Site littérature jeunesse de lille 3

J’ai 14 ans et je suis détestable, de Gudule

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    L’amour, l’adolescence et le mal être

    (JPG)
    © Flammarion, 2000

    Résumé

    Léa est une adolescente rebelle, assez forte et mal dans sa peau. Elle a l’impression que tout le monde la hait et que même ses parents ne la comprennent plus. Leurs querelles à propos du rangement de sa chambre, du choix de ses vêtements, de ses heures de sortie, de ses résultats scolaires ou de ses dépenses personnelles se multiplient. Ils la menacent même de suppression d’argent de poche et de télé ou d’envoi dans un pensionnat.

    Un jour, Léa passe des heures plus mauvaises que les autres : la prof de français la ridiculise devant ses camarades, le repas à la cantine est particulièrement mauvais et une pluie d’orage l’accompagne sur le chemin du retour. Heureuse d’être à la maison, elle monte alors se réfugier dans sa chambre et s’aperçoit que tout est nettoyé et rangé. Les posters d’Afrique qu’elle collectionnait amoureusement et qu’elle collait au mur sont empilés soigneusement sur son bureau. D"testant cette "piaule de Barbie" et respectant ses goûts et ses désirs, elle les raccroche. Sa mère en rentrant la gifle en décrochant et chiffonnant le tout.

    Léa déménagera alors dans le grenier. Sa mère exigera son réaménagement dans sa chambre par deux fois, ce qu’elle refusera. A bout de nerfs, elle finira même par faire sa valise et décidera de fuguer. Mais la porte du grenier lui résistera et une voix la suppliera de rester : Whoo le fantôme fait son apparition dans sa vie.

    Mais est-ce véritablement un fantôme ou un fantasme ? Mystère...

    Les personnages

    Les personnages principaux

    Léa

    -  Une collégienne de 14 ans qui fréquente la 3ème
    -  Elle est assez forte physiquement et gourmande en sucreries. Elle n’est pas très soignée. Elle se déteste et croit que tout le monde la hait.
    -  C’est une fille unique.
    -  Sa chambre est son refuge. Elle n’est pas très bien rangée. Léa en a tapissé les murs de photos d’Afrique.
    -  Léa aime les marginaux et refuse les valeurs bourgeoises.

    Pauline

    -  meilleure amie de Léa.
    -  Elle a un physique de top model qui fait rêver tous les garçons... mais n’a, comme toutes les filles de sa classe, qu’un seul garçon en tête : Doc Rasta.

    Doc rasta

    -  un Black qui redouble sa 3ème.
    -  Ses parents sont d’origine zaïroise. Il est cool et beau comme le jour.
    -  Il fait rêver toutes les filles et les collectionne.
    -  Il vit dans une petite maison et a 6 frères et sœurs. Il s’en occupe et les emmène au square après les cours. Il doit partager sa chambre.

    Whoo, le fantôme invisible

    -  C’est le fantôme de Charles, un jeune homme de 17 ans qui s’est suicidé un jour de l’année 1932 par désespoir d’amour. Il habitait la même maison que Léa et sa chambre était située à l’emplacement du grenier actuel.
    -  Il n’a pas le droit au Grand repos.
    -  Il ne veut pas déplaire à Léa et ne veut pas la perdre. Il a honte de lui-même et choisit l’invisibilité.

    Les personnages secondaires

    La mère de Léa

    -  assez autoritaire avec sa fille
    -  Elle est chef du personnel dans une entreprise.
    -  Son physique est agréable.
    -  Elle est toujours soignée (style " tailleur, collier de perles et talons hauts ").
    -  Elle aime l’ordre dans la maison.
    -  C’est elle qui a choisi le papier peint de la chambre de Léa.

    Le père de Léa

    -  un " gros nounours "
    -  Il entre moins en conflit avec sa fille.
    -  C’est l’ombre de son épouse. Il la soutient dans ses décisions.
    -  Ludo : un copain de classe
    -  Il rêve, comme les copains de sa bande, d’emballer les filles et de battre un record.
    -  Il donne un soir rendez-vous à Léa dans un square situé près du collège, et il l’humilie devant ses copains en mettant 30 secondes pour l’emballer.

    Madame Boudet

    -  le professeur de français de la classe
    -  Elle est ironique et ridiculise Léa devant ses camarades.
    -  Doc Rasta ne se laisse pas ridiculiser devant la classe mais il ridiculise le professeur.
    -  Elle leur donne à tous deux le même devoir supplémentaire : à Léa pour rattraper sa note et à Doc Rasta pour le punir de son insolence.

