Site littérature jeunesse de lille 3

Mon abominable belle-mère de Catherine Lepage

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Léa est une petite fille qui vit seule avec son papa. Un matin ordinaire, son papa lui annonce qu’il a une amoureuse et qu’il aimerait bien la lui présenter. Elle s’appelle Paulette. Mais Léa en connaît un rayon sur les belles-mères et elle sait à quoi s’attendre. Léa et Paulette vont vivre plusieurs aventures ensemble, malgré tout la petite Léa reste très méfiante. Cette belle mère sera-t-elle aussi méchante que celle de Cendrillon, aussi sournoise que celle de Blanche-Neige ? Mon abominable belle-mère va tout vous révéler sur les belles-mères !
    (JPG)
    © Les 400 coups, 2009

    Le mythe de la belle-mère de nouveau d’actualité

    Ah ! Le fameux mythe des belles-mères ! Tout lecteur qui se respecte a lu des contes ou autres histoires à leur sujet. Et qu’en retient-on ? Principalement leur méchanceté. L’histoire que nous propose Catherine Lesage est une très bonne adaptation d’un sujet à la fois intemporel et d’actualité. Léa est une petite fille qui partage avec le lecteur sa propre histoire, racontée par elle-même et avec ses propres mots. En étant elle-même narratrice, le personnage de Léa arrive à créer un lien avec son lecteur. Elle s’impose à lui mais elle l’invite aussi à vivre avec elle son histoire, elle rend son lecteur directement concerné.

    Dans une société où la famille « moderne » est plus que d’actualité, introduire ce thème, compliqué à expliquer aux enfants, est primordial car il définit la société d’aujourd’hui. Pourtant le concept de la belle-mère est loin d’être nouveau en ce qui concerne les histoires ; tout le monde a déjà lu les péripéties de Cendrillon ou encore de Blanche-Neige. C’est avec une légèreté et une pointe d’humour que Catherine Lepage a décidé d’aborder ce sujet. Pour ce faire elle a joué sur les références communes des enfants avec les contes, d’ailleurs la petite fille se représente Paulette comme une méchante sorcière. Rappelons quand même le clin-d’œil à Cendrillon, qui est LE livre qu’a décidé d’offrir Paulette à Léa, on ne peut que sourire à la lecture de ce passage.

    L’auteur n’a pas seulement écrit une histoire, elle a essayé de comprendre les sentiments que peut éprouver un enfant dans cette même situation, et elle donne ainsi quelques idées aux parents sur le ressenti de leur enfant. Chez la fillette, on ressent la peur, la méfiance, les angoisses face à cette nouvelle personne qui entre dans sa vie. On aborde la question de l’étranger qui s’immisce dans le quotidien d’un enfant, comme dans la vraie vie. Le personnage de Paulette fait son apparition par étapes : d’abord la rencontre au parc, les visites au zoo, la sortie de l’école, la cohabitation. Mais Léa est loin d’être seule, elle a Nounours, son doudou chéri qui la suit partout où elle va, c’est aussi à lui que Léa se confie. Le doudou est un élément essentiel à la vie de l’enfant, c’est son premier « lien » avec l’extérieur en dehors de ses parents. Dans cette histoire, Nounours joue un grand rôle puisqu’il va être le lien unissant Léa et Paulette lorsque celle-ci arrive à recoudre le doudou de l’enfant.

    Les illustrations ne sont pas très détaillées, le but n’étant pas de créer un monde mais de raconter une histoire tout en faisant passer un message fort. Les illustrations vont au plus simple afin de faciliter la compréhension du texte. Il n’y a pas trop de couleurs, ce sont en majorité des couleurs pastel qui rendent compte du léger coup de crayon de l’illustratrice. Cette simplicité des illustrations est en harmonie avec la simplicité de l’histoire afin que chaque enfant puisse s’identifier à Léa et à ce qu’elle traverse. Peu importe que le personnage soit une fille ou un garçon, c’est son histoire qui compte.

    Comme beaucoup de contes, cet album rend compte d’une morale : « Ne pas toujours croire ce que l’on lit/dit ». Il faut savoir se débarrasser des préjugés et découvrir le monde par soi-même. Avis aux enfants : toutes les belles-mères peuvent nous surprendre.

    Ne perdez pas une seconde et ouvrez vite cet album avec vos parents afin de découvrir les secrets cachés des belles-mères !

    LEMOINE Valentine, L1 HSI Langues et culture antiques

    Décembre 2012.

    Post-scriptum

    LEPAGE Catherine. Mon abominable belle-mère. Les 400 coups, 2009. 29 p. Les petits albums. ISBN : 978-2-89540-417-0