Site littérature jeunesse de lille 3

MOUMINE LE TROLL : Les mémoires de Moumine le troll

ou comment une petite créature finno-suédoise a atteint la célébrité
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Malgré son éternelle jeunesse, Moumine [1] n’est plus tout jeune, au contraire. À presque 70 ans, notre petit héros aux allures d’hippopotame a entrepris d’écrire ses mémoires, tout comme Papa Moumine quand celui-ci est tombé malade. Dans sa grande bonté - qui n’est plus à prouver - Moumine a accepté d’en dévoiler quelques extraits en avant-première pour Lille 3 Jeunesse. [2].
    (JPG)
    Snufkin et moi, illustration originale de Tove Jansson
    Moumine le troll

    Moi, Moumine le Troll, j’ai décidé d’entreprendre la lourde tâche de raconter ma vie. Cette vie qui a commencé avant même que je sois né, cette vie qui a atteint une ampleur inimaginable, cette vie qui m’a un peu échappé. Chers lecteurs, chères lectrices de Lille 3 jeunesse, je ne veux pas vous ennuyer, mais je ressens le besoin de me confier, moi qui aime tant aider les autres. J’ai besoin de me libérer. Comprenez-moi, je suis fatigué de toute cette célébrité. Ce qui ne m’empêche pas d’être heureux, ne vous méprenez pas.

    [...]

    Chapitre 1

    où l’on assiste à ma laborieuse naissance

    Commençons par le commencement, voulez-vous. Au tout début, je n’étais qu’une idée, un concept. J’ai bien évolué depuis, mais je n’ai pas perdu mes traits ronds et doux. Il paraît que je ressemble à un hippopotame. Cette comparaison me vexe un peu, je suis beaucoup plus mignon. Mais puisque c’est plus facile pour vous... Qu’il en soit ainsi.

    Ma première apparition n’a pas été flatteuse pour moi. Loin de là. Ma créatrice, Tove Jansson, était alors en vacances sur l’île principale de l’archipel de Pellinki (près d’Helsinki). La cabine de pêche où sa famille habitait alors possédait des toilettes sur les murs desquels chaque membre s’amusait à coller des extraits de magazine, à écrire des commentaires ou à dessiner des graffitis. Un jour que Maman Tove s’était disputée avec son frère et ne sachant plus quoi répondre après une citation de Kant qu’il avait utilisé, elle avait dessiné « la forme la plus moche possible et [écrit] "Kant" en-dessous ! C’était le premier Moumine ! » Lorsque je l’ai appris, j’ai été très contrarié. Mais comme j’aime énormément Maman Tove, je lui ai pardonné.

    J’ai fait d’autres apparitions par la suite, mais je n’étais toujours pas moi. Maman Tove a quitté la Finlande pour un voyage en Europe, sans aucun doute pour vivre de nouvelles aventures palpitantes, et a fait un passage par l’Allemagne. Pendant son séjour, elle a réalisé une peinture à l’eau représentant un moumine noir dans un paysage gris et pluvieux [3].

    (JPG)
    Couverture de Garm
    par Tove Jansson

    Les apparences les plus récurrentes de mon "moi futur" se trouvaient dans le magazine Garm [4] dès 1940. Présent au sein même des illustrations (mais en beaucoup, beaucoup plus petit), j’ai fini par être un signe distinctif de la patte de Maman Tove, tout en évoluant. Mais je n’étais pas encore celui que je fus dans le premier roman de ma famille et moi : un personnage assez doux (ou rond, pour ceux qui voudraient me vexer), avec de grands yeux expressifs, deux oreilles pointues, des mains et des pieds et une longue queue au bout touffu (comme celle d’un lion, pas d’un hippopotame, non mais !).

    Quant à mon nom, c’était bien plus simple et permanent. Je vais vous expliquer son origine par une anecdote assez drôle. Alors qu’elle logeait chez un oncle suédois pendant ses études d’art à Stockholm, Maman Tove s’est levée pendant la nuit pour un petit en cas. Cette nuit-là, son oncle l’a surprise et lui a dit qu’un « troll vivait derrière la cuisine. Son nom était Moumine et il aimait souffler sur la naissance de la nuque des gens ».

    [...]

