Site littérature jeunesse de lille 3

Jean-Lou ou la force qui m’a aidée à surmonter mes onze ans

Les épreuves d’un enfant
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    En CM2, j’ai découvert Le Relais des Cigales, qui ne m’était pas inconnu puisque mes frères l’avaient lu quelques années auparavant. Lorsque notre instituteur nous l’avait distribué distribué à la rentrée des classes, il demeurait un livre d’école que l’on nous obligeait à lire dans un but éducatif.

    (JPG)
    © Delagrave, 1973

    Pourtant...

    Dès la première lecture, le personnage Jean-Lou m’avait intriguée. De prime à bord c’était un garçon "populaire" aimé de tous, que ce soit de ses camarades ou de son instituteur, mais il était bien plus que ça. De jour en jour, au fur et à mesure de ses aventures, il se révélait être timide, fragile. Il avait peur jusqu’à en être tétanisé, pourtant il se battait contre ses faiblesses et en ressortait avec une maturité qui m’impressionnait. À la lecture de l’histoire de Jean-Lou, les bouleversements que subissait un enfant de notre âge tel qu’un déménagement, la perte de ses amis mais aussi la solitude et l’éloignement des parents ne paraissaient plus aussi impressionnants. Bien qu’à travers Jean-Lou nous découvrions un monde rempli d’embuches qu’il fallait surmonter, la force de ce garçon démontrait que tous les obstacles étaient surmontables. À cette époque tout ce que vivait Jean-Lou m’était inconnu, la seule chose qui me rapprochait de lui c’était la peur face aux changements qui peuvent survenir.

    En effet,

    À onze ans j’étais une petite fille assez timide,mes amis se comptaient sur les doigts d’une main, ceci essentiellement dû à ma peur des autres. De plus, j’avais des résultats scolaires dans la moyenne. J’étais en quelque sorte fondue dans la masse des écoliers, invisible. Le passage entre l’école primaire et le collège m’effrayait. De ce fait Le relais des cigales apparaissait non plus comme un simple livre mais il devenait un guide à travers lequel je grandissais avec Jean-Lou. C’était le livre qui m’apprenait que la lecture pouvait être un plaisir, mais aussi que les personnages pouvaient devenir de véritables modèles.

    Il se révélait que ce livre allait faire de mon année une année cruciale, celle qui préparerait mon arrivée au collège.

    © Marie-Noëlle Bondois, L3 Culture et Médias, janvier 2013

    Post-scriptum

    BONZON, Paul-Jacques. Le relais des cigales : lectures suivies, cours moyen. Daniel DUPUY ill. Paris : Delagrave, 1973. 251p. 22x15,9cm. ISBN : 9782206000763.