Site littérature jeunesse de lille 3

ALICE - Quand les sœurs Parker rencontrent Alice...

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Lors d’une de leurs enquêtes, les sœurs Parker, Ann une jeune fille blonde de seize ans et sa sœur Liz une brune de dix-sept ans, rencontrent, dans de bien tristes circonstances, la célèbre détective amateur Alice Roy et ses amies. Ann et Liz en profitent pour l’interroger en détail, ce qui leur permet par la même occasion de passer le temps et d’attendre les secours, si secours il y a...

    (JPG)
    Couverture originale de Russell H. Tandy

    À la nuit tombée, dans une clairière au pied d’une petite colline, les ombres menaçantes d’un groupe d’hommes louvoyaient à la lueur d’un feu. Ils étaient assis devant une cabane et discutaient. « On dirait que cette maudite bonne femme a engagé deux groupes de détectives pour retrouver son diamant. Toutes ces gamines me font tourner en bourrique... »

    En haut de la petite colline, cachées derrière un arbre, les sœurs Parker, qui espionnaient le groupe, se regardèrent en haussant les sourcils. « Deux groupes ? dit Liz, l’aînée.

    -  Je ne comprends pas plus que toi, lui répondit Ann qui s’approcha un peu plus. »

    Soudain, le sol se déroba sous les pieds des deux jeunes filles et elles dégringolèrent vers le groupe d’hommes suspects sans pouvoir rien y faire. Le plus surprenant est, qu’en même temps, sur un autre versant de la petite colline, trois jeunes filles d’environ dix-huit ans venaient de subir le même sort. D’abord surpris par l’événement, les hommes, se mirent à ricaner méchamment et l’un d’eux dit : « Eh bien voilà, nos problèmes sont résolus. Elles nous tombent toutes dans les bras d’un seul coup. Voilà votre curiosité bien punie, mesdemoiselles ! »

    Quand les jeunes filles se retrouvèrent en bas, face à face, les sœurs Parker s’exclamèrent : « Alice Roy !

    -  Les sœurs Parker ! s’exclama à son tour la jolie blonde aux yeux bleus et coiffée d’un bandeau au centre de l’autre groupe. »

    Tandis que les deux autres jeunes filles qui accompagnaient cette Alice dirent d’une même voix : « Qui ? » Mais avant qu’elles ne puissent ajouter un seul mot ou réagir d’une quelconque manière, elles se retrouvèrent toutes ligotées et elles furent transportées un peu à l’écart de la clairière afin qu’elles ne puissent entendre les propos de leurs ravisseurs.

    (JPG)
    Couverture de Jean-Louis Mercier
    © Hachette, Bibliothèque verte

    Quand elles furent seules, et comme les escrocs n’avaient pas pensé à les bâillonner, elles purent se parler. Ce fut Liz qui engagea la première la conversation : « Quand je les ai entendus parler d’un deuxième groupe de détectives, j’aurai dû me douter qu’ils parlaient d’Alice Roy et de ses amies. Je suis très heureuse de vous rencontrer, malgré les circonstances...

    -   Je suis tout à fait d’accord avec Liz, renchérit Ann, je suis ravie de vous rencontrer.

    -   C’est vrai que c’est assez surprenant de se retrouver sur une même enquête, répondit chaleureusement Alice, mais je suis aussi très contente de faire votre connaissance à toutes les deux ! Je pense qu’à nous cinq, cette enquête sera résolue en un rien de temps.

    -   Excusez-moi de vous interrompre, mais vous vous connaissez ? s’enquit Marion, une jeune fille brune d’allure sportive.

    -   Mais, voyons Marion, ce sont les sœurs Parker, Liz et Ann, tu n’ as jamais entendu parler d’elles dans les journaux ? Et toi Bess ?

    -   Euh... dit Bess, une jolie blonde un peu ronde, en faisant non de la tête tout comme Marion. Ne vous inquiétez pas, c’est normal que nous nous vous connaissions et pas vous, la rassura Ann, nous sommes beaucoup moins célèbres qu’Alice. D’ailleurs nous avons plein de questions à vous poser. Vos aventures sont souvent évoquées dans les journaux, mais nous ne connaissons pas grand-chose d’autre sur vous. Je sais que vos aventures sont racontées, comme les nôtres, par Caroline Quine et c’est aussi pour ça que je suis si curieuse !

