Site littérature jeunesse de lille 3

Harry Potter ou la magie de la lecture

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Harry Potter m’a appris à aimer lire !

    Si je dois retenir un livre qui a marqué mon enfance, ce sera évidemment Harry Potter de J.K. Rowling. Je me souviens encore du jour où j’ai tenu pour la première ce livre entre mes mains, bien que je ne comprisse pas encore l’impact qu’il aurait sur moi. C’était à l’occasion de Noël, celui de mes dix ans et de mon entrée au collège, que j’ai reçu, de la part de mon parrain, les quatre premiers tomes de la saga du petit sorcier. Alors que je retirais le papier glacé du cadeau, on m’expliqua vaguement le contenu du livre mais je ne voyais déjà que ces trois enfants, avec leurs chapeaux pointus, qui étaient sur la première de couverture. Ils avaient le même âge que moi et allaient dans une nouvelle école comme moi. Dès lors, ils sont entrés dans ma vie et honnêtement n’en sont jamais ressortis. J’ai lu Harry Potter ; au fil de ses aventures, j’ai rêvé avec lui, j’ai pleuré, j’ai eu peur, j’ai espéré... j’ai grandi.

    (JPG)
    "Je ne voyais déjà que ces trois enfants, avec leurs chapeaux pointus"
    © Gallimard Jeunesse, 1998

    Harry Potter m’a appris beaucoup de choses. Comme je l’ai dit, j’ai grandi en lisant Harry Potter et ce qui est fabuleux c’est que lui aussi vieillissait au fur et à mesures des tomes de la saga. Ainsi nous grandissions ensemble. Nous vivions les mêmes choses au même moment. Je reconnaissais chez lui mes apprentissages de la vie, allant des tumultes des grandes amitiés aux premiers émois en passant par les brimades d’autres camarades et les professeurs qui vous prenaient en grippe. Bien entendu c’était aussi l’histoire de grandes aventures et surtout d’un immense destin mais le héros me semblait au final si proche de moi qu’il me donnait envie de croire que moi aussi je pouvais accomplir de grandes choses. Il m’apprit alors les valeurs de courage, de confiance et de justice. Il devint mon frère, mon ami et mon ange gardien.

    Harry Potter c’est aussi des livres que j’ai dévorés sans relâche. Alors que je venais de recevoir les quatre premiers tomes, je les ai lus les uns après les autres sans m’arrêter. Avant ce livre, il n’y avait que les magazines pour enfants comme Picsou ou Le Journal de Mickey, les contes que me lisait ma mère pour m’endormir, des livres pleins d’images... Cette fois-ci, il y avait des centaines de lignes bien serrées, sans images et il n’y avait que moi pour les lire. J’ai dû utiliser ma propre imagination et rapidement j’ai vu le château de Poudlard, l’école d’Harry, se dresser dans ma tête. Je lisais avant mais cette saga m’a appris à aimer lire. Il m’a fait passer les mercredi après-midi sur le canapé du salon. Il m’a fait louper des arrêts de bus, plongée trop profondément que j’étais dans ses aventures magiques. Il m’a fait veiller des nuits durant, cachée sous une couette à peine éclairée d’une lampe torche. Il m’a permis aussi de me faire des amis et de me rapprocher de ma mère. À l’époque, tout le monde lisait Harry Potter, même les adultes s’y étaient mis. Cela générait des milliers de sujets de conversation. On partageait nos opinions et nos théories, on se répétait nos passages préférés et on se battait pour savoir quel personnage était le plus intéressant.

    Aujourd’hui encore, dix ans après avoir commencé à lire les aventures de mon sorcier préféré, son nom revient régulièrement dans mes discussions avec les autres. Il occupe pour toujours une place importante dans mon cœur. J’ai vu tous les films qui ont été tirés de la saga et en 2011, pour le dernier volet, lorsque la musique du générique a retenti, mes larmes ont coulé. Je savais qu’après cela, il n’y aurait plus d’Harry Potter. Pourtant le vide qu’il a laissé en moi a été vite rempli par la certitude que l’affection que j’avais pour lui ne finirait jamais. L’univers crée par J.K. Rowling continuera de vivre en moi.

    © Coraline Markwitz, L3 Culture et Médias,

    UFR DECCID, janvier 2013

    Post-scriptum

    ROWLING, JK. GOTTING, JC.(ill.), MENARD, JF.(trad.), Harry Potter à l’école des sorciers. Paris : Gallimard Jeunesse, 1998.