Site littérature jeunesse de lille 3

PETER RABBIT ouvre son restaurant gastronomique...

La carotte à l’honneur !
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Peter Rabbit, ou Pierre Lapin, a enfin réalisé son rêve. Fou de toutes sortes de légumes bien frais, et évidemment de carottes, il est parvenu à ouvrir son restaurant, en pleine campagne londonienne. Pour notre journal culinaire MIAM !, il a gentiment accordé un entretien, où il revient sur sa naissance, son enfance, et ses aventures. C’est dans son restaurant que nous l’avons interrogé, entre deux soufflés aux carottes.

    Journaliste : - Bonjour Peter, ravie de vous rencontrer. Sublime votre restaurant, vous gérez ça tout seul  ?

    Peter Rabbit : - Bonjour Madame et bienvenue à La Carotte Enchantée  ! C’est avec l’aide de mon cousin Jeannot que j’ai pu m’installer et décorer cet endroit. Ici c’est préparations de légumes et de fruits frais exclusivement ! Je n’aime pas tellement la nourriture anglaise... Pour faire tourner tout ça, j’ai constitué une équipe de choc, et je peux vous dire que ça sautille dans tous les coins toute la journée !

    - Ravissant ! Et qui constitue cette équipée formidable ?

    - Jeannot est mon principal associé, c’est avec lui que j’ai eu l’idée de mettre sur pied ce restaurant. Ici, Madame Trotte-Menu s’occupe d’accueillir les clients et donne un sacré coup de balai tous les soirs, elle m’est très utile ! Noisette l’écureuil et Tom Chaton s’occupent du service, bien qu’ils soient quelque peu maladroits ! Oh mon dieu, quand je repense à la ratatouille de légumes renversées sur la tête de Panache Petitgris... À mourir de rire ! Sophie Canétang se charge de me ramener tous les jours des ingrédients frais qu’elle va récolter dans nos champs. Jérémie Pêche-à-la-ligne était destiné comme vous pouvez le deviner à m’approvisionner en poissons... Mais lorsque dans mes superbes lasagnes carottes et saumon j’ai découvert du thon, je l’ai envoyé à la plonge vite fait et bien fait ! Enfin, ça c’est une autre histoire... Jolies ces peintures sur ma campagne natale, n’est-il pas ?

    - Absolument. Où était-ce exactement ?

    - Dans la région des Lacs, ici même en Angleterre. Beatrix Potter, ma seconde maman, était originaire de Londres et a déménagé dans cette région quand elle était enfant. Sa famille et elle occupait un énorme château, et Beatrix s’y sentait tellement bien dans cet endroit.

    - Ah oui ? Et pour quelles raisons ?

    - Pour la nature ! Et les animaux ! Elle étudiait pendant des heures les plantes, les champignons... Les animaux, elle leur parlait. Ils étaient ses meilleurs amis. Moi et mon aîné Benjamin étions ses lapins préférés, en toute modestie bien entendu ! Assise à son bureau d’écolière, la cage de Benjamin posée dessus, elle élaborait de magnifiques croquis de lui, très réalistes.

    (JPG)
    Beatrix Potter et son lapin

    - Parler aux animaux ? Bizarre... Mais comment vous a-t-elle rendu célèbre ?

    - Vous êtes bien placée pour porter ce jugement, tiens... Et bien, Beatrix passait son temps à écrire et à dessiner, surtout pour les enfants, pour les divertir, ce qui était novateur pour le XIXe siècle. Je suis né sur papier, dans une lettre, pour un petit garçon malade, en 1893, Beatrix avait alors 27 ans.

    - Novateur ? Les livres pour enfants sont faits pour les amuser, non ?

    - Aujourd’hui, oui. Beatrix est la première auteure à avoir créé des livres animaliers pour divertir, et non pour moraliser.

    - Je l’ignorais... Et après cette lettre ?

    - Après cette lettre, Beatrix a décidé d’imprimer ses récits et ses illustrations elle-même, d’abord en noir et blanc. Puis en 1902, grâce à l’éditeur Anglais Frederick Warne, j’ai été publié en couleurs en Angleterre. Et là a débuté ma carrière, mes aventures se sont vendues à 50 000 exemplaires en un an, et elles ont été traduites en langues étrangères à partir de 1921, du Japonais au Latin ! Quel succès...

    (GIF)
    The Tale Of Peter Rabbit, édition Frederick Warne, 1998

    - (à part) *Et quelle modestie !* C’est très impressionnant en effet !

    - Me retrouver dans la bibliothèque des enfants du Docteur Conan Doyle, créateur de Sherlock Holmes, oui on peut dire que c’est assez glorifiant... Oh ! Vous ne connaissez peut-être pas...

    - De nom, c’est un film non ?