    Chapitre 2

    où je suis devenu un héros de papier dans le monde

    Quelle n’a pas été ma joie quand enfin je suis devenu moi, un personnage à part entière, avec une famille aimante et aventurière, des amis divers et variés, mais tous adorables. Elle l’a écrit en 1939, mais il n’est paru que six ans plus tard. C’était en 1945, le livre s’intitulait Småtrollen och den stora översvämningen, Moumine et la grande inondation, publié par Söderström & Co. Bien que Maman Tove ait été finlandaise, celui-ci comme les autres ont été écrits en suédois avant d’être traduits en plusieurs langues, dont le français. C’est en 1950 que les premières traductions ont été éditées, l’une en Angleterre (Finn Family Moomintroll), la seconde en Finlande (Muumipeikko ja pyrstötähti). En tout, neuf livres [5] narrent nos aventures. Sent i Novembre en 1970 a été le dernier titre de Maman Tove avant qu’elle ne nous abandonne pour écrire des livres pour adultes.

    (JPG)
    Auto-portrait de Tove avec les personnages de Moumine

    Quatre livres d’images ont été également publiés durant les mêmes années, dont un en collaboration avec son frère Per Olov Jansson. Deux d’entre eux ont été traduis en français : L’Histoire de Moumine, Mumla et Petite Mu, Que crois-tu qu’il arriva, et Qui va rassurer le tabou ?, aux éditions p’titGlénat en 2009. Plus tard, d’autres livres pour enfants ont été publiés, certains d’entre eux des adaptations des séries animées elles-mêmes adaptées des romans originaux, d’autres inventés pour les plus jeunes et avec peu de lien avec les histoires initiales si ce n’est les autres personnages et moi-même. Entre autres exemples, vous pouvez trouver les titres Moumine joue à cache-cache, Moumine - Apprends à compter et autres titres du même genre publiés par P’tit Glénat en 2010 et 2011. Beaucoup de livres de ce genre ont été originellement publiés par l’éditeur anglais Puffin, avec d’autres livres de petites histoires ou d’activités.

    Ce sont également les anglais qui ont été les premiers à publier les comic strips de mes aventures dans le journal The Evening News de Londres dès 1954 et jusqu’en 1974, même si le frère de Maman Tove, Lars Jonsson, a repris la série en 1960. Quand je suis passé dans une boutique de Londres, j’ai eu l’agréable surprise de me voir sur les couvertures immenses des anthologies de ces comic strips. Les aventures que je vis avec ma famille et mes amis dans ces séries de quatre cases sont inédites, mais suivies d’un strip à l’autre, formant ainsi des histoires à part entière.

    (JPG)
    Auto-portrait de Tove avec Moi sur une pile de strips

    Et j’ai trouvé ça fantastique, puisque - ce n’est pas un secret - je suis toujours heureux de vivre de nouvelles aventures ! De découvrir de nouvelles choses ! De me faire de nouveaux amis !

    [...]

    Chapitre 3

    où je suis devenu un acteur prestigieux et adulé

    OH MON DIEU !!! Je suis une star du petit écran, et du grand !

    Après une apparition sur les planches en 1959 et une seconde à l’opéra en 1974, j’ai conquis le cœur des téléspectateurs dès 1969. Une adaptation animée suédoise a vu le jour en 69, puis une seconde en 1973. Une autre série, polonaise cette fois, est sortie en 1979. Celle-ci a eu de particulier que nous étions des poupées, et l’animation a été faite en stop motion [6]. Les Polonais nous ont donné une nouvelle vie artistique.

    Mais la vraie gloire est venue avec deux séries. La première était d’origine japonaise. Elle n’avait pas l’accord de Maman Tove, qui la trouvait trop éloignée de la réalité, et de ce fait elle n’a pas été diffusée hors du Japon. Mais à l’intérieur... Le succès que nous avons eu ! Des centaines de fans, adultes compris, se précipitaient devant leurs télévisions pour regarder nos aventures. Ils ont d’ailleurs des hôtels en notre nom (enfin, surtout celui de Papa Moumine) et un café-boulangerie-magasin appelé Moomin Bakery & Cafe se trouvant à Tokyo, dans lequel sont vendues des spécialités finlandaises, mais aussi des tas et des tas de goodies à mon effigie (et celles de mes amis et de ma famille, bien sûr).

    Mais je m’égare. Les Japonais, en collaboration avec les Finnois et les Néerlandais, ont créé une nouvelle série plus fidèle aux livres et intégrée à la franchise Moumine. Cette série a été diffusée plus largement dans le monde, par exemple en Bosnie, en Grèce, au Népal, au Mexique et d’autres petits pays. Je connaissais déjà le Royaume-Uni, que j’avais visité plusieurs fois, mais parcourir tous ces autres pays partout dans le monde était une aventure palpitante !

