Site littérature jeunesse de lille 3

Fay Renoir tome 1 : la demoiselle elliptique, de Marlène Chombart-Lemoine

« Une vraie vie de jeune femme, le handicap en plus »
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    « Fay est une jeune femme surprenante, polyhandicapée et épileptique. Ni son corps, ni son cerveau ne sont comparables aux nôtres. Ses crises de Haut-Mal mettent souvent sa vie entre parenthèses, creusant de larges ellipses dans son histoire. Raconter le mode « OFF » de son cerveau c’est décrire les folles Merveilles du pays d’Alice, c’est aussi instructif qu’une plongée au cœur de son propre subconscient, c’est la matière des rêves. » (Quatrième de couverture)

    (JPG)
    © Éd. ThoT, 2014

    Résolument optimiste

    À presque dix huit ans, Fay qui ne marche pas plus qu’elle ne parle, peut enfin être scolarisée en classe de seconde. Elle aura donc la "chance" de prendre l’ascenseur avec son fauteuil électrique, tout comme elle a la "chance" malgré « les aléas de la vie » d’avoir une famille qui fait honneur à l’établissement scolaire qui l’accueille : une sœur prodige de treize ans dont les résultats au brevet sont les meilleurs de l’Académie, un frère champion du tatami en Sports études et un père enseignant exemplaire.

    Tel est le discours que lui tient le proviseur "pressé" du Lycée Aimé Césaire. La pitié, le mépris et la bêtise, voilà tout ce qui insupporte Fay. À cela elle préfère encore la franchise et les méchantes vannes de Yann, le bellâtre de la classe. Le ton est donné, avec La demoiselle elliptique nous sommes aux antipodes du "pathos".

    Pourtant, tout n’est pourtant pas rose au pays de Fay. Ses crises d’épilepsie la plongent dans un monde tentaculaire aux voix qu’elle est seule à entendre, sans compter un traitement qu’elle doit gérer sans savoir réellement s’il peut être diminué sans risques puisque même les spécialistes du monde médical ne peuvent le garantir. Alors, elle relativise, elle assume, avec beaucoup de courage et d’humour parce que « Tout le monde il est (pas) beau » (p.17) et car elle veut vérifier que seuls « Les fous entendent des voix » (p. 32).

    « Une vraie vie de jeune femme, le handicap en plus » ...

    ... C’est ainsi que Marlène Chombart-Lemoine propose de résumer son livre dans le webzine, (page 91) lesrebelles.net. On pourrait préciser « "sacrée" jeune femme » car si Fay n’est pas tout à fait une jeune femme comme les autres, ce n’est point tant son courage que sa personnalité qui force l’admiration. Ses jugements sur le comportement d’autrui face au handicap sont sans appel. Il y a « ce » et « ceux « qu’elle ne supporte pas : l’orthophoniste « quadra bobo » dont le mépris n’a d’égal que la méchanceté, les professeurs incapables de prévoir une version numérique pour compléter les fameuses fiches de renseignements et qui n’ont pas encore compris que « Handicapée ne veut pas dire "incapable" » et qu’au XXIème siècle « il faut juste adapter les outils ». Fay le sait, elle qui a toujours son petit ordinateur magique !

    Et il y a les autres, que Fay aime et qui l’aiment : un papa parfait d’intelligence, de charme discret et de bonté, Bianca la sœur tellement jolie, intelligente, drôle et prête à mordre quiconque oserait embêter sa grande sœur, Kim le grand frère gentiment taquin, Aliz la tante kiné qui aime comme une mère Fay qui a perdu la sienne dix ans plus tôt et Pierre, le camarade « fin, drôle et gentil » si différent des garçons de la classe enragés de foot, de jeux vidéo ou de programmes informatiques... Pierre qui, comme Fay, aime la littérature et les Arts plastiques que tous deux ont d’ailleurs choisi en option. Ouf, le professeur atypique, Monsieur Grimm (oui !), leur épargne la fiche de renseignements et leur demande simplement d’exécuter un portrait, exercice dans lequel Fay excelle ! Enfin, il y a Luke, l’assistant de Monsieur Grimm, à l’accent "so british" et au sourire ravageur... qui, on le comprend très vite, vont faire chavirer notre héroïne, au propre comme au figuré...

