.

    © Manon Tarlowski, L2 HSI, Langues et Culture antiques, octobre 2012

    Post-scriptum

    DEVER, Joe. La Traversée infernale. Illustrations Gary Chalk, traduit de l’anglais par Camille Fabien. Gallimard-Jeunesse, 1986. 18 x 13 cm. (Folio junior. Un Livre dont vous êtes le héros).