Site littérature jeunesse de lille 3

Avant la télé, Yvan Pommaux

Un retour émouvant vers l’enfance de 1953
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Alain Moret est un petit garçon de huit ans qui vit à Vichy en 1953. Il naît juste après la guerre, à une époque où il n’y a pas de télé, pas d’ordinateur ni de jouets en plastique. Tout est différent d’aujourd’hui pour lui : la vie quotidienne, l’école, les loisirs. Pourtant, en suivant ses péripéties à travers les différents lieux de sa vie, on réalise que ses joies et ses peines ressemblent beaucoup à celles des enfants de toutes les époques...

    ________________

    (JPG)
    Couverture de l’album "Avant la télé", Yvan Pommaux. ©L’Ecole des loisirs, 2002

    Un auteur-illustrateur reconnu

    Yvan Pommaux naît en 1946 à Vichy et il arrive en 1970 à l’Ecole des loisirs en tant que maquettiste, après des études aux beaux-arts de Clermont-Ferrand et de Bourges. Il découvre alors les œuvres de Sendak et Ungerer, qui ont révolutionné la littérature de jeunesse. Deux ans plus tard, il devient auteur-illustrateur indépendant. Il publie de nombreux albums pour la jeunesse à l’École des loisirs, mais aussi des bandes-dessinées, éditées en majorité par Bayard. Yvan Pommaux a également réalisé des illustrations pour d’autres auteurs, dont Marie-Aude Murail. Ses œuvres sont de véritables best-sellers qui lui permettent de vivre de son activité. Il diversifie les thèmes abordés et les techniques de dessin : il détourne des contes pour en faire des enquêtes policières, réalise des albums documentaires, utilise l’encre mais aussi le crayon. Son style est influencé par la ligne claire et par la minutie du peintre Hokusai, qu’il cite parmi ses références. Ce sont sa femme et sa fille qui mettent en couleurs ses dessins.

    Avant la télé a été mis en couleurs par Nicole Pommaux, sa femme. L’album a reçu le "Prix Alphonse Daudet - Goncourt Jeunesse 2003" et le "Prix SCNF du Livre Jeunesse de Rouen 2003".

    (JPG)
    Yvan Pommaux et sa femme, Nicole Pommaux. ©Ouest-France

    Instruire et divertir

    Le livre d’Yvan Pommaux est instructif : l’enfant qui le lit découvre l’ambiance de l’après-guerre et le mode de vie de l’époque. La page 9, qui présente Alain et l’époque, se termine avec cette question « À quoi la vie d’un garçon de huit ans ressemble-t-elle, cette année-là dans une ville de France ? »

    La suite de l’album y répond de manière ludique et structurée : on suit Alain tour à tour chez lui, dans la rue, à l’église et en sortie du dimanche. Ainsi, on assiste à tous les moments clés de la vie d’un enfant à cette époque. À la page 10, la maison d’Alain est dessinée de face, pour montrer l’extérieur, puis en coupe comme si l’on regardait d’au-dessus à travers le toit. Des flèches désignent certains objets pour les mettre en avant : ce sont tous les objets qu’on ne trouve plus dans les maisons modernes. Le martinet est redessiné en gros à côté du dessin de l’appartement. Ce procédé est repris plusieurs fois, pour que l’enfant visualise certains objets typiques de l’époque, comme la monnaie, les bonbons, les illustrés de Pépito et Mickey, les patins à roulettes, les fournitures scolaires et les jouets.

    Les dessins sont minutieux, simples et réalistes. Les couleurs sont douces, parfois chaudes, parfois froides en fonction de la scène représentée. Yvan Pommaux alterne entre des dessins pleine page, des dessins insérés dans des cadres circulaires et des cases de type BD. Il utilise des bulles pour le dialogue entre les personnages tandis que le texte narratif est placé à côté, en dessous ou au-dessus des images. Les dessins sont globalement aussi importants que le texte, ils le renforcent et le complètent. L’alliance de ces techniques crée un album dynamique, qui invite le lecteur à regarder chaque petit détail de la page. C’est à la fois amusant et instructif, on passe un bon moment lors de cette lecture.