    Au pays des Merveilles et des Anges...

    (JPG)
    © Éd. ThoT, Marel ill., 2014
    « Être ange » , p. 112

    Mais qui Fay a-t-elle réellement dessiné sur ce portrait ? Sa mère décédée ou Luke ? La voix qu’elle entend lors de ses crises est-elle celle de sa mère, celle de Luke ou les deux à la fois ? « la voix très particulière rappelle à Fay les intonations de celle qui l’encourage, chaque fois, à s’extirper des bras tentaculaires de son épilepsie » [...] « Quel est ce lien étrange ? » (Quatrième de couverture).

    Pourtant, cette voix est bien celle qu’elle entendait avant de connaître Luke. Mais alors, comment son subconscient pouvait-il anticiper la présence de celui qu’elle n’avait jamais rencontré auparavant ? C’est à partir là, que tout va commencer... Nous basculons alors dans un autre monde et nous ne sommes qu’au début du roman.

    Là où d’autres auteurs se contenteraient de nous raconter les hauts et les bas du quotidien d’une jeune lycéenne handicapée, le tout agrémenté d’une gentille histoire d’amour pour nous démonter que Fay est « comme tout le monde », Marlène Chombart-Lemoine prend le parti de nous plonger dans la quatrième dimension, au pays des anges, où rien ne sera simple, car « Luke peut-il aimer une jeune femme handicapée, si jolie soit-elle ? En a-t-il le droit ? Dans sa famille britannique, bâtie suivant des principes ancestraux, rien n’est moins sûr » (Quatrième de couverture).

    L’auteur, professeur de Français en lycée et maman d’Anouk, polyhandicapée et épileptique, aurait pu se contenter de nous toucher par l’évocation d’un quotidien pas toujours facile. Elle a préféré, pour notre plus grand plaisir, nous entraîner dans un voyage fantastique, au pays des merveilles et des anges... Mais il n’est pas question ici de dévoiler toute la trame de ce roman à la fois touchant et palpitant.

    Les atouts du roman

    Une écriture vivante et poétique...

    (JPG)
    © Éd. ThoT, Marel ill., 2014
    « Les roses comme avant palpitent » Verlaine, p.148

    Raconté à la première personne Fay Renoir : la demoiselle elliptique adopte le ton alerte et vivant d’une ado de notre époque, débordante de vie et d’envies, excessive dans ses emballements et à l’humour omniprésent même dans l’évocation de situations difficiles. Cela ne tombe jamais dans la facilité et les dérives d’un langage "djeun" qui, dans certains romans pour ados, frôle le ridicule d’autant que ce langage "ado" qui évolue à grande vitesse se "périme" et se démode très vite. Le tout déborde d’un humour fin, agrémenté de petits clins d’oeil, discrets hommages aux plus "grands" : Renoir et Grimm bien sûr mais aussi Modigliani, Matisse, Verlaine, Zola, Hugo... On devine le temps que l’auteur a passé à peaufiner son écriture dont le niveau de langage peut-être autant soigné que familier, juste lorsqu’il le faut et sans une once de vulgarité.

    Chaque chapitre au titre poétique ou mystérieux est une invitation à accompagner Fay dans son voyage fantastique...

    ... servie par de jolis crayonnages

    « Bigarré, volontiers féerique, fantastique ou chimérique, son univers multiformes est nourri du pays des merveilles et habite un cabinet de curiosités. Copier le réel n’est pas le but ; visionner les songes, superposer les dimensions ou créer des personnages humanoïdes (ou presque...) » (cf. le wix de l’illustratrice)

    En effet, Marlène Chombart-Lemoine n’a pas seulement une belle plume, son coup de crayon est aussi très joli.

