Site littérature jeunesse de lille 3

Narnia, ma première lecture sans papa et maman...

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Les chroniques de Narnia sont considérées comme des romans pour adolescents mais j’estime ce livre comme mon premier vrai souvenir littéraire étant donné qu’il est le premier livre que j’ai lu seule.

    Ce n’est qu’à l’âge de dix-onze ans que j’ai découvert le livre de Clive Staples Lewis, un livre dans lequel je me suis identifiée aux personnages et qui m’a ouvert au monde de la même manière que le personnage de Lucy, piqué de curiosité, ouvre la porte de l’Armoire et y trouve son refuge : Le Monde de Narnia.

    (JPG)
    Gallimard-Jeunesse, 2008.

    Petite, ma Maman me lisait des histoires chaque soir, des histoires de princesses, d’animaux, Petit Ours Brun et tant d’autres. Mais au fil des années nous avions moins de temps pour partager ces moment privilégiés (les petits frères dérangent tous le temps !). J’ai alors commencé à lire par moi-même, au début je fabriquais mes propres histoires avec les images que je voyais. Mais mon premier livre, mon premier coup de cœur, mon premier réel souvenir littéraire : c’est Le Monde de Narnia - Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique.

    Peter, Susan, Edmund et Lucy Penvensie étaient quatre frères et sœurs. Leur histoire se déroulait pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils avaient été tous les quatre envoyés dans la campagne chez un vieux monsieur. Un jour qu’ils jouaient à cache-cache, Lucy la plus petite des quatre, trouvait une armoire et s’y cachait. Mais cette armoire était l’une des nombreuses portes d’entrées sur le monde de Narnia, ce lieu magique où les animaux parlaient, les nains, les sirènes et les faunes existaient. Un monde imaginaire remplie de magie avec des paysages plus merveilleux les uns que les autres.

    Moi, je me suis tout de suite reconnue dans le personnage de Susan, la plus âgée des quatre. Elle était mature (un peu trop pour son âge) et souhaitait grandir le plus vite possible afin d’entrer dans le monde des adultes, elle avait aussi cet instinct maternel envers Edmund et Lucy. Ayant vécu une situation familiale similaire à la sienne durant mon enfance j’ai dû apprendre très vite à me débrouiller toute seule et surtout à veiller sur mon petit frère. Tout comme moi, les Pevensie avaient dû quitter leur papa. Il était rare de trouver un livre qui évoquât l’absentéisme du père.

    Narnia agissait sur moi comme un remède à ma solitude, c’était mon jardin secret auquel personne ne pouvait accéder à part moi. Quand j’étais triste ou en colère je me réfugiais dans ce monde si fabuleux à mes yeux, je retournais voir mes amis, moi aussi je faisais partie de leur aventure ! Sur le chemin de l’école je m’attendais toujours à voir apparaître de la magie, un peu comme les enfants admirateurs d’Harry Potter qui attendaient leur lettre de Poudlard. J’étais persuadée de l’existence de ce monde, de cette Armoire, du lion Aslan.

    En écrivant cet article je me suis rendu compte que ce livre a été bien plus que ma première expérience littéraire, même s’il m’a donné le goût de la lecture, il m’a surtout façonnée. Avec les Penvensie j’ai appris à me battre pour ce que je voulais, peut-être aussi à m’affirmer un peu plus, autant de valeurs que véhicule C.S. Lewis dans Les Chroniques de Narnia. Mes goûts musicaux ont été énormément influencés par ce livre, j’écoute souvent des musiques de films et m’imagine l’histoire, mon choix professionnel ainsi que mes goûts cinématographiques. C’est bien simple, dans ma vie tout se relie à l’imaginaire. Narnia était/est mon échappatoire. Aujourd’hui encore je suis Lucy, petit fille rêveuse refusant de grandir et d’oublier la féerie du monde.

    « À notre monde que l’on décrit comme désenchanté, Les Chroniques de Narnia offrent un réenchantement » - Philippe Maxence [1]

    © Valentine Lemoine, L1 HSI Langues et Culture Antiques

    Octobre 2012

    Post-scriptum

    LEWIS, Clives Staples. Le monde de Narnia. Volume 2, Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique. Traduit de l’anglais par Anne-Marie Dalmais. Gallimard-Jeunesse, 2008. 195 p. ; illustrations en couleur ; 18 x 13 cm. (Folio. Folio junior ; 1151). ISBN 978-2-07-061901-6

    LEWIS, Clive Staples, Le Monde de Narnia - La sorcière blanche, le lion et l’armoire magique [2]. Pauline BAYNES ill. , Anne-Marie DALMAIS trad. Paris : Gallimard Jeunesse, 2008. 195 p. ; 18 x 11 cm. (Folio Junior) ISBN : 207061901X (Broché)

    Notes de bas de page

    [1] auteur du Monde de Narnia décrypté. Paris : Presse de la Renaissance, 2005. 290p. ISNB : 2750901723 (Broché)

    [2] Titre original : Chronicles of Narnia - The Lion, the Witch and the Wardrobe