Site littérature jeunesse de lille 3

Hunger Games, de Suzanne Collins

« Mesdames et messieurs, que les soixante-quatorzièmes Hunger Games commencent !! »
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Que feriez-vous face à la mort ? Que seriez-vous capable de faire pour survivre ? Jusqu’où iriez-vous avec un couteau à la main ? Tueriez-vous quelqu’un face à des milliers de téléspectateurs ? Telles sont les interrogations de Katniss et Peeta...
    (JPG)
    © Pocket Jeunesse, 2009
    le Geai moqueur représenté sur la couverture est l’emblème de l’héroïne.

    Synopsis

    Dans une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, appelé Panem, un puissant gouvernement répressif et tyrannique, le Capitole, tient en joue douze districts. Pour Katniss Everdeen, l’héroïne âgée de 16 ans, le quotidien dans le District 12 est difficile. À cause de la mort de son père, la jeune fille subvient aux besoins de sa famille en chassant sur des terres qui lui sont interdites. Le roman commence le jour de la Moisson, ce dernier lance le début des Jeux de la Faim. Ce jeu met en scène vingt-quatre participants, appelés « tributs », dans une arène remplie de caméras et de pièges mortels. Dans chacun des douze districts, deux adolescents (une fille et un garçon) entre douze et dix-huit ans sont choisis pour jouer un jeu télévisé où ils doivent s’entretuer. À la fin, il ne restera qu’un seul survivant couvert de richesses.

    Lors du 74e Hunger Games, Primrose Everdeen, âgé de 12 ans, est tirée au sort pour représenter le district 12. Katniss se porte volontaire pour remplacer sa petite sœur aux côtés de Peeta, le fils du boulanger. Durant le jeu, les alliances se font et se défont. Katniss va mettre en œuvre différentes stratégies pour attirer la sympathie du Capitole et des sponsors. Elle va essayer de survivre dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée. C’est alors que Peeta va lui déclarer sa flamme, face à des milliers de téléspectateurs...

    Contexte

    Panem est une nation issue des ruines de l’Amérique du Nord. Chaque district a une spécialité pour desservir les besoins des habitants du Capitole :

    District 1 : Les objets de luxe

    District 2 : Les objets de maçonnerie

    District 3 : La technologie

    District 4 : La pêche

    District 5 : L’énergie

    District 6 : Les transports

    District 7 : L’industrie forestière

    District 8 : Le textile

    District 9 : Les céréales

    District 10 : Le bétail

    District 11 : L’agriculture

    District 12 : Les ressources minérales

    District 13 : Le graphite et le nucléaire

    .

    Après la rébellion du district 13 (complètement rasé par les bombes), le Capitole crée les Jeux de la Faim (Hunger Games) dont le but est de terroriser la population et d’asseoir son autorité. Vingt-quatre adolescents sont amenés à s’entretuer pour garantir leur propre survie. Ils évoluent en direct à la télévision dans un écosystème créé de toutes pièces par le Capitole. Parallèlement, les tributs doivent plaire au public pour tenter de remporter les votes de ceux qui les observent. Les Hunger Games sont un outil au service de la dictature. Les habitants des différents districts sont obligés de regarder les jeux. Par le biais des jeux, le Capitole veut faire comprendre qu’il commande et que le peuple ne peut absolument rien faire.

    Autour du livre

    Suzanne Collins est une écrivaine et auteur américaine de plusieurs livres de fantasy, née le 10 août 1962. C’est en septembre 2008 que l’éditeur américain Scholastic publie aux États-Unis le premier volume de la trilogie Hunger Games, influencé par le mythe grec de Thésée et du Minotaure. Le succès est immédiat aux États-Unis ainsi qu’en Europe. Cette trilogie fait partie du genre de la science-fiction plus précisément de la dystopie. [1]

    En quatorze mois, les deux premiers volumes se sont vendus à 1,5 million d’exemplaires aux États-Unis et ils sont restés soixante semaines dans le classement des meilleures ventes du New York Times.

    (PNG)
    Tableau des différentes parutions

    .

    En mars 2012, la filière américaine Amazon affirme que Hunger Games est la trilogie la plus vendue en édition Kindle. D’ailleurs, le premier tome a déjà fait l’objet d’une adaptation filmée sous la direction de Gary Ross, qui a été retranscrite par l’auteur elle-même en mars 2012.

    I La découverte des sentiments

    Comme Katniss est la narratrice, le lecteur se met dans la peau de la jeune fille. Au fil du récit, le lecteur apprend à connaître Katniss, elle se dévoile en nous livrant ses doutes, et exprime sa peur omniprésente. Toutes ses émotions et ses divers sentiments sont décrits. Tout comme elle, on ne sait absolument pas comment les autres vivent cette tuerie. On ne connaît ni les autres personnages, ni ce qui leur arrive. Le lecteur est dans la totale ignorance, ce qui donne envie de lire la suite.

