Site littérature jeunesse de lille 3

Doudou, qui es-tu, d’où viens-tu ? (mini thèse)

Le doudou dans la littérature jeunesse
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    L’enfant et son doudou, deux êtres inséparables - 10.2 ko
    L’enfant et son doudou, deux êtres inséparables
    Nounours vient de manger le goûter d’Anna (regardez comme il a l’air penaud), ça a jeté un froid mais rassurez-vous, dans à peine dix minutes ils seront dans les bras l’un de l’autre.

    Intro-doudou-ction

    Chaque année en France, ce ne sont pas loin de 700 000 enfants qui naissent d’après les données publiées par l’Insee. 700 000 enfants qui grandiront et seront inévitablement amenés à se choisir un doudou. Le choix du doudou reste quant à lui l’un des plus grands mystères du monde, et les « élus » ont souvent des qualités et un attrait particulier que l’enfant lui-même ne sait expliquer. Mais quand une simple peluche est reléguée au rang de sacro-saint doudou, c’est pour la vie. Un pacte de sang est signé entre l’enfant et la petite créature faite de tissu et de mousse.

    Par souci de clarté, le terme retenu parmi tant d’autres (peluche, nin-nin, nounours...) dans cette mini-thèse sera celui de « doudou ». Ce terme est relativement récent, il a été créé il y a un demi siècle par le pédiatre et psychanalyste d’enfant Donald Winnicott pour désigner cet objet transitionnel qui facilite la séparation temporaire avec la mère.

    Que ce soit un ours, un morceau de tissu, un vêtement, une grosse peluche, le doudou est un concept universel. Un doudou c’est avant tout une histoire d’amour, un investissement affectif. En fait, c’est la première relation que l’enfant choisira, la première relation extérieure à la mère. Le doudou, sous ses airs de touriste, ne chôme pas, et gère presque à lui seul l’une des plus grandes étapes du développement de l’enfant : La séparation avec la mère et l’acceptation du monde qui l’entoure.

    Mais un doudou, du point de vue de l’enfant, c’est un ami, un confident, un compagnon de jeu, de sieste, un réconfort quand il est triste. Mais c’est aussi le seul être qui soit à un niveau hiérarchique inférieur de celui de l’enfant. Le seul être sur lequel l’enfant puisse exercer un quelconque pouvoir. Ainsi, si le doudou est l’être privilégié qui est gavé de câlins et de bisous, c’est aussi celui qui doit essuyer les crises de rage de l’enfant. L’enfant frustré que l’on vient de punir pourra décharger sa rancœur en disputant copieusement son doudou.

    En résumé, le doudou est quelque chose d’essentiel pour un enfant. Il est si important que l’on peut le considérer comme un prolongement vital de l’enfant. C’est pourquoi lorsque le doudou est perdu, ou que les opérations chirurgicales à répétition n’ont pas suffit à le sauver des affres de l’usure, c’est le DRAME. Le gros chagrin ou même l’hystérie dans le pire des cas.

    Présentation des ouvrages de référence

    C’est cette définition du doudou qui sera abordée ici, à travers trois ouvrages de références :

    -  la série de BD Calvin et Hobbes par Bill Watterson,
    -  la série d’album Léo et Popi par Helen Oxenbury
    -  et également l’album Ce lapin appartient à Emily Brown de Cressida Cowell et Neal Layton.

    Je souhaitais initialement intégrer un roman à cette sélection, mais le sujet étant très restreint en termes de public (public très jeune) il n’existe pas à ma connaissance de roman traitant explicitement de doudous.

    La série Calvin et Hobbes raconte avec humour l’histoire de Calvin, un petit garçon de six ans dont le meilleur ami est une peluche de tigre qui devient un véritable félin sauvage et dangereux dès que les deux compères se retrouvent seuls.

    De gauche à droite : Calvin et Hobbes - 16.9 ko
    De gauche à droite : Calvin et Hobbes
    Oeuvre de Bill Watterson

    L’essentiel de Calvin et Hobbes est décliné sous la forme de strip de trois ou quatre cases. Les gags oscillent entre les différentes scènes de la vie de Calvin : À l’école (où il est un vrai cancre), dans la rue (lorsqu’il cherche des poux à Susie) ou chez lui lorsqu’il se bat avec Hobbes et nie être le responsable des dégâts lorsque sa mère lui demande de ranger sa chambre :« Mais maman, c’est Hobbes ! ».

    La série Léo et Popi raconte avec tendresse plutôt qu’humour la vie de Léo et de son singe en peluche Popi.

