Site littérature jeunesse de lille 3

Thorgal, de Van Hamme et Ronsinski

L’enfant des étoiles
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Vers l’an mille, des vikings trouvent un bébé abandonné rejeté par la mer. Croyant à un message des dieux, Leif leur chef le recueille et lui donne le nom de Thorgal Aergirsson en hommage au dieu de la foudre Thor et au dieu de la mer Aegir. Elevé parmi les hommes du nord, Thorgal devient un scalde et n’inspire qu’à vivre paisiblement en compagnie d’Aarica, la femme qu’il aime. Malheureusement le sort en aura voulu autrement, et il se retrouvera projeté malgré lui dans de nombreuses aventures, victime de la cruauté des hommes et des dieux.
    (JPG)
    © Lombard, 2008

    Une série atypique

    Thorgal naît de la rencontre entre le dessinateur polonais Ronsinski et le scénariste Van Hamme qui est aussi connu pour être l’auteur de la bande-dessinée XIII. En 1977, ils publient La magicienne trahie, le premier épisode de la série, dans le journal Tintin qui était alors édité par Le Lombard. L’objectif était alors de trouver un thème original qui dénoterait un peu avec les autres publications du journal. Au final, leur collaboration donna une œuvre assez originale de par leurs univers très différents. On y trouve ainsi des éléments de mythologie scandinave et même grecque (Arachnéa fait écho à l’histoire de cette jeune femme transformée en araignée par la déesse Athéna et on retrouve un équivalent des Parques dans Au-delà des ombres), un univers assez médiéval (Les archers, Les trois vieillards du pays d’Aran, ...) mais aussi une touche de science-fiction apportée par Van Hamme puisque le héros de la saga descend en fait des Atalantes qui de par leur grande avancée technologique auraient migré dans l’espace. Ces rares épisodes de science-fiction rappellent d’ailleurs la bande-dessiné Yoko Tsuno qui était plus ou moins contemporaine à Thorgal.

    Le style graphique de la bande-dessinée a aussi beaucoup évolué depuis ses débuts et ce surtout depuis la reprise du scénario par Yves Sente en 2007. Bien que Van Hamme ait décidé d’abandonner la série, Rosinski a tenu à la poursuivre à la condition de pouvoir expérimenter de nouvelles techniques. Dans les les derniers tomes, le dessinateur utilise donc la couleur directe pour un rendu plus réaliste. Dans une interview [1], il confie d’ailleurs faire plus de « l’illustration » que de la bande-dessinée. A côté de ce que Rosinski appelle « la série mère », se sont également développées des histoires parallèles comme la saga de Kriss de Valnor et de Louve la fille de Thorgal illustrées par d’autres dessinateur s mais toujours sous l’égide de Rosinski et toujours dans le même esprit.

    « Les dieux ont mis un homme à l’épreuve »

    Si la série aborde des thèmes et des époques très différentes et se caractérise par un certain éclectisme, nous pouvons malgré tout en dégager un certain topos : le destin. Plusieurs éléments de la tragédie sont présents. Comme tous les héros de tragédie, Thorgal est un héros hors du commun, bien qu’il ne soit pas noble dans le sens premier du terme, il est le dernier « enfant du peuple des étoiles ». A plusieurs reprises dans la série, on présente d’ailleurs son appartenance à un autre monde comme la cause de son infortune. Comme il n’appartient pas à ce monde, son destin n’a pas été écrit et la fatalité ne va cesser de s’acharner sur lui alors que ses aspirations sont très humbles, il souhaite mener une vie de famille sans histoire. D’abord scalde, il va d’ailleurs tenter d’embrasser la profession de paysans, puis s’exiler avec sa famille sur une île. Mais le destin le rattrape toujours, et lui retire toujours tout ce qu’il a : « L’étrange destin qui ne cesse de s’acharner sur moi vous fait courir trop de dangers. [...] Jusqu’à ce que les dieux m’oublient et me permettent de vivre une vie heureuse auprès de vous [2] ». Le sort va tantôt prendre la forme de divinités scandinaves (les ases) tantôt juste la noirceur des hommes et leur égoïsme.

    Le mystère des origines

    L’enfant des étoiles est le septième tome de la série mais il raconte des faits plus anciens sur l’ordre chronologique. Il est divisé en plusieurs parties qui relate chacune un moment dans l’enfance de notre héros. « Le drakkar perdu », « Le métal qui n’existait pas » et « Le talisman » racontent à la fois comment Thorgal a été retrouvé bébé par une expédition viking, sa première rencontre avec les créatures mythiques scandinaves et l’histoire de son peuple, atlantes qui avaient fuit la terre il y a longtemps et qui y sont revenus afin de se procurer des ressources énergétiques. Ce tome est un peu le pendant d’Aarica, le tome 14, qui de son côté à travers plusieurs nouvelles conte l’enfance d’Aarica, l’aimée de Thorgal. Cette dernière est d’ailleurs présentée dans L’enfant des étoiles par la déesse Frigg comme « une autre vie qui lui montrera sa voie  [3] ». Bien que ce tome soit un peu une interruption dans le récit, il n’en demeure pas moins essentiel pour la compréhension de la série et bien qu’il soit toujours mieux de commencer la série par son début, je ne le déconseillerai pas non plus à ceux qui n’auraient pas encore eu le plaisir de découvrir les Thorgal ! Il donne un bon aperçu de la série étant donné que le style graphique de Rosinski y a déjà beaucoup mûri depuis La magicienne trahie et je l’ai trouvé emprunt de beaucoup de poésie notamment à travers les nombreuses références à l’univers féerique et à la mythologie scandinave. On n’est plus vraiment dans le simple domaine de la bande-dessinée, mais plus dans celui du mythe et du conte. Et vu le grand nombre d’histoires parallèles qui continuent de sortir à côté de Thorgal et des valeurs universelles qu’elles transmettent comme l’amour, le courage et l’amitié, oui, nous pouvons vraiment nous accorder pour élever l’univers de Thorgal au niveau du mythe.

    © Deborah DAVID, Deust 2 Métiers des Bibliothèques et de la Documentation, 31 décembre 2012

    Mise à jour : mai 2014

    Post-scriptum

    VAN HAMME, Jean, Thorgal : L’enfant des étoiles. Grzegorz ROSINSKI ill. Bruxelles : Le Lombard, 2008. 48 p. ; 29 x 22 cm.

    ISBN 978-2-8036-0460-9 (cartonné)

    Pour aller plus loin avec Thorgal

    -  thorgal-aegirsson.com

    -  thorgal-bd.fr

    -  jjblain.pagesperso-orange.fr

    -  actuabd.com

    Notes de bas de page

    [1] http://bdmaniac.fr/actus-bd/interview-video-de-grzegorz-rosinski-dessinateur-de-thorgal->http://bdmaniac.fr/actus-bd/interview-video-de-grzegorz-rosinski-dessinateur-de-thorgal

    [2] ROSINSKI, VAN HAMME. Thorgal : La gardienne des clés. T. 17. 2009. Le Lombard. p. 47

    [3] ROSINKI, VAN HAMME. Thorgal : L’enfant des étoiles. T.7, p32