Site littérature jeunesse de lille 3

Une histoire sans fin

Little Nemo in Slumberland de Winsor McCay
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Comme d’habitude...

    Le mercredi, j’allais toujours à la médiathèque pour me diriger obligatoirement vers le rayon BD et y passer toute l’après-midi. De l’autre côté, se trouvaient des livres avec des mots, uniquement. Mes parents me forçaient à essayer d’en lire, mais autant dire que je m’arrêtais souvent à la couverture. Pour m’immerger dans un univers, j’avais besoin d’images (des couleurs, des cadrages, des dessins, des effets visuels, ...) au profit d’une belle histoire. Cette alchimie m’émerveillait et je la retrouvais dans les bandes dessinées ou dans les films.

    ...mais ce jour-là...

    (JPG)
    © Horay, 1969
    1ère édition

    Un mercredi, donc, alors que je fouillais machinalement dans les bacs, je tombai sur un volume épais et imposant qui dépassait de la rangée à cause de son format singulier. Je le retirai non sans mal pour découvrir un dragon éjectant trois personnages de sa gueule béante. Un trône était incrusté au fond de sa gorge. Il était découpé dans un grand rond jaune. Le reste de la couverture était entièrement couvert de noir. Seuls le titre en grandes lettres rouges et l’illustration tranchaient avec le fond. Je fus tout de suite attiré.

    ...j’arrivai à Slumberland, le pays du sommeil.

    Je le feuilletais, subjugué, m’imprégnant des dessins détaillés dans des planches superbement composées. L’histoire était divisée en épisodes d’une planche. Très différents les uns des autres, ils amenaient tous un véritable souffle féérique. Nemo, un enfant américain du début du XXe siècle, partait chaque nuit dans un monde onirique aux paysages surréalistes et peuplé de personnages extraordinaires : Slumberland (le pays du sommeil). Morphée l’avait invité dans son royaume pour qu’il y rencontre sa fille. Nemo voyageait donc à chaque page (et moi avec) dans son imaginaire hétéroclite pour finir par se réveiller en sursaut dans la dernière case. Il croisait Imp, un sauvage, et Flip, un personnage grognon fumant le cigare, qui n’avait de cesse de comploter pour le réveiller. Nemo visitait aussi bien les profondeurs des océans que la planète Mars. L’intrigue s’étoffait dans un genre onirique poussé à son paroxysme grâce à un renouveau graphique incroyable. Le génie de l’auteur, Winsor McCay, tenait au fait qu’il dessinait un monde fantastique bigarré d’une manière réaliste et crédible. Il avait débuté son chef d’œuvre en 1905, dans l’hebdomadaire New York Herald de J. Pulitzer, pour le terminer en 1914.

    (JPG)
    © Stock, 1984

    Ce livre incroyablement fascinant m’avait totalement coupé du monde extérieur. J’ai lu ses deux cents pages d’une seule traite. L’auteur parvenait à me perdre dans les dédales de son imagination. Sous plusieurs aspects, cette sensation m’évoquait un de mes films préférés, L’Histoire sans fin, où un enfant finissait par rentrer dans le roman qu’il lisait. Comme lui, j’étais happé dans ce récit où tous les possibles se côtoyaient.

    Imaginez le livre d’un monde où tout peut exister et vous obtiendrez Little Nemo.

    © Quentin Rosset,décembre 2013

    L1 HSI, UE libre édition jeunesse

    Post-scriptum

    McCAY, Winsor. Little Nemo. Paris : Horay, 1969. Claude Moliterni et Pierre Couperie trad. 1ère éd. 264 p. : ill. en noir et en coul., cart. ill. en coul. ; 37 cm.

    McCAY, Winsor ; introd. et trad. de l’anglais par Claude Moliterni et Pierre Couperie ; avec la collab. de Philippe Druillet, Charles Cohen, André Couture... [et al.] Little Nemo. Paris : Horay, 2004. 22e éd. 252 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 38 cm. ISBN 2-7058-0381-5 (rel.) : 48 €

    ENDE, Michael. L’histoire sans fin. Paris : Stock, 1984. 461 p. : ill., couv. ill. en coul., ; 24 cm. - (Nouveau cabinet cosmopolite). ISBN 2-234-01552-9