    De gauche à droite : Popi et Léo - 14.1 ko
    De gauche à droite : Popi et Léo
    Oeuvre d’Helen Oxenbury

    A l’instar de Martine, Léo et Popi sont mis en scène dans des situations aussi nombreuses que variées : Léo et Popi au Zoo, Léo et Popi l’heure du lit ou encore Léo et Popi sur le pot. Chaque histoire comporte en quelques sortes un enseignement, destiné à faire évoluer l’enfant qui lit l’histoire, ou qui se la fait conter avant de s’endormir.

    Quant au dernier, Ce lapin appartient à Emily Brown, raconte les mésaventures d’une petite fille qui voit son lapin en peluche Stanley convoité par la reine Gloriana.

    Ce lapin appartient à Emily Brown - 27.4 ko
    Ce lapin appartient à Emily Brown
    Oeuvre de Cressida Cowel et Neal Layton

    Cette dernière proposera tout un tas d’objets en échange du précieux lapin, et en viendra finalement à kidnapper Stanley devant le refus d’Emily d’abandonner son plus vieil ami. Je tiens à vous rassurer d’emblée, Stanley demeure sain et sauf à la fin de l’histoire.

    L’analyse de l’image du doudou dans la littérature jeunesse m’est facilitée par le fait que tous les ouvrages traitant du sujet s’accordent à transmettre la même image du doudou. Et si chaque interprétation est unique, tous renvoient à la même idée : celle du doudou indispensable.

    I. Même pas peur avec mon Super-Doudou

    On peut considérer qu’un enfant a cinq sens, et cinq besoins vitaux : Manger, boire, dormir, recevoir de l’amour, et posséder un doudou. Concentrons-nous sur le dernier point. Posséder un doudou. Le doudou pour beaucoup d’enfants, c’est un peu comme une excroissance, là ou se trouve le doudou se trouve l’enfant, et vice versa. C’est une relation fusionnelle qui unit les deux acolytes. L’enfant et son doudou font tout ensemble. Parfois l’enfant est confronté à un obstacle qu’il n’a pas la force d’affronter seul, mais si en revanche son doudou lui, y parvient, cela peut rassurer l’enfant et lui donner le courage de dépasser ses peurs, comme dans Léo et Popi dans la neige où Léo est terrorisé à l’idée de descendre une pente en luge. Mais lorsque finalement son papa lui montre que Popi n’a pas peur de descendre en luge et qu’il n’est pas tombé, alors Léo accepte de monter sur la luge pour glisser le long de la pente.

    II. Mon doudou, c’est le meilleur !

    Mais un doudou c’est avant tout un choix. Un choix improbable, inexplicable et incorruptible. Les peluches sont un des grands classiques lorsqu’il s’agit d’offrir un cadeau pour une naissance. Et chaque personne qui offre une peluche à un bébé espère toujours secrètement que celle-ci deviendra l’élue, qu’elle passera du stade de simple peluche à celui du doudou. Mais lorsque l’on interroge son entourage en lui demandant « Pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre ? » la réponse est toujours la même « Aucune idée » mais tous sont persuadés que leur doudou possède quelque chose de plus que tous les autres. C’est pourquoi un doudou n’a de valeur que si c’est le sien. Comme dans Ce lapin appartient à Emily Brown où la reine Gloriana cherche désespérément à s’emparer du doudou d’Emily. Lors des échanges successifs que lui propose la reine, un ours en peluche fait son apparition. À la fin de l’histoire, après qu’Emily se soit faite voler Stanley et qu’elle l’ait retrouvé au château de la reine, elle explique à cette dernière qu’un doudou n’a de valeur que parce que c’est le sien, mais qu’il suffit simplement de le vouloir pour rendre n’importe quelle peluche unique. Elle lui propose d’adopter l’ours en peluche qu’elle lui avait proposé en échange de Stanley afin d’en faire son doudou, celui qui n’aura de valeur qu’à ses yeux. Ainsi, la valeur du doudou est très subjective. Le doudou n’a quasiment aucune valeur monétaire, mais possède une valeur sentimentale souvent très élevée.

    III. Mon doudou, le plus doux de tous mes jouets

    Le doudou, nous l’avons vu plus haut, est nommé à un poste à responsabilités. Il est choisi pour accompagner l’enfant dans ses épreuves de tous les jours. Il partage le quotidien de l’enfant, il est tantôt spectateur, tantôt acteur, comme lorsqu’il s’agit de jouer. Un enfant passe beaucoup de temps à jouer, il a une imagination débordante et peut mettre en scène son doudou. Il peut tantôt déguster un bon thé lors d’une dînette improvisée, mais aussi devenir le fidèle acolyte de l’enfant pour repousser les forces du mal à la manière de Batman et Robin. Ou encore simplement participer à une bataille de boules de neiges comme c’est le cas dans plusieurs strips de Calvin et Hobbes.