    (JPG)
    L’école en 1953. ©L’Ecole des loisirs, 2002, p.21

    De plus, le narrateur use de plusieurs méthodes pour renseigner le lecteur à propos de l’année 1953. A la page 14, il évoque le couronnement de la reine d’Angleterre en l’intégrant à l’histoire d’Alain : « Nous sommes le 2 juin 1953. Les gens attroupés devant la boutique de l’électricien assistent au couronnement de la reine d’Angleterre, en direct, à la télévision (la seule du quartier.) » Et partout dans le livre, il sème des expressions typiques de l’époque qu’il met entre guillemets, comme « faire les commissions », « espèces sonnantes et trébuchantes » « faire cent lignes », « demoiselle du téléphone », « trempée au vin » (repas), « habits du dimanche », « concours d’élégance », « veuve de guerre », ou encore le « dix du cent ».

    On n’a donc pas affaire à une approche classique de l’Histoire par évocation des faits, mais il y a un véritable travail d’immersion dans le quotidien d’Alain. Les enfants qui lisent ce livre s’identifient à Alain, qui a à peu près le même âge. Les grands-parents, quant à eux, se replongeront avec plaisir dans leur enfance et pourront partager leurs souvenirs avec leurs petits-enfants.

    Un livre touchant qui tisse des liens entre les générations

    L’enfant se met à la place d’Alain, l’auteur fait en sorte qu’on ressente de l’empathie pour lui. Dès la page 10, la présentation du martinet crée du suspense et provoque de l’inquiétude pour le petit garçon : le narrateur nous dit qu’ « une seule fois, Alain a sorti la morsure des lanières de cuir sur ses cuisses. » Puis il inclut le lecteur en précisant « Nous verrons à quelle occasion. » On sait donc déjà que le petit garçon avoir quelques soucis. L’épisode de la récréation permet également à l’enfant de s’identifier à Alain, et d’atténuer les différences dues à l’époque : certains jeux évoqués sont toujours d’actualité dans les cours de récréation, comme « chat perché » ou la corde à sauter et la marelle. Peu à peu, le lecteur enfant reconnaît Alain comme un double de lui-même, à une autre époque.

    Il peut ainsi imaginer l’enfance qu’ont vécue ses grands-parents, par exemple. Le livre, partagé en famille, peut stimuler la curiosité des plus jeunes et provoquer la nostalgie des aînés. La foule de détails réalistes et la référence à des émissions ou des films de l’époque ravivera sans doutes quelques souvenirs. Par exemple, à la page 32, le narrateur cite quelques films sortis en 1953 : « Fanfan-la-tulipe, Crin blanc, Le train sifflera trois fois, Les hommes préfèrent les blondes, La rivière sans retour, Vacances romaines, L’homme des vallées perdues... »

    L’album touche donc à la fois les petits et les grands. À travers ces pages, on peut voir la volonté de l’auteur de montrer que, même si le monde change, les enfants ont toujours les mêmes préoccupations, ils font toujours des bêtises et apprennent de celles-ci. Ils se posent les mêmes questions et finissent toujours par grandir, voire par devenir grands-parents à leur tour... C’est un livre lumineux, qui choisit de présenter une époque où le confort matériel n’était pas aussi important qu’aujourd’hui, à travers un regard innocent et plein de ressources. La première double-page de l’album est très sombre, elle représente des images de la Seconde Guerre mondiale. Le fait de placer une naissance et les péripéties de l’enfance juste après ces images me fait penser qu’Yvan Pommaux nous livre ici un message d’espoir et d’amour de la vie.

    ________________

    · POMMAUX, Yvan. Avant la télé. Paris : École des loisirs, 2002. 43 p. ; ill. en coul ; 25 x 33 cm. (Archimède). ISBN : 2-211-06863-4 (cartonné). À partir de 6 ans.

    · POMMAUX, Yvan. Avant la télé. Paris : École des loisirs, 2008. 80 p. ; ill. en coul ; 19 x 13 cm. (Neuf). ISBN : 978-2-211-09193-0 (broché). À partir de 6 ans.

    © Violette POGODA, L3 Lettres modernes (Avril 2013)

    ________________

    Quelques liens utiles :

    > La fiche auteur d’Yvan Pommaux sur le site de L’Ecole des Loisirs.

    > La bibliographie complète d’Yvan Pommaux sur ricochet-jeune.org.

    Mots-clefs : Yvan Pommaux, télévision, après-guerre, enfance, histoire, fiction-documentaire, école, années 50