Site littérature jeunesse de lille 3

ASLAN : L’apparition fantastique d’Aslan

ou comment le Grand Roi de Narnia est venu à moi pour se livrer à son public
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Ce que je vais vous raconter va vous paraître incroyable, mais ça m’est vraiment arrivé ! J’ai eu l’immense privilège de rencontrer et de questionner le majestueux lion Aslan, créateur et Grand Roi de Narnia, ce monde parallèle imaginé par C.S. Lewis dans ses Chroniques de Narnia (titre original : The Chronicles of Narnia)... Tandis que je faisais des recherches sur Narnia et son créateur, je me mis à penser qu’il serait vraiment plus simple de poser mes questions à Aslan en personne ! C’est alors que j’entendis un rugissement sourd derrière moi... Je me retournai et me retrouvai nez à nez - ou plutôt nez à museau - avec un grand lion au regard bienveillant.

    __________

    (JPG)
    Aslan, dans le premier film du Monde de Narnia, réalisé par Andrew Adamson et sorti en 2005

    «  A... A... Aslan ?!  »

    Il produisit un son très grave et haché qui ressemblait à l’idée qu’on peut se faire d’un rire de lion.

    « Mais oui mon enfant, c’est bien moi. Ne prends pas cet air effrayé, je suis là pour t’aider. Tu as besoin de moi, n’est-ce pas ? Eh bien me voilà... Tu as lu mes aventures quand tu étais petite, tu dois bien savoir que j’apparais toujours pour aider ceux qui en ont besoin !  »

    « Oui, mais... Pourquoi moi ? Je ne suis qu’une étudiante insignifiante qui mène une vie ordinaire !  »

    « Chaque personne est unique et irremplaçable, chère demoiselle, et c’est précisément la rédaction de ton article qui me pousse à te rendre visite. J’ai été au centre de nombreuses polémiques à propos de l’œuvre de mon auteur, Clive Staples Lewis. Je viens donc ici pour te parler de ma création et de celle de mon monde pour que toi et mes autres lecteurs puissiez mieux comprendre qui je suis dans l’esprit de mon auteur. Il est important de comprendre ce qu’on lit, tu n’es pas d’accord ? »

    « Si, bien sûr ! Et je suis ravie que vous soyez là pour m’en parler de vive voix... Enfin... Je ne sais pas si on peut parler de voix, dans votre cas... Mais je m’égare. Vous parliez de polémiques ? »

    Il acquiesça lentement, ce qui me permit d’admirer les reflets dorés de sa crinière soyeuse.

    (JPG)
    Couverture de la première édition du premier tome, illustrée par Pauline Baytes. ©HarperCollins, 1950

    « Mais commençons par le début, si tu veux bien. La légende [1] dit que mon monde est né dans l’esprit de Clive Staples Lewis en 1939, alors qu’un enfant réfugié à la campagne pendant la guerre lui avait demandé ce qui se trouvait derrière une armoire mystérieuse... Le premier tome des Chroniques de Narnia à être édité fut Le Lion, la Sorcière blanche et l’Armoire Magique  [2] en 1950, soit une dizaine d’années après cette histoire. Six tomes furent édités ensuite, un par an jusqu’en 1956. Ils furent illustrés par Pauline Baynes, qui avait déjà réalisé des illustrations pour J.R.R Tolkien, le très célèbre auteur du Seigneur des Anneaux. Mais les tomes ne sortirent pas dans l’ordre chronologique de l’histoire de Narnia. C.S. Lewis attendit l’avant-dernier volume pour révéler comment j’ai créé Narnia avec mon chant, tandis que le dernier tome raconte la fin de Narnia. »

    « Oui, vous êtes un personnage mystérieux qui s’est dévoilé petit à petit au fil des volumes. Ce n’est pas trop lourd à porter, d’être le créateur et le grand roi de toute une contrée ?  »

    « Eh bien, il est vrai que cela n’a pas toujours été de tout repos. Au fil des tomes, j’ai dû créer un monde, donner la parole aux animaux qui le méritaient, combattre la sorcière blanche qui se faisait passer pour la reine de Narnia, aider le prince Caspian à reprendre son trône, retrouver Rilian son successeur, et bien d’autres choses encore. D’ailleurs, mes pouvoirs magiques et certaines de mes aventures ont incité beaucoup de personnes à me comparer au Christ. Lewis lui-même me voyait comme une figure christique. C’est vrai que je ressuscite au premier tome, après m’être sacrifié pour Edmund, un des enfants terriens qui étaient venus pour régner à Narnia...

    C’est pour cela que je te parlais de polémiques, car certains auteurs comme Philip Pullman, auteur du cycle de fantaisie enfantine À la croisée des mondes, ont vivement critiqué la présence du christianisme dans l’œuvre de Lewis, surtout à cause de moi. À la sortie du film adapté du premier tome, en 2005, il a décrit Les Chroniques comme un simple instrument de propagande religieuse, véhiculant des idées sexistes, racistes ou faisant l’apologie de la violence. Il est vrai que Lewis était depuis ses dix-neuf ans un fervent catholique. Il se serait converti à cette religion suite à une conversation avec J.R.R Tolkien, qu’il fréquentait.