    - ... Passons ! J’en étais où ? Ah oui. Mes histoires. 23 livres de la série Pierre Lapin sont publiés. Évidemment, tous ces livres ne concernent pas que moi, bien que je sois très intéressant. Non, ils racontent également l’histoire des animaux de la ferme de Beatrix, qu’elle occupera une fois adulte dans la région des Lacs, si adulte elle a été !

    - Je suis curieuse de savoir comment vous étiez représenté dans ces histoires ?

    - Beatrix me dessinait précisément, moi et mes soeurs fictives Flopsaut, Trotsaut et Queue-de-coton, toutes bien plus sages que moi... Les illustrations étaient des aquarelles et la nature y est omniprésente et représentée de manière très réaliste, telle qu’elle est perçue par Beatrix. Je portais une redingote, et des petits sabots, mais mes vêtements, je les perdais très souvent, à cause de mes bêtises et de mon penchant pour les carottes fraîches des potagers, vous voyez...

    (JPG)
    Peter Rabbit, et les carottes

    - Je vois très bien, j’ai les mêmes dans mon jardin...

    - ... Donc, j’étais un lapin certes très gourmand, peu soigneux et peu obéissant, mais j’étais aussi courageux, car pour me faufiler dans le jardin de Mac Gregor, il en fallait du culot, je vous le dis moi ! J’avais beau faire attention de ne pas me faire remarquer, à chaque fois je rentrais à la maison avec un vêtement en moins, un bon rhume, et l’infusion de camomille préparée par maman à avaler, pour mon plus grand malheur...

    (GIF)
    L’infusion de camomille (Beurk !)

    - La camomille ! C’est excellent !

    - Enfin, tout ça pour vous dire que j’étais bien entouré. Nous vivions dans un banc de sable, à l’abri des racines d’un grand arbre. À chaque fois que je partais me promener, ma maman criait : "Ne va pas dans le jardin de Mc Gregor !", et étant donné mon obéissance légendaire, je m’y rendais malgré tout.

    - Quelle tête brûlée vous faites !

    - Tête brûlée ! Merci ! Vous me rappelez que je dois proposer une crème brûlée aux framboises dans le menu du jour de demain, mille mercis !

    - ... Je vous en prie ! Et votre succès, comment l’avez-vous géré ? Ce n’était pas trop déstabilisant ?

    - Un peu. Quand vous commencer à voir apparaître vos deux grandes oreilles sur des cassettes vidéos à votre nom, sur des albums de musique, des albums à colorier, des assiettes et des tasses, vous êtes un peu chamboulé. J’en ai gardé pour mon restaurant, des assiettes. Concernant ma pérennité *remarquez mon français impeccable !* on va dire que j’ai été un peu aidé...

    (JPG)
    Les produits dérivés, l’assiette Peter Rabbit

    - Comment ça ?

    - Beatrix a arrêté d’écrire après voir rencontré l’homme de sa vie. Avec lui, elle a retrouvé toute l’affection qui lui avait tant manqué. Soucieuse de la sauvegarde de son magnifique environnement, elle a acheté, grâce aux recettes de ses livres, des terres de sa région pour en faire don à l’association de défense des lieux historiques et paysages (National Trust)avant sa mort en 1943. Son domaine et mon petit coin natal restent donc encore aujourd’hui totalement protégé et ça c’est grâce à moi ! Et puis, on murmure dans les tanières que les lapins qu’a élevé Beatrix après son abandon de l’écriture seraient tous mes descendants, vous imaginez ça ?

    - C’est merveilleux ! Votre souvenir demeure sur les terres de Beatrix Potter !

    - Absolument, et je n’en suis pas peu fier ! J’ai même un site... Comment dit-on ? Nernet ? Ah oui ! Internet, j’ai un site internet et j’ai cette page. Beatrix est aussi une star, regardez ce livre et le film qui va avec ! [1]

    - J’irai y jeter un coup d’oeil ! Merci pour cette entrevue Peter, j’en connais désormais plus sur un des grands chefs d’oeuvre de la littérature enfantine du XXe siècle et sur votre restaurant, je me ferais un plaisir d’y goûter les plats très prochainement !

    - Tout le plaisir était pour moi et vous êtes la bienvenue  ! Je vous laisse, je file aux fourneaux, ma nouvelle passion  ! À bientôt  !

    © Propos recueillis par Mélanie LECOEUVRE

    L1 Lettres Modernes, UE Libre Edition Jeunesse

    Février 2013

    Post-scriptum

    Pour aller plus loin

    Biographie et bibliographie de Beatrix Potter

    Randolph Caldecott, une des inspirations de Beatrix Potter

    Extrait du dessin animé Pierre Lapin

    Liens vers d’autres articles concernant Pierre Lapin sur le site Lille3 jeunesse

    1 2 3 4

    Notes de bas de page

    [1] Miss Potter réalisé par Chris Noonan avec Renée Zellweger, Ewan McGregor, Emily Watson, Barbara Flynn, Bill Paterson, Matyelok Gibbs, Jane How et Richar Mulholland, sortie le 28 mars 2007.