    -   Mais oui, je me souviens de vous, s’exclama Bess, vos aventures ont commencé à être publiées quelques années après celles d’Alice.

    -   C’est cela, répondit Ann. Mais nous avons eu moins de succès et nous avons donc été publiées pendant moins longtemps. »

    Soudain Alice s’exclama : « Mais où est Ned ?

    -   Aucune idée, répondit Marion, la dernière fois que je l’ai vu, il était à côté de toi sur la corniche.

    -   Mais c’est merveilleux ! Avec un peu de chance, il a pu aller chercher du secours ! s’enthousiasma Bess.

    -   Je l’espère, répondit Alice, mais j’espère surtout qu’il ne lui est rien arrivé.

    -   Voyons, ne t’inquiète pas Alice, Ned fera tout ce qui est en son pouvoir pour te sortir de là, et nous avec ! Il ne se laissera pas attraper. De plus, personne ne savait qu’il était avec nous, la réconforta Marion.

    -   Dommage que Daniel et Bob n’aient pas été là aussi, ils auraient pu nous sauver tout de suite... soupira Bess

    -   Je ne suis pas sûre que trois garçons, aussi sportifs soient-ils, aient été assez efficaces face à ces hommes sans scrupules, rétorqua Marion

    -   Oh ! ne me désespère pas ainsi, Marion, tu es sans cœur ... »

    (JPG)
    Couverture d’Albert Chazelle
    © Hachette, Bibliothèque verte

    Voyant que Marion, une lueur malicieuse dans les yeux, s’apprêtait à rétorquer, Alice s’interposa : « S’il vous plaît les filles, arrêtez de vous chamailler, ce n’est vraiment pas le moment. »

    Les deux cousines, contrites, se turent. Liz relança alors la conversation : « Qui est Ned ?

    -   Ned Nickerson ? C’est un ami très cher qui m’aide souvent dans mes enquêtes, répondit Alice, il est étudiant à l’université d’Emerson. Ses amis, Daniel Evans et Bob Eddleton, les chevaliers servants respectifs de Bess et Marion, l’accompagnent parfois pour nous aider.

    -   J’espère qu’il trouvera de l’aide dans ce cas. Mais comme nous ne pouvons pas faire grand-chose dans l’immédiat, pourriez-vous nous parler un peu de vos débuts ? s’enquit Ann.

    -   Bien sûr, avec plaisir, répondit Alice. Mais Bess et Marion, qui sont, soit dit en passant, deux cousines, mais surtout mes deux meilleures amies, m’accompagnent très souvent dans mes aventures, elles m’aideront donc à répondre.

    -  Bien sûr, répondirent les deux cousines en cœur. »

    -   Alors, commença Alice, j’ai été créée en 1929 sous le nom de Nancy Drew [1] par le Stratemeyer Syndicate, fondé par Edward Stratemeyer en 1905. Cette société employait de nombreux auteurs qui écrivaient sous un pseudonyme. Pour ma série et la vôtre, c’est le pseudonyme Carolyn Keene [2] qui a été choisi . Différents auteurs se sont succédé et ils ont écrit plus ou moins d’ouvrages, comme Mildred Wirt Benson, la première à avoir écrit mes aventures, puis Harriet Adams qui en a écrit un grand nombre et qui a réécrit une grande partie des premiers ouvrages, et beaucoup d’autres auteurs comme James Duncan Lawrence, Wilhelmina Rankin , Priscilla Doll, ... En 1930, a été publiée aux États-Unis ma première enquête par les éditions Grosset & Dunlap : The Secret of the Old Clock. Deux autres titres sont sortis en même temps que ce premier. Je pense que les gens ont quand même apprécié mes aventures, car beaucoup d’autres épisodes ont été publiés par la suite.