    (JPG)
    C.S Lewis à gauche et J.R.R Tolkien à droite

    Pourtant, je crois être un personnage très aimé des enfants, qu’ils soient chrétiens ou non. Pour ce qui est des idées sexistes, je doute que cela soit vrai, quand on sait que les filles accèdent au trône de Narnia autant que les garçons, et que Lucie Pevensie est sans doute le personnage le plus positif du premier tome. »

    « En parlant de Lucie Pevensie... Est-ce que vous pouvez me faire une petite confidence ? Je me suis toujours demandé... Vous avez une préférence parmi tous les enfants qui vous ont aidé à faire vivre Narnia ? »

    Aslan émit à nouveau son rire étrange et félin, tout en me regardant avec des yeux pétillants de malice.

    (JPG)
    Couverture du premier tome illustrée par Pauline Baynes représentant Aslan et ses jeux avec Susan et Lucie Pevensie

    « Chère enfant, je ne pourrais pas répondre à cette question ! Il m’est impossible de les comparer, car je les ai tous aimés d’une manière différente, et ils m’ont tous aidé à leur façon, depuis Digory et Polly, sans qui Narnia n’aurait jamais existé, jusqu’à Eustache et Jill, sans oublier les enfants Pevensie. Même certains animaux ont été d’une aide indispensable, comme la souris Ripitchip, Mr. Castor ou encore le pégase Fledge. Mais c’est vrai que la petite Lucie aimait particulièrement jouer avec moi, elle était très affectueuse. Et même si je ne suis pas un lion apprivoisé, je dois avouer que j’ai toujours apprécié ces moments de tendresse. »

    « Oh, c’était toujours très émouvant à lire !... De nos jours, les enfants sont toujours émerveillés par vos aventures. Avez-vous vu l’adaptation cinématographique des Chroniques de Narnia ? »

    « Oui, je l’ai vue. C’était étrange de me voir sur grand écran, mais j’ai trouvé cela plutôt réussi ! Admire comme ils ont bien su rendre la beauté de ma fourrure ! Après le succès du film, j’ai même trouvé des figurines à mon effigie... J’essaye toujours d’être un modèle et un guide pour les enfants. C’est sans doute pour ça qu’ils continuent de m’aimer ! »

    (JPG)
    Affiche du film "Le monde de Narnia, chapitre 1 : le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique". Réalisé par Andrew Adamson et sorti en 2005. Affiche : Andrew Adamson

    « Et ce ne sont pas les seuls ! En décembre 2011, un épisode de la série télévisée anglaise Doctor Who  [3], qui compte de très nombreux fans adultes, a fait un gros clin d’œil à votre univers : il s’intitulait « The Doctor, the Widow and the Wardrobe » et il racontait l’histoire d’une femme et de es deux enfants qui quittent Londres pour se réfugier à la campagne pendant la Seconde Guerre mondiale, et découvrent dans leur nouveau foyer une porte magique menant vers un autre monde couvert de neige... »

    « Eh oui ! Le premier tome des Chroniques a même été adapté en pièce de théâtre [4], grâce au metteur en scène britannique Rupert Goold. Avec ça, on peut dire que je suis sur tous les fronts ! »

    « C’est exact. Et avec toutes ces représentations, vous gardez toujours votre grâce et votre mystère !... Je suis tellement contente d’avoir pu vous rencontrer ! J’ai souvent rêvé d’aller dans votre monde et de vivre toutes sortes d’aventures à vos côtés... »

    À ces mots, Aslan me fit un clin d’œil, et je souris d’un air radieux. Puis il dit d’un air énigmatique : « C’est ce que tu as fait, mon enfant...  »

    Et il disparut comme il était apparu, en rugissant majestueusement...


    © Violette POGODA, L3 Lettres modernes

    Janvier 2013

    Notes de bas de page

    [1] Voir cet article posté sur le site Elbakin, traduit d’un article du journal The Times.

    [2] Titre original : The Lion, the Witch and the Wardrobe.

    [3] Créée par Russel T. Davies et Steven Moffat, réalisée par Nick Hurran, Saul Metzstein, Caulm McCarthy et Douglas Mackinnon

    [4] Voici une vidéo de présentation de la pièce, avec une interview de Rupert Goold

    > Consultez cette page du site Elbakin pour être au courant des actualités concernant le Monde de Narnia.

    > Lisez les livres L’imaginaire spirituel de CS Lewis : Expérience religieuse et imagination dans son oeuvre de fiction de Daniel Warzecha et Le Monde de Narnia décrypté de Philippe Maxence pour comprendre la symbolique dans l’œuvre de C.S. Lewis.

    > Visitez ce site pour découvrir les couvertures de quelques éditions des Chroniques de Narnia illustrées par Pauline Baynes.