    (JPG)
    Moomins the movie
    Affiche promotionnelle du film à venir

    Un long métrage fut créé en 1992 par la même production, reprenant l’histoire de la comète, et servant de prédelle à la série. J’avais déjà été acteur dans d’autres longs ou moyens métrages, notamment japonais (quand je dis qu’ils nous adorent ! ). En 1978, les russes nous ont consacré le film Mumi-troll, narrant nos aventures lors de l’arrivée de la comète dans notre vallée. Comme la série polonaise, les russes ont choisi la technique du stop motion pour réaliser leur version. Mais pourquoi s’attarder sur le passé quand le futur nous offre de nouvelles expériences toutes aussi palpitantes ! Je vous le dis en toute confidence : je serai présent sur le grand écran en 2014 avec le film Moomins the Movie. Contrairement aux autres, celui-ci sera une adaptation des comic strips, et pour garder ce côté bande dessinée, il sera entièrement dessiné à la main. N’est-ce pas formidable ?

    [...]

    Chapitre 4

    où il est question de famille et d’amitié

    Nous sommes le 27 juin 2001. Maman Tove est morte. Je suis triste, mais surtout je suis fier. Maman Tove a vécu une vie pleine de péripéties, entre ses voyages, ses illustrations, ses livres pour adultes, et nous. Je sais qu’elle nous a aimés, et nous l’aimions en retour. Nous étions ses enfants de papier.

    [...]

    (JPG)
    Snufkin sur le départ

    Tous les ans, lorsque l’hiver tombe sur la vallée des Moumines, je me blottis dans mon lit et j’hiberne, comme Maman Moumine et Papa Moumine. Pendant ce temps, mon ami Snufkin part découvrir le monde. Même si je comprends son besoin d’aventure, je suis toujours triste quand il part et j’ai un peu peur qu’il ne revienne pas. Mais même s’il disparaît un peu plus longtemps que prévu, il revient toujours me voir. Snufkin n’est pas très bavard et a souvent besoin de sa solitude. Dans ce cas, je le laisse tranquille (jusqu’à ce que je ne tienne plus). Je le retrouve souvent au bord de la rivière, avec ou sans sa tente, chapeau sur la tête et écharpe autour du cou, à jouer de la musique. Je ne sais pas pourquoi, mais quand il est seul, les airs de Snufkin sont souvent tristes et mélancoliques... J’espère qu’il n’est pas malheureux.

    [...]

    (JPG)
    Ma première rencontre avec la Demoiselle Snork

    Je ne savais pas qu’être amoureux était si compliqué, parfois même douloureux et déstabilisant. Quand je suis avec Mademoiselle Snork, je ressens des choses étranges. Je me souviens d’une fois où elle voulait se faire enlever par des pirates. J’étais très vexé qu’elle les préfère à moi. Mademoiselle Snork vit chez son frère, mais elle vient souvent à la maison ou participe à nos aventures. Je n’en suis que plus heureux. Mademoiselle Snork m’aime aussi, mais je ne l’ai pas compris tout de suite. À cause de ça, je l’ai rendue triste. Une fois, sur la plage, nous avons découvert une figure de proue. C’était une dame, et elle était tellement belle ! J’ai regretté qu’elle ne soit pas vivante. Quand elle a disparu, j’ai été malheureux. Et plongé dans mes lamentations, je n’ai pas fait attention à la jalousie de Mademoiselle Snork... qui a demandé à un magicien de lui donner les yeux de la Belle Dame. Le résultat était horrible, Mademoiselle Snork pleurait, alors j’ai souhaité qu’elle redevienne comme avant. Le magicien a accepté heureusement. Mademoiselle Snork est jolie, même si elle n’est pas la figure de proue. Et elle aime se rendre jolie. Une fleur dans les cheveux, un collier de perle, et elle est heureuse. Avec Jolimie et les autres, nous allons sur la plage, et Mademoiselle Snork ramasse de jolis coquillages.

    [...]

    (GIF)
    Petite Mu

    Petite Mu est une des personnes les plus insupportables que je connaisse (ce qui ne m’empêche pas de bien l’aimer quand même). Grande curieuse et vraie chipie, il est impossible de garder un secret avec elle. Elle se mêle de tout, absolument tout, et utilise ce qu’elle apprend pour nous embêter. Parfois, elle n’est pas très délicate dans ses propos, mais au fond elle est gentille. Par exemple, ses remarques à la petite fille invisible étaient un peu moqueuses, mais quand elle est enfin redevenue visible, elle était contente comme tout le monde.