    (JPG)
    Couverture d’Albert Chazelle
    © Hachette, Bibliothèque verte

    -  Voyons Alice, l’interrompit Marion, tu es trop modeste, tout le monde le dit. Tu as rencontré un très grand succès, tu peux le dire. Tu es quand même beaucoup mieux que toutes ces héroïnes stéréotypées que l’on pouvait trouver à l’époque. Toi, tu es intelligente, curieuse, modeste, adorable, gentille avec tout le monde, toujours du côté de la loi, très généreuse et surtout tu ne recules devant aucun danger, tu es très courageuse !

    -   Un peu trop même, renchérit Bess, on se retrouve souvent dans de très fâcheuses situations à cause de toi.

    -   Allons, Bess, rétorqua Marion, tu es trop froussarde ! Les enquêtes d’Alice sont passionnantes ! Même si je dois reconnaître que tu nous suis quand même en général...

    -   Je n’ai pas vraiment le choix, vous me laisseriez toute seule sinon...

    -   Allons, Bess, ajouta Alice, tu ne peux pas dire que nous ne nous sommes jamais amusées dans nos aventures ? Nous avons découvert des endroits merveilleux et rencontré des gens formidables.

    -   Bien sûr, mais vous m’avez quand même souvent fait frôler la crise cardiaque... »

    Alice et Marion échangèrent un sourire complice, pauvre Bess, se dirent-elles.

    « Donc en 1979, reprit Alice, j’ai eu un nouvel éditeur : Simon et Schuster. Certains ont trouvé que j’étais plus moderne chez eux. J’ai été publiée dans près d’une trentaine de pays. Concernant la France, ma première aventure Alice détective a été publié en 1955 chez Hachette dans la collection Bibliothèque Verte. Hélène Commin et Anne Joba sont mes principales traductrices en français, même s’il en existe d’autres. Le dernier tome traduit en France est The ghost of the lantern ladypublié en 1998 aux États-Unis qui a donné Alice et la dame à la lanterne [3]. Ma dernière aventure publiée est Werewolf in a Winter Wonderland en 2003.

    (JPG)
    Couverture de Philippe Daure
    © Hachette, Bibliothèque verte

    En tout, 175 de mes enquêtes ont été publiées aux USA et environ 87 ont été traduites en français. Elles ont été toutes plusieurs fois rééditées, revues et corrigées chez Hachette en France, avec par exemple des suppressions de propos qui auraient pu sembler racistes et des changements de couverture, de format, entre les différentes éditions. Elles ont été tellement simplifiées et réadaptées (simplification de vocabulaire, suppression de chapitres, etc) qu’elles sont depuis 2011 publiées dans la Bibliothèque Rose, toujours chez Hachette, mais pour les très jeunes lecteurs.

    -   Eh bien, j’espère que les Français peuvent tout de même lire une histoire qui n’est pas trop éloignée de l’original ... Au fait, j’ai entendu dire que votre père, James Roy, était avoué ?

    -   C’est vrai, reconnut Alice, et c’est un avoué plutôt renommé et pas seulement à River City, la ville d’où je viens. Je l’adore ! Il me soutient toujours dans mes aventures et m’aide souvent, si ce n’est pas lui qui m’a demandé de l’aide au départ ! C’est lui, ainsi que Sarah Berny, notre gouvernante, qui s’est occupé de moi lorsque ma mère est morte, j’étais très jeune à l’époque. Ma pauvre Sarah, qui m’aime comme sa propre fille et que j’aime énormément aussi, a les nerfs à rudes épreuves avec moi. Il est vrai que je me retrouve souvent dans des situations délicates, mais je me tire toujours d’affaire grâce à mes amis ou par moi-même.

    -   C’est sûr qu’être détective amateur n’est pas de tout repos, n’est-ce pas Liz ? lança Ann à sa sœur avec un clin d’œil.

    -   Nous sommes d’ailleurs en ce moment même dans le pétrin à cause de cela, lui répondit Liz.

    -   Mon père et Sarah me recommandent à chaque fois d’être prudente, mais c’est vrai que dès qu’un mystère se profile à l’horizon, je ne peux résister et je fonce ! renchérit Alice.

