Site littérature jeunesse de lille 3

Comment sensibiliser les enfants, dès leur plus jeune âge, à l’homoparentalité ? (mini thèse)

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Les familles homoparentales étant de plus en plus nombreuses [1], il convient donc de parler d’homoparentalité aux enfants. De plus en plus d’auteurs abordent ce thème dans la littérature jeunesse afin de sensibiliser les enfants. Nous étudierons Jean a deux maman, Marius et Tango a deux papas et pourquoi pas ? en prenant appui sur un ouvrage de Martine Gross intitulé Qu’est ce que l’homoparentalité ?.

    I- Présentation des albums jeunesse

    Jean a deux mamans d’Ophélie Texier

    (GIF)
    © L’École des loisirs, 2004

    De 2 à 4 ans

    La couverture est figurative, très sobre, avec un titre évocateur. On y voit Jean, qui est un personnage anthropomorphe. Il semble être heureux.

    Le petit Jean vit avec ses deux mamans qui s’aiment comme un papa et une maman. Il nous raconte leur quotidien à tous les trois.

    Marius de Latifa Alaoui M.

    (JPG)
    © L’Atelier du poisson soluble, 2001

    Â partir de 5 ans

    La couverture au graphisme coloré ne donne pas d’information précise sur le livre. Elle suggère simplement la présence d’au moins quatre personnages dans l’histoire.

    Le petit Marius a cinq ans et deux maisons. Sa maman a un nouvel amoureux. Son papa a lui aussi un nouvel amoureux...

    Tango a deux papas, et pourquoi pas ? de Béatrice Boutignon

    (JPG)
    © Le Baron perché, 2010

    À partir de 5ans

    La couverture illustre bien le titre de l’album. Le lecteur sait directement quel thème sera abordé.

    Marco habite à New York, et adore les animaux. Un jour, au zoo de Central Park, deux mâles manchots attirent son attention. Roy et Silo. Ils deviennent ses préférés. Marco remarque qu’ils ne se quittent jamais. La saison des amours arrive, les manchots font leur nid. Mais Roy et Silo sont un peu tristes car le leur est vide... Et si on leur confiait un œuf ?

    II- Analyse des trois albums

    (JPG)
    © Payot et Rivages, 2012

    Nous allons étudier ces trois albums qui abordent l’homoparentalité de façons différentes. Pour commencer, Qu’est ce que l’homoparentalité ? Martine Gross nous donne la définition suivante : « Le terme « homoparentalité » est un néologisme créé en 1997 par l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) pour désigner toutes les situations familiales dans lesquelles au moins un adulte qui s’auto-identifie comme homosexuel est le parent d’au moins un enfant. On peut questionner la pertinence d’un terme comme celui d’ « homoparental » qui peut laisser place au contresens (homoparent = même parent) mais qui, de plus, accompagné de sa définition (situation où un parent homosexuel élève au moins un enfant) met l’accent sur l’homosexualité des parents. »

    Ces albums nous permettent de distinguer deux types de familles homoparentales : les familles homoparentales à structure biparentale et les familles homoparentales à structure pluriparentale.

    On parle de familles homoparentales à structure biparentale dans des « situations où les enfants sont arrivés dans un contexte homoparental et y sont élevés par deux personnes de même sexe », comme nous l’explique Martine Gross. Jean se trouve dans cette situation. En effet, il est arrivé dans un contexte homoparental et est élevé par « Maman Jeanne » qui l’a porté dans son ventre, et par « Maman Marie ». Quant à Tango, elle a été élevée par ses papas manchots, Roy et Silo.

    Marius, se trouve dans une situation où l’on parlera plutôt de famille recomposée. En effet, dans les familles recomposés homoparentales, les enfants sont nés d’une union hétérosexuelle antérieure. L’un des parents assume par la suite son homosexualité et constitue un nouveau couple avec une personne du même sexe. Comme dans les autres familles recomposées, le compagnon ou la compagne du parent est désigné par le terme de « beau-parent ». Marius parle de son beau père en employant les termes « l’amoureux de papa » et « son amoureux » .

    Analyse de l’image et du texte

    Dans l’album Jean a deux mamans, les illustrations sur double page prennent le dessus. Le texte est très court et est toujours situé sur la page de gauche. Les illustrations véhiculent à elles seules l’information. Notons que les personnages sont anthropomorphes. Le récit est écrit à la première personne, comme dans Marius et Tango a deux papas et pourquoi pas ?. Le lecteur est proche du narrateur, il n’y a pas de distance. Dans Tango a deux papas et pourquoi pas ?, le lecteur a accès aux sentiments des deux papas manchots à travers Marco, qui utilise le « je ». La ponctuation est forte, il y a de nombreuses phrases exclamatives et beaucoup d’interrogations, ce qui implique davantage le lecteur. Il y a une bonne répartition des illustrations et des textes, tout comme dans Marius. Les nombreuses illustrations sont aussi importantes que les textes dans ces deux albums. Les illustrateurs jouent avec différents types de plans, en alternant les plans généraux, les plans moyens et les plans rapprochés. Dans ces deux albums, on retrouve souvent une image à gauche et une autre à droite, et quelques illustrations en double page. Elles viennent accompagner les textes qui sont bien plus longs que dans l’album Jean a deux mamans. Ceci s’explique par le fait que les histoires sont plus complexes puisqu’elles s’adressent à des enfants de plus de quatre ans, contrairement à ce dernier album.

    À côté de ces nombreuses ressemblances, il y a des points qui différencient Marius et Tango a deux papas et pourquoi pas ? :

    Marius : utilisation d’une typographie moins formelle et de couleurs différentes (noir, bleu et blanc), qui donnent un effet au texte.

