Site littérature jeunesse de lille 3

Le livre qui a changé ma vie...

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Le livre Mulan m’a fait voir le rôle de la femme au sein de la société sous un autre jour.
    (PNG)
    © Disney Hachette, 1998

    Contrairement à moi, mes parents sont nés et ont vécu au Sénégal. Il est important de signaler que leurs valeurs sont différentes de celles que l’on a en France. Depuis toute petite, je suis mitigée entre les valeurs sénégalaises et françaises. Celle qui me posait le plus problème à l’âge de sept ans était la place de la femme au sein d’une société.

    Au Sénégal, la plupart des femmes sont considérées comme des êtres inférieures qui sont présentes pour satisfaire les besoins des hommes. Leur place est à la maison où elles s’occupent de toutes les tâches ménagères et des enfants pendant que leurs maris sont au travail. De plus, la polygamie est tolérée, les femmes là-bas n’ont pas d’éducation, actuellement, la plupart des femmes âgées dans ce pays sont analphabètes.

    Étant une jeune fille candide, je pensais que la femme devait être ainsi, d’ailleurs, ma mère pense comme cela, depuis sa tendre enfance, on lui dit comment elle doit se comporter. Je voyais bien que la femme occidentale n’était pas du tout comme ça et cela me plaisait mais pour ma mère, cela était inadmissible. J’ai donc voulu y croire. Un jour, mon professeur de CE1 nous a emmenés dans la salle informatique de l’école, c’était un peu avant Pâques, nous savions très bien que nous allions choisir des livres que nous offrait la mairie c’est alors que je l’ai vu, il m’a attirée tout de suite : Mulan .

    Nous avons dû attendre un peu avant de les recevoir mais je me souviens d’avoir été impatiente. Au fil des pages, j’ai découvert l’histoire de Fa Mulan qui ne se sentait pas vraiment à sa place.

    Mulan était une adolescente rebelle qui devait se marier pour « protéger sa famille et son honneur ». Elle tenait donc un lourd fardeau sur ses épaules car elle n’avait rien d’une jeune chinoise modèle de cette époque. C’était une jeune femme indépendante, ingénieuse qui rêvait de devenir quelqu’un et non pas la parfaite femme chinoise, c’est-à-dire la femme obéissante, polie, réservée et qui bien sûr n’avait pas le droit de penser.

    La situation de Mulan et la mienne me paraissaient semblables, c’était un personnage auquel j’arrivais à m’identifier. Ce qui me plaisais chez elle était son côté rebelle et déterminé.

    Un jour, son vieux père malade est appelé pour combattre contre les Huns, seuls les fils peuvent prendre la place de l’homme de la maison, Mulan demande à ce qu’il reste mais on lui dit qu’il faut qu’elle tienne « sa langue en présence d’un homme ». Elle se sent impuissante. Le soir, elle décide de couper ses cheveux, de se bander la poitrine et de partir à la place de son père afin de combattre les Huns. Ce passage m’a beaucoup marqué car elle avait décidé à se moment de prendre ses propres décisions, chose que les femmes de son entourage ne faisaient pas.

    Au début, c’est un désastre, elle n’arrive à rien. Le général Shang ne veut plus d’elle et lui demande de retourner auprès de ses parents. Pour bien marquer le machisme qu’on ressent dans ce livre, il faut se référer au général et à ses propos. Dans le dessin animé, Shang dit « vous ne serez jamais vaillant et fort comme un homme, rentrez chez vous » mais Mulan est déterminée, elle arrive à rester au camp et devient aussi forte qu’un homme. Elle a prouvé qu’elle pouvait y arriver avec de la volonté. À ce moment là, je me suis dit que la femme peut faire comme l’homme.

    Mulan a combattu pour être une femme libre. À travers ce livre et ce personnage rebelle qui m’a montré que la femme pouvait être l’égale de l’homme, j’ai su me décider sur qui je voulais être.

    © Saratou Deme L1 Lettres modernes, 30 janvier 2013

    Post-scriptum

    WALT DISNEY. Mulan. Paris : Disney Hachette, 1998. 80 p. : ill. en coul. ; 24 x 18 cm. ISBN 2-230-00860-9.