    Petite Mu est une vraie boule d’énergie. C’est la plus petite de mes amis, mais elle est facilement reconnaissable à ses cheveux roux et sa robe rouge. Elle court très vite, est toujours partante pour jouer, explorer ou partir pour de nouvelles aventures. Elle a eu grande sœur (et quand je dis grande, c’est en taille et en âge), mais elle ne la voit pas souvent. Petite Mu s’est installée chez nous, ce qui ne dérange personne puisque la porte est grande ouverte à qui veut.

    [...]

    (GIF)
    Sniff le craintif

    Vous vous souvenez que je suis souvent comparé à un hippopotame ? Eh bien, Sniff, lui, ressemble à un kangourou. Il est brun, à deux grandes oreilles, un long nez avec de petites moustaches. Cependant, contrairement à l’animal, Sniff ne bondit pas, sauf lorsqu’il s’agit de se cacher. Sniff est un grand peureux ! C’est rare qu’il nous accompagne dans nos aventures, surtout lorsqu’il s’agit de prendre la mer. Mais il est fort possible que sa paresse ait aussi un rôle à jouer là-dedans. Il ne fait pas grand chose, mais il ne dit pas non à un bon jeu, et encore moins aux petits plats que Maman Moumine cuisine. Il répond toujours présent pour des gâteaux, ce petit gourmand (je sais que ça fait plaisir à Maman Moumine). Sniff est attachant parce qu’il est un peu stupide. Par contre, quand il s’agit de s’enrichir, les idées ne lui manquent pas !

    [...]

    Papa Moumine et Maman Moumine sont les meilleurs parents du monde (oui, oui, ils passent avant Maman Tove qui nous a abandonnés).

    (JPG)
    Papa Moumine et le chapeau magique

    Papa Moumine était un aventurier dans sa jeunesse, mais maintenant, il se consacre plutôt à l’écriture de ses mémoires. Mais de temps en temps, la mélancolie le prend et il ressent le besoin de partir à nouveau. Il a découvert le secret des Hattifatteners, les créatures à la poursuite de l’électricité, de cette manière ! J’aime l’accompagner dans de nouvelles aventures, surtout lorsqu’il s’agit de voyager un bateau.

    (JPG)
    Maman Moumine aux fourneaux

    Maman Moumine est une grande cuisinière. Mes amis sont toujours bienvenus pour un petit-déjeuner, un bon goûter ou n’importe quel autre repas. Maman Moumine a un grand coeur : elle accepte tout ceux qui le souhaitent ou en ont le besoin dans notre maison. Elle est la première à aider les gens, et mes amis et moi l’aidons dans cette tache. Elle porte toujours un tablier de cuisine, ce qui s’avère très utile lors d’un picnic improvisé. Elle ne quitte jamais son sac à main. Le jour où il a disparu, ce fut une catastrophe, et tout le monde est parti à sa recherche dans la Vallée. Finalement, deux petits invités l’ont retrouvé (mais de ce que je sais, c’est eux qui l’avait caché en premier lieu).

    [...]

    Chapitre 5

    où je fais un éloge de notre vallée

    Bien que j’aie visité de nombreuses contrées, notre vallée reste le pays que je préfère. Notre maison n’est pas loin d’un cours d’eau dans lequel on eut pêcher. Notre vallée est verdoyante, et quand ce n’y a pas de prairies, c’est parce qu’une forêt s’y trouve. Il y a de nombreuses cachettes dans notre pays, et c’est toujours une aventure de trouver une grotte (mais des fois, la dite grotte est déjà habité par le vieil Émule). Non loin de la maison se trouve la mer. C’est mon endroit préféré. Je pense que je tiens ça de Papa Moumine. Nous nous retrouvons souvent sur la plage, que ce soit pour jouer, pour chercher des coquillages ou pour partir vers de nouvelles aventures. De l’autre côté, notre vallée est entourée de hautes montagnes. Beaucoup d’autres créatures vivent dans cette vallée, plus ou moins en harmonies : les filigondes, créatures grises et tristes au long nez, la Courabou, créature de l’hiver glaçant tout ce qu’elle touche, ainsi que le Facteur, un homme sensible aux charmes de la grande soeur de Petite Mu, et tellement d’autres personnages à connaître...

    (JPG)
    La vallée des Moumines

    [...]

    Chapitre 6

    où je vous prouve ma célébrité

    Mon succès, notre succès, n’a plus de limites. C’en est terrifiant. Il est possible de me voir, ainsi que ma famille et mes amis, dans le parc Muumimaailma sur l’île de Kailo en Finlande. Vous pouvez nous parler et nous toucher, visiter notre maison, le bâteau de Papa Moumine...