    Tango a deux papas et pourquoi pas ? : illustrations faites à l’aquarelle, et présence de plusieurs petites illustrations sur une seule page.

    Le développement émotionnel des enfants

    À travers la lecture de ces trois albums, on peut voir que Jean, Marius, et Tango, s’épanouissent aux côtés de leurs parents homosexuels. Martine Gross rapporte qu’ « une enquête danoise publiée en mai 2009 portant sur 853 513 enfants, dont 13 524 adoptés parmi lesquels 387 enfants de moins de 11 ans adoptés par la compagne de leur mère biologique, conclut que les enfants qui grandissent avec une mère seule ou deux mère, se portent bien. » . Jean semble avoir une vie équilibrée avec ses deux mamans qui s’aiment : « on fait un gros câlin, tous les trois ! ». Marius est bien entouré, il mène une vie heureuse malgré la séparation de ses parents « J’aime beaucoup mon papa. J’aime beaucoup ma maman » . Tango grandit avec l’amour de ses deux papas qui prennent toujours bien soin d’elle : « Quelquefois, ils la bercent sur leurs pattes. Alors elle ferme les yeux, elle a l’air tellement bien... ».

    Le développement social des enfants

    Dans Marius, lorsque celui-ci révèle l’homosexualité de son père à l’école, l’illustration nous montre une attitude moqueuse de la part de ses camarades garçons et un sentiment de dégoût visible sur le visage de ses camarades filles. Quant à Marius, son sourire sincère prouve que l’homosexualité de son père n’est pas un problème pour lui. Cette scène peut être parfaitement illustrée avec l’extrait suivant : « Une crainte répandue est que les enfants élevés par des parents gays ou lesbiens souffriraient des moqueries homophobes dans leurs relations avec leurs pairs et seraient rejetés ou stigmatisés. Les travaux existants montrent que les enfants sont généralement acceptés par leurs pairs, forment des amitiés solides, même s’ils peuvent effectivement faire l’objet de brimades de la part de ses camarades ». Même si Marius a subi des moqueries cela ne l’empêche pas d’avoir des liens amicaux avec ses copains.

    Conclusion

    J’ai choisi ces albums car ils abordent l’homoparentalité sous différents aspects, et avec certaines particularités. Un petit loup anthropomorphe élevé par ses deux mamans, un petit garçon élevé par sa maman et son papa et leurs amoureux, ainsi qu’une femelle manchot élevé par ses deux papas, adapté d’une histoire vraie.

    J’ai apprécié les trois albums, car ils montrent bien la réalité des choses. Il y a néanmoins un élément auquel je n’adhère pas dans l’album Jean a deux mamans. L’auteur attribue des rôles aux mamans. Le rôle de la mère, à Maman Jeanne, et le rôle du père, à Maman Marie. Certes, c’est Maman Jeanne qui a porté Jean, mais Maman Marie a clairement le rôle de père. Cette dernière offre des fleurs à Maman Jeanne, s’occupe des travaux dans la maison, apprend Jean à pêcher et le porte sur son dos, ce qui renvoie aux activités généralement faites par les pères. Je pense qu’elle a voulu donner un sens à la phrase émise au début de l’album « Mes deux mamans s’aiment comme un papa et une maman » mais je suis contre l’idée d’attribuer un rôle d’homme et de femme dans un couple lesbien. Malgré cela, je pense que c’est un très bon ouvrage pour les petits.

    À travers les lectures de ces ouvrages pédagogiques, les enfants peuvent comprendre qu’être élevé par deux personnes du même sexe n’est pas quelque chose de nuisible. Effectivement, je suis convaincue que des enfants peuvent être élevés dans un environnement sain, même avec des parents de même sexe.

    © Ursula Goonoo, 2014

    Deust 2 Métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Post-scriptum

    Bibliographie

    GROSS, Martine. Qu’est ce que l’homoparentalité ? Paris : Payot et Rivages, 2012. 1 vol. (206 p.) : couv. ill. en coul. ; 17 cm. - (Petite bibliothèque Payot ; 842). Bibliogr. p. 175-179. Webliogr. p. 181-182 ISBN 978-2-228-90723-1 (br.) : 7,50 €
    -  Martine Gross, sociologue au CNRS, est présidente d’honneur de l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens.

    TEXIER, Ophélie. Jean a deux mamans. L’École des loisirs, 2004. [20] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 17 cm.(Loulou et compagnie ; Les petites familles). ISBN 2-211-07457-X (rel.) : 7,50 €

    ALAOUI M., Latifa. Marius. Stéphane Poulin ill. L’Atelier du poisson soluble, 2001. Non paginé [24] p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 17 x 21 cm. ISBN 2-913741-07-X (rel.) : 88 F : 13,5 €

    BOUTIGNON, Béatrice. Tango a deux papas, et pourquoi pas ?. Paris : Le Baron perché, 2010. 1 vol. (32 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 23 x 29 cm. ISBN 978-2-36080-008-7 (rel.) : 16 €

    Voir aussi sur Lille3jeunesse

    -  Une autre mini thèse sur l’homoparentalité dans la littérature jeunesse : Nos mamans, nos papas et nous, des familles comme les autres

    -  Tous les articles traitant de l’homoparentalité et de l’homosexualité

    Notes de bas de page

    [1] La catégorie « famille homoparentale » n’existe pas pour l’Insee qui recode les données du recensement. Un couple de concubins de même sexe avec enfant est recodé en foyer monoparental et une personne.