    -   On devrait les écouter plus souvent, marmonna Bess.

    -   Voyons, Bess, la réprimanda Marion, souviens-toi de notre excursion à Venise [4] avec les garçons. Ce n’était pas magnifique ?

    -   Ils ont passé la moitié de leur séjour en prison à cause d’une statuette... rétorqua Bess.

    -   Pas la moitié, juste quelques jours, corrigea Marion.

    -   On s’est retrouvé enfermées dans la basilique Saint-Marc...

    -   Un prêtre nous a délivrées...

    -   Daniel, Bob et Ned ont failli mourir noyés à cause d’une bombe...

    -   Ce n’était qu’une petite bombe et il n’est rien arrivé, de plus ton Daniel a sauté à l’eau pour nous retrouver...

    -   Justement, il aurait pu être très malade...

    -   Mais il ne l’a pas été...

    -   Si le père d’Alice n’avait pas été là, elle aurait pu avoir de gros ennuis et Ned avec elle...

    -   Nous aurions pu les sauver à nous deux, surtout avec Bob et Daniel pour nous aider...

    -   Nous n’aurions pas eu assez d’influence sur la police...

    -   Peut-être que si... »

    (JPG)
    Couverture de Philippe Daure
    © Hachette, Bibliothèque verte

    Ann et Liz suivaient cet échange animé avec intérêt et avec un certain amusement, mais elles remarquèrent qu’Alice n’écoutait plus ses amies. En effet, celle-ci, concentrée, essayait de scier ses liens avec des ronces qu’elle avait senties derrière elle. Cependant Ann, curieuse, l’interrompit : « Avez-vous mené d’autres enquêtes dans des pays étrangers ?

    -   Ça nous est arrivé quelques fois, répondit Alice, j’ai été au Canada, à Buenos Aires, [5] à Hong Kong [6], à Hawaï, en Écosse, à Paris, au Pérou [7], au Kenya [8], à Venise donc, en Grèce [9], etc. J’ai aussi beaucoup voyagé aux États-Unis même, je vais souvent à New-York [10], je suis allée à la Nouvelle-Orléans, en Arizona [11], dans le Far-West [12], dans le Nevada [13], etc.

    -   Vous ne devez pas vous ennuyer beaucoup bien que vous ne fassiez pas d’études ?

    -   Oh non, je m’occupe beaucoup avec tous les mystères qui viennent à moi ou que je déniche, mais je m’exerce aussi dans d’autres domaines...

    Bess, qui avait arrêté de se disputer avec sa cousine et qui écoutait Alice, la coupa :

    -   Je confirme, Alice sait tout faire ! C’est une excellente conductrice et son cabriolet bleu est un de ses fidèles compagnons. C’est une très bonne sportive, elle monte très bien à cheval [14], elle a d’ailleurs remplacé une écuyère dans un cirque pendant quelque temps et elle a très bien réussi, elle est douée à la voile, elle prend des cours de vol [15], elle a déjà fait de la plongée sous-marine [16], elle a aussi remplacé une mannequin une fois, et tu te souviens quand tu avais eu le premier rôle du film tourné par le ciné-club de River City [17] ?

    -   Voyons Bess, ce n’était pas grand-chose... la rabroua Alice en rougissant, tu exagères.

    -   Bien sûr que non, elle n’exagère pas, je suis d’accord avec Bess pour une fois ! approuva Marion en souriant. Mais il faut quand même préciser que toutes ces qualités ont toujours servi à Alice pour résoudre les mystères : c’est en prenant la place de l’écuyère qu’elle a pu s’infiltrer dans le cirque pour mener son enquête par exemple. De toute façon, même sans ces activités, tu es suffisamment intelligente et courageuse pour résoudre les mystères qui naissent sous tes pas, comme lorsque tu as démantelé le réseau de faux-monnayeurs qui étaient déguisés en adorateurs du chêne centenaire [18]. ou quand tu as retrouvé la danseuse disparue [19]qui a pu ainsi rentrer en possession de son héritage. Et quand tu as enquêté sur l’autre Alice Roy [20] ! On a même, en plus de la série Alice, fait d’autres séries inspirées de tes aventures comme Les Enquêtes de Nancy [21], Nancy Drew détective [22], ainsi que quelques autres séries qui ne sont pas parues en France. On retrouve aussi des films tels que Nancy Drew - Detective, film américain de William Clemens (1938) ou Nancy Drew, remake américain d’Andrew Fleming (2007), et de nombreux jeux vidéos...