    Deux thèmes : L’amour et l’adolescence

    Léa, comme toutes les filles de sa classe, rêve de rencontrer l’amour. L’amour est le thème principal du livre (50 pages environ sont consacrées à l’adolescence et 70 pages à l’amour).

    Ce livre a été essentiellement choisi par les filles du collège. Les garçons le rejettent d’emblée à cause de la première de couverture : elle est rouge et rose et les dessins sont romantiques (une fleur, une photo de jeune fille au premier plan, des photos de jeune homme, un jeune homme et une jeune fille enlacés...). C‘est dommage, car l‘extrait de la quatrième de couverture nous parle surtout des problèmes des adolescents, et le côté fantastique du récit (avec l’apparition du fantôme) pouvait intéresser les garçons : la lecture mixte aurait pu ainsi enrichir les témoignages et les échanges entre les deux sexes.

    L’amour dans le récit ou méfiez-vous des séducteurs : résistez leur ! Le physique n’est pas un critère de choix. Le culte de la beauté et de l’apparence, la séduction facile y sont dénoncés. La nudité des corps garde cependant son importance dans les échanges amoureux, mais ceux-ci sont empreints de tendresse et d’amour et succèdent à la connaissance intime de l’autre.

    Léa aime l’élu de son coeur pour ce qu’il est et non pas pour ce qu’il représente. Elle lui reste fidèle. Doc Rasta en tombera amoureux parce qu’elle sera la seule à lui résister.

    On retrouve

    -  d’un côté, les garçons qui collectionnent leurs conquêtes, qui considèrent les filles comme des objets, et qui rivalisent dans les bandes en essayant de battre des records de séduction ;

    -  de l’autre, les filles qui attendent qu’on les remarque, qui essaient de séduire en soignant leur apparence, qui aiment en secret et qui rêvent du grand amour... Notre héroïne est la seule à ne pas soigner son look.

    Léa reste malheureusement dans la dynamique de la Belle au bois dormant. Elle attend un prince charmant qui vient réellement la chercher et la sauver. Sans lui, sa vie n’a pas d’intérêt. Elle est passive. Mais elle reste aussi dangereusement toute puissante : Doc Rasta, le séducteur, finira par aimer un " boudin aux cheveux gras, avec de l’acné ".

    On aura, et c’est légitime, des difficultés à se l’imaginer... On pourra ainsi regretter que les lectrices risqueront de s’identifier au personnage en entretenant deux leurres :

    -  la vie sans amour n’a pas de sens : il est plus important d’être aimée que de s’aimer soi même et d’avoir des occupations et des loisirs ;

    -  l’amour est magique : il transforme l’identité de l’être aimé (un séducteur peut devenir fidèle par exemple). On ne retrouve pas cette passivité dans le second thème du récit.

    L’adolescence, période d’incompréhension, de solitude et de mal être

    Les parents de Léa ne la comprennent pas et sont directifs.. Même si Léa n’est pas passive avec eux, ils encouragent sa passivité. Elle leur résiste en refusant une chambre qui ne lui ressemble pas et se respecte en allant loger au grenier, en y séjournant et en bravant leurs menaces. Elle préparera même sa fugue, mais Whoo l’en empêchera. Ce qui lui sera profitable : ses parents finiront finalement par accepter qu’elle loge au grenier... à condition que sa chambre devienne une chambre d’amis. On aurait pu imaginer qu’ils lui laissent réintégrer sa chambre et qu’elle en soit responsable...

    Les copines ne sont pas nombreuses. Léa souhaite la solitude à la fin du livre, et ne partage plus ses secrets, même avec sa meilleure amie. C’est aussi sa force.

    On ne retrouve pas de récits de sorties et d’activités réalisées avec les pairs.

    Les profs : c’est surtout la mère Boudet... ironique et blessante à souhait... Mais Léa n’a pas de bons résultats scolaires et on se doute qu’aux autres cours, cela doit aussi être difficile.

    Bref, Léa est une fille sensible qui en a marre, marre de tout ! Ce livre retrace assez bien les difficultés de communication que peuvent rencontrer les adolescents. L’héroïne n’est pas décrite comme une pleurnicheuse, et c’est appréciable. Différentes classes sociales sont représentées chez les familles adolescentes : si celle de Léa est bourgeoise, celle de Doc Rasta est plus humble. À noter également : les différences de couleur de peau sans caractère discriminatoire. Doc Rasta est un " Black " dont toutes les filles rêvent.

