Site littérature jeunesse de lille 3

De silences et de glace, de Julia Billet

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    De l’utilité de communiquer

    "Papa m’a dit : "Ton frère est mort sur le coup"".

    C’est avec ces mots que Sarah, une adolescente de 15 ans, commence l’entrée de son journal intime, un mercredi 13 décembre. Ce n’est que par déduction que nous comprendrons comment le drame est arrivé : le frère de Sarah était fan de moto... La mort brutale du jeune homme plonge la famille dans une souffrance immense. Les parents de Sarah sont effondrés. Elle les trouve souvent dans l’obscurité, pleurant l’un contre l’autre.

    (GIF)

    Sarah, elle, ne pleure pas, ne dit rien. Elle est tellement ébranlée que rien ne sort mais la souffrance est là, puissante, envahissante. Elle s’insinue dans son corps. Elle a froid. Tout le temps. "Je me transforme en iceberg, personne ne s’en aperçoit encore, c’est seulement la partie immergée. Ça gèle ferme, dur, bientôt, tout le monde pourra s’en apercevoir, je serai un bloc de glace tout entier, dedans, dehors, je ne pourrai plus bouger, je serai une statue, je m’endormirai...".

    Un jour, la mère de Sarah décide que l’on n’en parlerait plus jamais, que son nom ne devrait plus jamais être prononcé, sa chambre serait vidé, ses affaires au grenier...

    Les personnes qui l’entourent, ses copains, ses profs ne savent que lui dire. On ne parle pas.

    Sarah n’exprime pas sa douleur aux autres. Mais, elle écrit. Elle décrit comment la glace de son chagrin s’étend dans son corps depuis l’accident. Comment elle perd la faculté de se concentrer, elle, la bonne élève, grande lectrice, pour qui les mots sont devenus indéchiffrables.

    Récurrentes, les images d’immobilité parsèment le texte : "de marbre", " des mannequins immobiles dans le noir", des "statues"... Les personnages sont figés dans leur douleur. Le refus de communication, l’interdiction posée par la mère emprisonne l’adolescente. L’écriture elle-même est heurtée, "ses" mots tombent comme des couperets.

    Le salut viendra d’un séjour chez sa grand-mère Lucie, une femme menue mais forte, qui passe son temps à jardiner. Avec elle, Sarah va pouvoir enfin pleurer, exprimer son chagrin, faire sortir sa douleur. Sa grand-mère lui parlera de son frère et saura trouver les mots justes. Etendue dans l’herbe, les yeux vers le ciel, elles se racontent son grand frère.

    Elle va aussi rencontrer Antoine avec qui elle parlera peu mais entre eux va s’installer une grande complicité et beaucoup de tendresse. La glace fond. C’est le printemps, le renouveau. Le deuil est fait.

    Un sujet douloureux traité avec force et justesse, à travers le point de vue d’une adolescente. Un très beau texte.

    A partir de 14 ans.

    par Marine Dormion (04/2002)

    Billet, Julia. De silence et de glace. Ecole des loisirs, 2002. (Medium). ISBN 2211063675