    -   Il est vrai que vos aventures ont toujours beaucoup de succès ! Et vous le méritez amplement ! s’exclama Ann. Mais dites-moi, est-ce que vous appréciez vos illustrateurs français ?

    (JPG)
    Couverture de Marguerite Sauvage
    © Hachette, Bibliothèque verte

    -   Bien sûr ! Le premier, Albert Chazelle, m’a dessinée presque toujours souriante, ce que j’aime beaucoup, et plutôt dans un style des années 50-60, puis un peu plus années 70 vers la fin. Il y a eu aussi Jean-Louis Mercier, puis Jean Sidobre, et Philippe Daure, que j’apprécie beaucoup aussi, il fait attention aux détails de l’histoire avant de faire la couverture et ses dessins sont plus modernes. Enfin l’actuelle illustratrice est Marguerite Sauvage qui m’a fait de jolies boucles, termina Alice en souriant. Il en existe d’autres, mais qui ont fait moins de couvertures, donc je ne les connais pas très bien. »

    Soudain les jeunes filles entendirent un grand remue-ménage dans la clairière. Comme elles étaient trop éloignées, elles ne pouvaient voir ce qui se passait. Alice, ayant enfin réussi à enlever ses liens, se leva et s’avança discrètement. Les deux cousines et les sœurs Parker lui enjoignirent la prudence, mais quelques instant plus tard, Alice revint les chercher au bras d’un jeune homme.

    « Ann, Liz, dit-elle en s’adressant aux sœurs Parker, je vous présente mon ami Ned Nickerson, il a réussi à trouver de l’aide et nous voilà sauvées ! De plus le diamant était dans la cabane, l’enquête est donc finie !

    -   Enchanté, mesdemoiselles, dit alors le jeune homme.

    -   Nous de même, répondirent les deux sœurs.

    -   Bon, trêve de politesse, rétorqua Marion, pourriez-vous nous détacher tout d’abord...

    -   Bien sûr, s’exclamèrent en riant Alice et Ned.

    -   Ah ! tout de même, soupira Bess. »

    ***

    (JPG)
    Ma collection des aventures d’Alice
    © Photo Mathilde Créton

    ***

    © Mathilde CRÉTON, L2 HSI, UE libre édition jeunesse

    Décembre 2013

    Post-scriptum

    Sites complémentaires

    -  Site sur les œuvres de Caroline Quine : carolinequine.com
    -  Alice Roy - Nancy Drew : pedrolinoo.wix.com/aliceroy-nancydrew
    -  Alice, Nancy et les sœurs Parker par Caroline Quine : alicebooks.free.fr
    -  Bibliothèque Rose et Verte - Alice : bibliothequerose.com/alice

    Notes de bas de page

    [1] Alice Roy pour la France

    [2] Caroline Quine en France

    [3] publié en 2001 en France

    [4] Alice à Venise, Caroline QUINE

    [5] Alice et la malle mystérieuse

    [6] Alice et le dragon de feu

    [7] Alice chez les Incas

    [8] Alice en safari

    [9] Alice et le symbole grec

    [10] Alice chez le grand couturier

    [11] Alice et la poupée indienne

    [12] Alice au ranch

    [13] Alice et la rivière souterraine

    [14] Alice écuyère

    [15] Alice et la pantoufle d’hermine

    [16] Alice et le diadème

    [17] Alice et le cheval volé

    [18] Alice et les faux-monnayeurs

    [19] Alice et la pantoufle d’hermine

    [20] Quand Alice rencontre Alice

    [21] en France :1988-1989, 8 tomes

    [22] en France : 2006-2009, 13 tomes