    L’amour est un élément important dans ce roman destiné aux adolescents, sans pour autant être niais. Avec Katniss, le lecteur s’interroge sur la nature de la relation qui l’unit à Peeta : cet amour est-il réel ou n’est-il qu’une stratégie de plus ? Grâce à ce roman, l’adolescent s’initie à l’amour : il découvre des sentiments, des expériences qu’il ne connaît pas.

    II L’environnement socioculturel de l’histoire

    Hunger Games a pour thème principal la puissance des régimes totalitaires. Ce livre décrit aux adolescents, de façon simple, une société dictatoriale où le peuple est complètement asservi par un gouvernement puissant et sans pitié. La violence et le pouvoir sont les thèmes récurrents de ce premier tome. Cependant, le thème de la politique n’est que partiellement évoqué par le personnage de Gale, l’un des seuls amis proches de Katniss, qui semble prêt à se révolter contre le Capitole. De plus, les différences entre les districts sont très marquées, tant du point de vue des richesses que du point de vue culturel. Le Capitole contient de très grandes richesses par rapport au district de Katniss et Peeta : on trouve de la nourriture à foison, qui est gâchée. L’auteur critique la société de consommation. Collins tente d’inciter les adolescents à faire preuve de raison, d’économie, et d’empathie envers les plus faibles.

    (JPG)
    © Calmann-Lévy, 2006

    La trilogie de Suzanne Collins n’est pas la seule œuvre à critiquer les régimes totalitaires ainsi que ses abus. Le roman Battle Royale de Kōshun Takami, édité en 1999 au Japon est basé sur le même principe que Hunger Games. Certains l’ont accusé de plagiat, mais bien que l’intrigue de départ soit la même les histoires ne se ressemblent pas. En effet, Hunger Games est plus stratégique que son homologue japonais. Contrairement à la trilogie, l’oeuvre de Takami est beaucoup plus violente et dure psychologiquement : le sang coule à flot et les massacres se succèdent.

    L’histoire de Battle Royale se déroule dans le futur, où un programme appelé Battle Royale est mis en place pour servir d’exemple à la population (tout particulièrement aux jeunes). Ce programme annuel consiste à tirer au sort une classe de collégiens et à les emmener de force sur une île isolée, où ils devront combattre pour rester en vie. Au final, il ne restera qu’un seul survivant.

    En 2000 et 2003, le roman Battle Royale a inspiré deux films de Kinji Fukasaku avec le célèbre acteur japonais Takeshi Kitano qui, contrairement au roman, met l’accent sur la violence gratuite. Puis entre 2000 et 2006, le scénariste Koushun Takami et le dessinateur Masayuki Taguchi ont publié un manga du même nom. Ce dernier est vraiment très violent et a un fort caractère sexuel qu’on ne retrouve pas dans le roman et le film.

    Dans le livre ainsi que dans le manga, le lecteur suit la plupart des élèves de cette classe de manière subjective, le lecteur découvre leur passé, leurs motivations, leurs pensées et leurs ressentis. Dans Hunger Games, le lecteur évolue avec seulement une personne, Katniss tandis que dans Battle Royale, on suit une multitude de personnages. Le lecteur voit s’entretuer des amis, des camarades de classe contrairement à Hunger Games, où Katniss apprend la mort de ses concurrents, qu’on ne connait pas, sur un écran.

    Le film Battle Royale ne permet pas de comprendre la psychologie des personnages. Le spectateur ne sait pas comment évolue les personnages, tout comme Hunger Games, mais ça ne gène pas la lecture. Le lecteur veut connaître avant tout l’évolution de la relation entre Peeta et Katniss ainsi que le déroulement final.

    III Les dangers de la télé-réalité

    (PNG)
    © J’ai Lu, 1999

    Le roman de Suzanne Collins critique ouvertement les abus de la télé-réalité, bien que ceux-ci soient poussés à l’extrême. Dans de nombreux romans, la télé-réalité est revisitée en émission impitoyable. La télé-réalité du futur cherche à offrir aux téléspectateurs des émissions qui ont pour vedette des gens inconnus du grand public que l’on met en situation dangereuse pour observer leur comportement au quotidien. Les participants du jeu sont considérés comme de la chair à canon.

    (PNG)
    © Albin Michel, 1988

    Deux livres plus anciens (ainsi que deux adaptations cinématographiques du même nom) ont pour thème la violence télévisée :

    Le Prix du danger est une nouvelle de Robert Sheckley parue en 1958. La nouvelle raconte les sept dernières heures d’un jeu télévisé auquel participe Jim Raeder.

