Site littérature jeunesse de lille 3

CENDRILLON révoltée

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Lorsque l’on demande à Cendrillon de nous raconter son histoire et de nous faire une analyse critique de sa création, voilà ce qu’elle répond :

    L’histoire d’une Cendrillon moderne, qui a bien changé...

    « Il fit asseoir Cendrillon, et approchant la pantoufle de son petit pied, il vit qu’il y entrait sans peine, et qu’elle y était juste comme de cire ».

    ***

    (JPG)
    Cendrillon au bal
    Illustration de Gustave Doré,1867

    Moi, petite cendrillon, suis née en 1697 de l’imagination de Monsieur Charles Perrault, je suis aussi connue sous « la pantoufle de vair ». J’ai été à maintes fois reprise dans le monde entier. En effet en Allemagne, je suis connue sous le nom de Aschenputtel par les frères Grimm. Toutefois dans ce conte l’histoire est quelque peu changeante et assez « horrible » par moments. J’existe cependant dans une multitude de versions dans le monde, dont certaines peuvent être très différentes de celles connues en Occident.

    Monsieur Perrault m’a sûrement donné ce nom car il signifie pénitence et un symbole d’humiliation, ce qui me caractérise au début de mon histoire. Souvent les gens résument ma vie à la simple perte de ma pantoufle de vair après le bal que le roi fit dans son royaume, pour trouver une épouse à son fils.

    Aujourd’hui vous me caractérisez même comme étant une sorte de Barbie, pour qui tout va bien et qui ne sait pas grand chose de l’existence. Même si j’ai par la suite de ma vie inspiré certains artistes, notamment le créateur de celle-ci, mais encore la princesse Sissi. Toutefois j’aimerais vous raconter ma vie de mon point de vue et non celui de mon créateur et des personnes qui ne savent que synthétiser mon histoire en quelques phrases, ce qui me désole.

    Je ne suis pas comme toutes les œuvres de mon créateur et encore moins comme toutes ces petites princesses, qui naissent trop bien et qui ne s’occupent guère du malheur des autres, ça non !!! Je suis plus qu’une petite princesse « bourgeoise » qui n’a rien retenu de la vie réelle. Je suis Cendrillon, pendant des années j’ai dû surmonter des difficultés de la vie, comme vous. Des difficultés tels que l’esclavage ordonné à des gens qui se sous estiment face à leur parents, leur patron... C’est un débat qui m’a pris énormément de temps. Et grâce à Monsieur Perrault j’ai pu réussir à faire d’une femme du XVe siècle, une femme indépendante et forte En effet, depuis que je vis avec le prince j’ai beaucoup de pouvoir sur le royaume, à vrai dire autant que mon cher et tendre époux. Il m’a permis de mettre en place une loi qui a séduit aujourd’hui la France entière et plus encore, celle de l’abolition de l’esclavage Le décret d’abolition a été rédigé par Victor Schoelcher, sous-secrétaire d’État à la Marine dans le gouvernement provisoire. Lui-même est sous la tutelle du ministre de la Marine, le grand physicien et astronome François Arago.

    Il m’aura fallu près de 200 ans pour avoir un résultat qui me satisfasse, mais maintenant que j’y suis parvenue je me sens fière et heureuse pour mon royaume et les royaumes environnants.

    Mon penseur a peut-être voulu que ma vie d’aujourd’hui appartienne à la vie politique, que je défende des causes... Toutefois Charles Perrault, à travers mon histoire, avait l’intention de montrer deux images différentes de femmes qui existaient et existent encore aujourd’hui, celles de femmes extraverties comme mes « sœurs », et des femmes plus simples, comme moi. Mais, il nous fait savoir que c’est par le regard masculin que se dévoile lentement une image épurée de la femme ; image selon laquelle la femme fuit le désir masculin qui la déchoit, lorsque celui-ci semble la "déshabiller du regard".

    Et je trouve que ceci est en partie vrai, car dès que le prince et moi avons commnencé à danser, j’ai dû fuir, cela peut avoir un rapport avec le fait qu’il était minuit. Que c’était l’heure de « rentrer » avant que justement le prince ne me dévore du regard. Ou simplement parce que je devais être obéissante a ce que m’avait dit ma marraine, la fée.

    Aujourd’hui avec mon prince nous avons sept enfants avec lesquels nous sommes très heureux. Parmi eux j’ai eu quatre filles qui les unes comme les autres ne se laissent pas marcher sur les pieds. Elles ont un fort caractère, l’une d’entre elle est même juge. Elle fait voter beaucoup de lois pour l’abolition de choses qu’elle trouve injustes et me demande souvent mon avis pour celles-ci.

    J’ai une de mes filles qui est-elle productrice c’est pour cela cher lecteur que vous pouvez me voir dans de multiples adaptations cinématographiques. C’est l’une des seules personnes que je laisse me filmer, car après Walt Disney je suis tombée aux oubliettes, avec mon histoire que tout le monde connait. Mais ma fille me prend encore comme modèle et fait tourner des films, dessins animés et adaptations théâtrales ce que je trouve formidables.

    Une autre de mes filles est quant à elle entrée dans la mode et créer aujourd’hui de nouvelles collections de robes pour tout le royaume. Cela me fait du bien de faire le contraire de ce que je faisais étant plus jeune. Je gardais toujours la même robe, les mêmes sabots... alors qu’aujourd’hui je peux changer quand cela me plait.

    Un de mes garçons travaille le marketing et a lancé il y a très peu de nouveaux produits sur lesquelles nous apparaissons son père et moi. Il y a peu lors de la fête des mères, il m’a fait la surprise de m’apporter une tasse sur laquelle j’apparais en robe de bal, ainsi qu’une robe pour sa future petite sœur avec, elle aussi, ma photo. Je vous laisse d’ailleurs une référence sur laquelle cliquer pour afficher les produits qu’il vend : Le guide.com

    Enfin, mon cadet a ouvert un musée en ville dans lequel vous pouvez aussi me trouver sous peintures, dessins... notamment quelques œuvres de Gustave Doré me représentant. Je les trouve tout à fait splendides, vous pouvez grâce au lien suivant voir quelques une des œuvres présentes dans son musée sur Gallica

    Voilà, très chers lecteurs, ce qui résulte de ma vie de « princesse » dans les temps modernes et je vous dis à très bientôt.

    Cendrillon

    © Imaginé par Anais Delecourt, L1 Études germaniques, 2013