Site littérature jeunesse de lille 3

Le journal de Ma Yan : la vie quotidienne d’une écolière chinoise, de Pierre Haski

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    La vie quotidienne d’une écolière chinoise

    « Comme je désire étudier ! Mais ma famille n’a pas d’argent ».

    Ma Yan, fille de paysans très pauvres du Nord-Ouest de la Chine apprend un jour de mai 2001 que sa famille n’a plus les moyens de l’envoyer à l’école contrairement à ses deux petits frères.Elle a 13 ans et tous ses rêves s’effondrent. Pour crier sa révolte, elle écrit plusieurs carnets où elle raconte la dure réalité de son quotidien.

    (GIF)

    Dans son journal intime Ma Yan raconte la faim, la honte d’être pauvre, la lutte de sa mère illettrée pour briser le cycle de la misère. Scolarisée à l’âge de 8 ans, cette jeune adolescente de 13 ans rentre dans sa cinquième année d’école le 2 septembre 2000. Elle doit aller étudier à 20 Km de son village. Elle est donc interne. Elle nous livre la dureté de sa vie en notant dans ses carnets au jour le jour les détails du quotidien : la douleur d’un estomac vide, les sacrifices (l’achat d’un stylo-bille la prive de deux semaines de pain), les leçons des maîtres d’écoles sous le châtiment corporel, le retour à la maison le week-end après 4 heures de marche et l’aide aux tâches ménagères...

    Ma Yan est une fillette courageuse, volontaire et révoltée. Elle met tous ses espoirs dans l’éducation. Seul moyen pour elle de sortir de sa condition. Son témoignage est émouvant. Elle fait preuve d’une grande maturité et se pose une question existentielle : "pourquoi est-ce que nous vivons ?" A travers ce questionnement, on ressent toute la souffrance morale d’une enfant et ses inquiétudes. Confrontée à l’injustice entre ceux qui sont riches et ceux qui sont pauvres, son combat est de pouvoir poursuivre sa scolarité. La rencontre avec Pierre Haski, correspondant du journal Libération à Pékin permettra à Ma Yan d’avoir une lueur d’espoir. La remise de ses carnets et d’une lettre que l’adolescente avait destinée à sa mère va bouleverser le journaliste français. A partir de cette rencontre la vie de Ma Yan va changer.

    Un examen de conscience, une leçon de courage

    Le journal de ma Yan est scindé en deux parties. Une période court du 2 septembre au 28 décembre 2000 et l’autre du 3 juillet au 13 décembre 2001. Ces interruptions correspondent à la perte des carnets. Ce qui donne une lecture hachurée en raison d’une rupture dans la chronologie. Le début de chaque page d’écriture est introduite par la date qui est prédominante. La vie de la jeune adolescente est liée au temps. Son rapport avec le temps est un quasi rituel si bien qu’elle note la date et commence chaque phrase par des termes comme : "ce matin, avant midi, cet après-midi, cette nuit"... Cela rythme le texte. Ma Yan illustre aussi ses propos en reprenant des dialogues et termine toujours par une réflexion personnelle comme si elle se faisait un examen de conscience. Un sentiment de culpabilité l’envahit avec la peur de ne pas réussir.

    Page après page, elle en tire simplement la conclusion qu’elle ne peut que compter sur elle-même pour s’en sortir. Le journal de Ma Yan est dans ce sens une leçon de courage. C’est un ouvrage qui m’a ému parce qu’il est un témoignage vivant. Cette jeune adolescente nous livre les réalités de sa condition de vie avec pudeur. Ce qui m’a frappé, c’est son cri du cœur pour le droit à l’éducation. Ce journal rend à Ma Yan toute sa dignité.

    © Stéphanie Puchaux, décembre 2003

    Post-scriptum

    HASKI, Pierre. Le journal de Ma Yan : la vie quotidienne d’une écolière chinoise. hachette jeunesse, 2003. (Ldp jeunesse). 185 p. ISBN 2013221606

    À partir de 13 ans

    Genre : journal intime

    Mots-clés : biographie/drame personnel/pauvreté/Chine

    Forum de l'article : 2 contribution(s) au forum

    Le journal de Ma Yan : la vie quotidienne d’une écolière chinoise, de Pierre Haski, Par : cleopatre, 17 octobre 2008
    jai etait obliger de lire ce livre car on avai une liste de livre par classe et c etai pour un exposer ki en ce momnt nest toujours pas passer mais qui passra dans 3jours et vraimen je suis pas decu magres que en 2 semaines j en soit oujour a la page 145 ce livre et genial e l adore je l ai choisi car aime beaucoup les histoire vrai malgres mon jeune age de 12 ans
    Le journal de Ma Yan : la vie quotidienne d’une écolière chinoise, de Pierre Haski, par hnt, 4 décembre 2008
     ;-(( smiley smiley<<
    Voir en ligne :
    Retour au début des forums