Site littérature jeunesse de lille 3

Le roi catastrophe : Albert plus que super (n°5), de Lewis Trondheim et fabrice Parme

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Le Roi Catastrophe est une bande dessinée humoristique qui met en scène « Adalbert », un enfant roi vivant dans son palais en compagnie de « Mademoiselle le premier Ministre », « Mademoiselle l’institutrice », le cuisinier et les serviteurs. Tout ce monde se plie au moindre caprice du jeune roi pour en arriver a des situations toujours absurdes.

    (GIF)

    Ces trois histoires sont dessinées sur un fond de couleur différente. La première sur un fond orange, la seconde sur un fond rose et la dernière sur un fond vert. Cela appuie sur le coté ludique de la BD, d’autant plus que les vignettes ne sont pas disposées en cadre comme une BD traditionnelle. Les espaces dans les vignettes sont justes définis par des taches de couleur ou par des décors simplistes, parfois même les personnages sont dessinés sans décor. Ce genre d’illustration donne un coté désordre qui correspond bien aux caractères du Héros. Les personnages sont par contre dessinés dans le pur style « BD ». Proche du cartoon, le physique des personnages est caricaturé a l’extrême : une grosse tête et un corps minuscule pour Adalbert, un corps énorme et des jambes de taille minuscule pour le cuisinier, etc....

    La seconde histoire du volume qui s’intitule « la collection » met en scène Adalbert, qui a vu à la télévision une publicité pour des céréales dont chaque boite contient une figurine de singe. L’instant d’après, il décide de faire collection de toutes ces figurines appelées « Mini-macaques-farceurs ». Pour cela, le serviteur devra d’abord acheter toutes les boites de « choco-flakos » du supermarché. Comme la collection n’est pas complète, Adalbert fait appeler l’usine de céréales pour se faire livrer au palais l’intégralité du stock de boites de céréales qu’il a lui même achetées. Il les vide alors une a une, accumulant des montagnes de céréales pour récupérer ces précieuses figurines. A la fin de l’histoire, le personnel est chargé de manger tout les « choco-flakos » pour que le roi puisse passer a une nouvelle collection.

    Adalbert représente la caricature de l’enfant gâté. Tous les personnages adultes sont à ses ordres. L’arrogance exacerbée du personnage, son innocence, ses expressions de visage le rendent drôle et attachant. L’humour réside également dans le comique de situations. Adalbert demande toujours aux adultes des choses irréalisables comme dans « l’ Adalbertosaure » ou il exige à un chercheur de trouver sous terre un « dinosaure carnivore géant » qu’il baptisera de son nom. Au-delà de l’aspect humoristique, le jeune lecteur peut, même inconsciemment, s’identifier au personnage et prendre du recul par rapport à lui-même. Peut-être va t-il se rendre compte que certains de ses caprices sont ridicules. Mais loin d’être moralisatrice (Adalbert n’est jamais puni), la BD va rester sympathique à l’enfant car en plus de la pagination originale, le héros représente un fantasme pour l’enfant. Qui n’a jamais rêvé quand il était petit de voir ses propres parents céder a la moindre de ses envies ?

    La BD comprend trois histoires d’une dizaine de pages chacune.

    Avis d’un autre lecteur

    Adalbert est roi de Porto-Cristo. C’est un petit roi colérique, sans état d’âme, qui arrive toujours à obtenir ce qu’il désire. Car il est roi, et comme il est roi : on doit tout lui accorder...sinon on est renvoyé ! Bref, il passe son temps à tyranniser le personnel du palais. Chacune des trois histoires qui composent le livre est écrite avec un humour, caractéristique des oeuvres de Trondheim. (GIF) Le thème de l’enfant-roi, a germé pendant plus de 10 ans dans la tête de Fabrice Parme, avant de trouver en Lewis Trondheim un collaborateur qui fera de l’œuvre un chef d’œuvre. Pour nourrir le sujet, ils ont puisé directement dans leurs propres souvenirs d’enfance. Quoi de plus naturel pour ces sales garnements !

    Le roi catastrophe est une bande dessinée atypique, tant dans la présentation que dans le contenu : Les illustrations, signées Fabrice Parme (qui outre la bande dessinée, est l’auteur des graphismes du dessins animés la famille pirate diffusée sur France 3), sont libres de leurs cases, ce qui donne un aspect moins rigide aux planches. Chaque histoire est présentée sur des feuilles de couleurs différentes, ce qui met le graphisme en valeur et offre au lecteur des repères visuels qui améliorent la lisibilité de l’album. On s’assoit dans un fauteuil et ce n’est plus une B.D que l’on regarde mais un dessin animé, tant nos yeux glissent sur le papier.

    Les personnages sont enfantins, drôles, les visages sont expressifs, les auteurs jouent avec les différentes tailles de police de caractère et les onomatopées pour faire passer les émotions que veut nous transmettre l’auteur. Les personnages se retrouvent dans des situations abracadabrantes et pourtant, on se rend compte qu’ils ont les mêmes activités que n’importe quel lecteur : le roi regarde la télé, joue aux jeux vidéos, mange des céréales, mademoiselle le Premier ministre fait le ménage...

    Habitué a son univers animalier, c’est à un tout autre domaine que s’est attaqué Lewis Trondheim en nous présentant pour l’une des premières fois un vrai petit bonhomme, et après s’être fait une place parmi les nouveaux maîtres de la B.D, grâce aux Formidables aventures de Lapinot. Trondheim, cette fois associé à Fabrice Parme confirme une nouvelle fois ses qualités artistiques dans cette formidable mises en scène.

    Album à lire au plus vite...

    A partir de 7 ans

    par Isabelle Maurois, Deust 2

    Trondheim, Lewis, Parme, Fabrice. Le roi catastrophe : Albert plus que super Ed. Delcourt, 2003. (Jeunesse).