    Stephen king, plusieurs années auparavant, a écrit un roman similaire, Running man qui raconte l’histoire d’un homme obligé de se présenter à un jeu télévisé très populaire (pour sauver sa fille malade) dans lequel les participants sont traqués à travers tout le pays. Stephen King a très souvent été accusé d’avoir plagié Le Prix du danger de Robert Sheckley.

    Les sociétés présentées dans les différentes œuvres montrent une société du spectacle où la télévision fait office d’outil de domination. Katniss, Peeta et les autres concurrents ne sont que les pions d’un régime politique strict et puissant. En réalité, Katniss met en place de nombreuses stratégies pour séduire l’audimat. Il existe dans notre société des jeux où les candidats doivent faire face à la nature, aux animaux sauvages et à différentes épreuves.

    Le principe de l’émission de télé-réalité Survivor sous le nom de Expedition Robinson a été créé en 1992 par Charlie Parsons et diffusé la première fois en Suède en 1997. Elle s’est ensuite déclinée dans de nombreux pays du monde. Pour gagner, les concurrents doivent faire preuve d’endurance et de résistance pour surmonter de nombreuses épreuves.

    En France, l’émission a été adaptée sous le nom Koh-Lanta diffusée sur TF1 depuis le 4 août 2001 (douze saisons ont été tournées tous les ans). Pendant 40 jours, quatorze à vingt candidats doivent survivre sur une île déserte. En début d’aventure, on leur fournie une maigre ration de riz ensuite ils doivent trouver eux-mêmes de la nourriture et construire leur propre abri pour se protéger des intempéries et des animaux. Les candidats possèdent un sac de vêtements ainsi que de rares effets personnels. Mais ils ne peuvent ramener des produits ou de la nourriture extérieure au jeu. Même s’il n’y a aucun mort, le principe de l’émission est de mettre des candidats dans des conditions physiques et psychologiques assez dures.

    Conclusion

    Dans l’opinion publique, les romans ayant pour cible les adolescents sont vus comme niais, car ils sont très souvent stéréotypés. Souvent comparé uniquement par le buzz qu’ils ont suscité, il est impossible de faire l’amalgame entre Twilight de Stephanie Meyer et Hunger Games de Suzanne Collins. Bien que l’histoire ait déjà été exploitée par plusieurs auteurs, Hunger Games reste orignal puisque l’auteur se concentre sur les sentiments et la survie du personnage principal sans tomber dans l’eau de rose. Le roman correspond aux attentes des adolescents, puisque les personnages principaux sont comme eux et qu’ils arrivent à gagner les Hunger Games face à des brutes. Ce sont des héros qui n’ont pas la carrure de grands sportifs, mais bien d’adolescents comme les autres. De plus, l’écriture de Suzanne Collins est simple, mais elle n’est pas simpliste. La construction du récit est efficace et le rythme donne de l’énergie au roman. Ce roman est très facile à lire pour les adolescents. Le lecteur ne décroche pas un seul instant de ce roman. Hunger Games de Suzanne Collins est accessible même pour les adultes, car il n’est ni niais ni enfantin et délivre des messages universels.

    © Estelle Valembois, 2013

    Deust 2 Métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Post-scriptum

    Références bibliographiques

    COLLINS, Suzanne. Hunger Games. Guillaume FOURNIER trad. Paris : Pocket Jeunesse, 2009. 399 p. ; 14 x 23 cm. (Pocket Junior Grand Format) ISBN 2266182692 (broché)

    KOUSHUN, Takami. Battle Royale. Patrick HONNORE, Yano TETSUYA trad. Paris : Calmann-Lévy, 2006. 600 p. ; 16 cm x 24 cm. ISBN 2702136737

    KING, Stephen (BACHMAN, Richard). Running man. Frank STRASCHITZ trad. Paris : Albin Michel, 1988. 258 p. ISBN 978-2226033819 (broché)

    SHECKLEY, Robert. Le prix du danger. Paris : J’ai Lu, 1999. 11 x 18 cm. (J’ai Lu Sf) ISBN 2277214744

    Filmographie

    -  GARY Ross, Hunger Games. 2012
    -  FUKASAKU Kinji, Battle Royale. 2000
    -  FUKASAKU Kinji, Battle Royale II : Requiem. 2003
    -  BOISSET Yves, Le Prix du danger. 1983
    -  GLASER Paul Michael, Running Man. 1987

    Pour aller plus loin...

    -  Site officiel de Hunger Games
    -  Blog sur Hunger Games en Français
    -  Page Allociné Hunger Games
    -  Page Allociné Hunger Games : L’embrassement

    Notes de bas de page

    [1] Dystopie (également appelée contre-utopie) : récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur et contre l’avènement de laquelle l’auteur entend mettre en garde le lecteur. Wikipédia