    Calvin et Hobbes en pleine bataille de boules de neige - 21.6 ko
    Calvin et Hobbes en pleine bataille de boules de neige

    Cela démontre une fois de plus l’importance du doudou en illustrant l’une de ses nombreuses facettes, celle du compagnon de jeux. Le doudou aide l’enfant à s’amuser seul et à accepter de ne plus vivre en permanence collé à ses parents. Tout va bien puisque l’enfant n’est pas vraiment seul, son doudou est avec lui pour lui tenir compagnie.

    IV. Métro, boulot, doudou

    Mais parler du doudou sans évoquer son importance souvent capitale au moment de s’endormir serait une terrible erreur. Nous le savons tous, des tas de monstres se cachent sous le lit des enfants. Ces bêtes vicieuses et perfides n’attendent que l’obscurité la plus totale pour s’attaquer à nos chères têtes blondes. Une fois de plus, le doudou joue ici un rôle majeur. C’est lui qui montera la garde la nuit afin de protéger l’enfant d’une éventuelle attaque de monstres. En sachant cela, l’enfant parviendra à gagner le sommeil dans la sérénité la plus complète. Entre un enfant et un doudou, c’est aussi une relation de confiance.

    Le doudou travaille la nuit, les week-end et jours fériés. - 4.3 ko
    Le doudou travaille la nuit, les week-end et jours fériés.

    Dans la série Calvin et Hobbes, Calvin est régulièrement confronté aux monstres qui habitent son dessous de lit. Toutefois grâce à Hobbes, qui est un tigre puissant et agile (comme tout tigre qui se respecte), Calvin parvient toujours à s’endormir. Mais si le doudou protège l’enfant des monstres sournois il joue souvent un rôle essentiel dans ce que j’appelle « le rituel du dodo ». Chaque enfant (et a fortiori chaque être humain) possède son rituel pour s’endormir. Ce rituel peut revêtir plusieurs formes : Caler son oreiller d’une façon spéciale, se frotter l’oreille, ou encore adopter une position particulière. Le doudou aura souvent une place dans ce rituel du dodo. Tantôt l’enfant le blottira au creux de son cou, tantôt il le serrera dans l’une de ses mains. Ce qui implique que si le doudou manque à l’appel lorsqu’il s’agit d’aller au lit, cela peut vite devenir problématique. Et bien souvent aucune autre peluche n’arrive à remplacer le doudou, car elle sera toujours trop grosse, pas assez douce ou pas de la même forme et par conséquent ne produira pas le même effet, rendant le sommeil ou la sieste impossible.

    Conclusion

    Le doudou est un vrai couteau suisse. Il aide et accompagne l’enfant dans de nombreuses situations, que ce soit pour jouer, dormir, surmonter ses peurs ou son chagrin. Le doudou est le compagnon de chaque instant. Il est unique et c’est ce qui le rend si privilégié. Au regard de l’enfant, le doudou est son bien le plus précieux. Et la littérature jeunesse l’a bien compris, tous les auteurs qui se sont adonné au travail de mettre en scène le doudou ont su transmettre à leur façon - en insistant parfois sur une des facettes du doudou pour mieux la cerner - cette image du doudou sacralisé. Alors je m’adresse à tous les parents du monde : Ne privez pas un enfant de son doudou. Et gardez toujours un œil dessus pour ne pas le perdre, sinon vous courez droit à la catastrophe.

    Si toutefois l’irréparable venait à arriver. Si le doudou venait à être perdu, vous pouvez toujours consulter le site de Inspecteur Doudou/ en espérant retrouver un modèle identique.

    Si, en revanche, vous faites face à un accident de doudou, que celui-ci se fracture un bras ou subit simplement les affres du temps, vous pouvez l’hospitaliser via la clinique des doudous. Après des soins intensifs, il reviendra en pleine forme !

    © Clément Gambier, janvier 2013

    Deust 2 métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Département Sid, UFR Deccid

    Post-scriptum

    Bibliographie

    Calvin et Hobbes [Texte imprimé] : intégrale / Bill Watterson. - [Paris] : Éd. Hors collection, 2005-. - 30 cm.

    Léo et Popi dans la neige [Texte imprimé] / Helen Oxenbury ; [trad. par Marie-Hélène Delval]. - Paris : Bayard éd., cop. 1993 (Impr. en Espagne). - [12] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 25 cm. - (Léo et Popi.).

    Ce lapin appartient à Emily Brown [Texte imprimé] / écrit par Cressida Cowell ; illustré par Neal Layton ; traduit de l’anglais par Rémi Stefani. - [Bruxelles] ; [Paris] : Casterman, DL 2007 (impr. en Chine). - 1 vol. (non paginé [29] p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 26 x 29 cm. - (Les albums Duculot).