    Marie-Thérèse Kubéra

    Collège A. Rimbaud, Villeneuve d’Ascq


    Avis de jeunes lecteurs

    Ce livre est plutôt bien. Il explique la vie de tous les jours (sauf les passages avec Whoo), les amours, etc. Je le recommande à ceux qui aiment les livres d’amour.

    Amandine

    Ce livre est très bon pour les jeunes car il évoque la vie d’une jeune fille et ses problèmes. Je le recommande très fortement.

    Noémie 1

    J’ai trouvé ce livre très chouette. Il est agréable et rapide à lire. Je l’ai trouvé surprenant avec le fantôme, ça fait assez bizarre. Il n’y a rien qui m’a déplu. Mais je préfère quand même La vie à reculons de Gudule, c’est plus réaliste.

    Noémie 2

    C’était bien. Ce livre est un peu surprenant, ça m’a plu.

    Amélie

    J’ai trouvé ce livre un peu triste car à la fin, quand Charles part, c’est triste. Dans la vie, beaucoup d’adolescentes se retrouvent mal dans leur peau, mal avec leur famille, et ont des problèmes au collège. Je conseille ce livre car je le trouve vraiment beau.

    Angélique

    Ce livre m’a beaucoup plu car j’aime les livres qui parlent de fantômes et je trouve que, indirectement, Léa me ressemble. Je le conseille car ce livre m’a ouvert les yeux sur certaines choses et sur les autres (ex : côté paranormal et sur les autres adolescents. Je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas que moi qui en avait marre des profs.

    Claire

    J’ai adoré ce livre car il y a des mots de notre vocabulaire. Il était très bien car la jeune fille ne se trouve pas belle et tous les garçons la trouvent moche, sauf un qui la trouve belle, mais pour sa beauté intérieure. Je trouve que c’est un beau livre pour les jeunes filles et pour les garçons. Je vous le conseille.

    Virginie

    J’ai bien aimé ce livre car on est surpris par l’histoire. Au début, elle se dispute avec sa mère et après, ça change complètement.

    Allison, 6e

    J’ai beaucoup aimé ce livre car il expose les différents problèmes d’une adolescente et parce qu’il mêle à la fois la réalité et le surnaturel.

    Kelly, 6e

    Post-scriptum

    GUDULE. J’ai 14 ans et je suis détestable. Flammarion, 2000. 112 p. ; 18 x 12 cm. (Tribal Adolescents). ISBN 208161345X Broché 7,50 €

    Genre : roman

    À partir de 13 ans.

    Mots-clés : amour / amitié / adolescence / collège / fantastique / relation parents-enfants / relation élève professeur

    Forum de l'article : 6 contribution(s) au forum

    > J’ai 14 ans et je suis détestable, de Gudule, 3 avril 2006
    ce livre est trés bien a lire je le conseille a tous seux qui aime lire des histoire de se ganre
    > J’ai 14 ans et je suis détestable, de Gudule, 12 janvier 2007
    moi aussi j’adore ! il est super !
    > J’ai 14 ans et je suis détestable, de Gudule, 3 avril 2006
    oui c vrai kil est super ce livre
    > J’ai 14 ans et je suis détestable, de Gudule, par Dilettra, 3 octobre 2006
    Bon moi je di direstement je deteste lire , j’ai du lire ce livre grace a l’école oui je di bien grace car avec se livre maintenant j’adoreuh . J’ai adorer ce livre parce qu’il parle de l’adolescence et moi j’ai son age et je la comprend et je comprend aussi ses parent , enfette elle et moi on a +/- la mm vie sauf ke moi je me fait po geuler dessus parce qu’il a des image d’afrique sur les murs de ma chambre mé pcq je suius bordélique et que je veux toujour aller dehors me promener ou parler ac mes copines et copins de ma citée bon ben voilà se que je pense de ce livre . En gros liser-le sa vaut le coup !!
    > J’ai 14 ans et je suis détestable, de Gudule, 21 octobre 2006
    ben moi c’est exactement pareil smiley ! moi aussi j’ai du lire ce livre "grace" a l’école et avant de le lire moi aussi je détestée lire ! mais franchement sa vau vraiment le coup de le lire ! sérieux
    > J’ai 14 ans et je suis détestable, de Gudule, par marie, 22 juillet 2007
    je nai pas encore lu ce livre mais je vais l acheter...vu tous les avis avantageux dessus,et en lisant le résumé,j ai envie de le lire...je crois qu il va beaucoup me plaire !!!!!je vous en dirais des nouvelles !!!!!
    Retour au début des forums