    Des dizaines et des dizaines de goodies et produits dérivés peuvent se trouver sur Internet ou des boutiques dédiées (il y en a une à Covent Garden, Londres ; c’est dire le succès que nous avons là-bas aussi). Tout y passe : vaisselle (pour enfants, mais aussi tasses pour tous âges, dont certaines sont devenues des tasses de collection), vêtements, linges de toilette, draps, figurines, jeux de sociétés, jeux vidéos... Plus récemment, des applications pour android, iPhone et iPad ont été développées.

    (JPG)
    Euro commémoratif

    Nous sommes aussi officiellement reconnus en Finlande, notre pays d’origine. Une pièce de 10 euros commémorative en l’honneur de Maman Tove a été créée en 2004 pour fêter les 90 ans de sa naissance. Imaginez ma fierté quand je me suis vu sur la face de la pièce, en compagnie de Mademoiselle Snork et Petite Mu ! Et quel plaisir de recevoir du courrier avec un timbre nous représentant, un ami, un membre de la famille ou moi-même ! La folie va même jusqu’à nous représenter sur un avion de la Finnair !

    Au Japon, le 9 août (date de naissance de Maman Tove) est le "Moomin Day". Un jour nous est consacré. Et mieux encore, j’ai conquis l’espace ! En 1995, mon nom a été donné à l’astéroide 58345. Je crois que c’est l’une des choses les plus excitantes qui me soit arrivé depuis ma célébrité !

    [...]

    Avec toute mon amitié,

    Moumine

    Imaginé par Chloé, L1 langues scandinaves, UFR LLCE, département des langues germaniques, novembre 2012

    Post-scriptum

    Vous trouverez un exemplaire de Moumine le Troll au SCD de Lille3, au rayon Romans du Secteur jeunesse : cote LJ JAN

    JANSSON, Tove. Moumine le troll. Traduit du suédois par Kersti et Pierre Chaplet ; illustrations de l’auteur. Paris : Nathan, 1994. 1 vol. (197 p.) : ill. ; 18 cm. (Pocket junior ; 55). ISBN 2266088556

    Trad. de Trollkarlens hatt

    Notes de bas de page

    [1] Concernant les noms des personnages, de nombreuses variations existent en fonction des éditions et des traductions des animés ou des comics : Moumines ou Moomins, en suédois Mumintroll, en finnois Muumi.

    [2] Je tiens à préciser à nos lecteurs qui ne connaissent pas notre jeune ami que je n’ai pas eu besoin de le menacer, ni de le tromper ou encore d’abuser lâchement de sa bonté (ou naïveté dirait certain). Moumine était plus qu’heureux de partager son histoire, à peine lui avais-je posé la question.

    [3] http://www.moomin.com/tove/eng/ura.html, quatrième image.

    [4] Garm est un magazine anti-fasciste et anti-nazi. Son nom vient de la mythologie scandinave : Garm est le chien gardien des enfers. La mère de Tove Jansson travaillait déjà pour ce magazine en tant qu’illustratrice. Les dessins de Tove étaient satiriques.

    [5] Liste des romans originaux et leurs traductions françaises (dans le cas où plusieurs traductions existent, je réfère seulement à la première) : Småtrollen och den stora översvämningen, 1945. Moomin et la grande inondation, Poitiers, Le Lézard Noir, Le Petit Lézard, 2010. Kometen kommer, 1946. Une comète au pays de Moumine, Hachette-Jeunesse, coll. Jeunesse, 1982. Trollkarlens hatt, 1948. Moumine le troll, Nathan, coll. Arc en Poche, 1987. Muminpappans memoarer, 1950. Les Mémoires de Papa Moumine, Nathan, coll. Bibliothèque internationale, 1982. Farlig midsommar, 1954. L’Été dramatique de Moumine, Nathan, coll. Bibliothèque internationale, 1980. Trollvinter, 1957. Un hiver dans la vallée de Moumine, Nathan, coll. Bibliothèque internationale, 1972.Det osynliga baarnet och andra berättelser, 1962. Contes de la vallée de Moumine, Livre de Poche, coll. Jeunesse, 1981. Pappan och havet, 1965. Papa Moumine et la mer, Nathan, coll. Bibliothèque internationale, 1985. Sent i November, 1970. Non traduit. La majorité de ses traductions a été réalisée par Kersti Chaplet et Pierre Chaplet.

    [6] animation en volume ou animation image par image