    Sous la signature de Marel, elle illustre au style bille et à l’aquarelle les aventures de Fay Renoir dans un style à la fois très personnel et très contemporain, qui n’est pas sans rappeler le Street Art, les graphzines ou l’art brut. Cela pétille de joie de vivre et d’inventivité, comme tout le roman.

    Un roman de qualité dont on attend avec impatience le tome 2 !

    © Élisabeth Debuchy, 2014


    Autre avis

    Et si tout cela n’était qu’un rêve ?

    Fay Renoir a presque 18 ans. Sa vie de jeune étudiante au lycée Aimé Césaire débute, alors qu’elle est polyhandicapée et n’a jamais fréquenté d’établissement scolaire auparavant. En fauteuil roulant, ayant des difficultés d’élocution et sujette à des crises d’épilepsie parfois violentes, Fay est enfin heureuse de fréquenter d’autres jeunes de son âge. Elle suit, en option à ses cours, des ateliers d’art plastique donnés par un professeur vieillissant et assisté d’un charmant jeune homme, Luke. Sa voix n’est pas sans lui évoquer un souvenir étrange. En effet, lorsqu’elle est en mode "off", comme elle le dit elle-même, Fay semble reconnaître cette voix. N’est-ce pas son ange gardien qui veille sur elle lorsque les crises sont trop violentes ?

    Au pays des merveilles tout peut arriver, surtout ce qu’on attend le plus à son âge : l’amour.

    Un roman jeunesse, emprunt de fantastique, merveilleusement bien écrit par Marlène CHOMBART LEMOINE dont c’est le premier roman. Espérons qu’elle nous en donne à lire encore d’autres !

    Bonne Lecture à Tous !!!

    © Élodie Loglisci


    Un grand merci à Marlène Chombart-Lemoine qui nous a gentiment accordé l’autorisation de publier ses illustrations.

    Post-scriptum

    (JPG)
    Signet

    CHOMBART-LEMOINE, Marlène, Marel ill. Fay Renoir : la demoiselle elliptique. Tome 1. Fontaine [38600] : Éd. ThoT, 2014. 246 p. : couv. ill. en coul. , ill. en noir et blanc ; 21 x 15 cm. ISBN 978-2-84921-295-0 (br.)

    20 €

    -  Mots clefs : handicap, épilepsie, fantastique, ange, amour, école

    -  Pour commander le livre et en découvrir quelques extraits, c’est ici et

    -  Fay Renoir : la demoiselle elliptique sur Facebook

    -  L’équipe, le catalogue et le fonctionnement des Éditions ThoT, sur le site editionsthot.com

    Pour en savoir plus Marlène Chombart-Lemoine, l’auteur-illustratrice

    -  Marel alias Marlène Chombart-Lemoine, illustratrice, sur le wix MAREL ART-Illustrations

    -  Le portait de Marlène Chombart-Lemoine dans La Voix du Nord du 15 octobre 2013 : « Villeneuve d’Ascq : un premier roman pour Marlène Chombart »

    -  Un entretien très intéressant sur le webzine lesrebelles.net ... où l’auteur nous dévoile les secrets de son inspiration, la genèse du roman et quelques scoops... entre autres, que le roman a failli être intitulé OFF/ON, Backstage, Petite cuisine des apparences ou encore Epileptic Fay (page 91).

    -  Pour contacter l’auteur : chombart.marlene@wanadoo.fr

    Pour découvrir le tome 2 Fay Renoir : la part sombre des anges

    (JPG)

    -  Sur le site editionsthot.com
    -  Bon de commande ici et page Facebook avec une superbe analyse de Fred Barety :

    « Sur le fil de Laplume. Étymologiquement, écrire peut se décomposer en é : préfixe évoquant l’extériorisation, et crire : anagramement crier. Marlène Chombart écrit avec un niveau de décibel qui laisse le lecteur abasourdi, comme scotché face au château d’enceintes d’un groupe de hard rock néo classique. Les mots s’enchaînent et se dénouent en une chorégraphie surprenante, et subtilement attachante.

    Ouvrir l’histoire de Fay Renoir, c’est se glisser dans un torrent de montagne avec des nagettes. On est bousculé, glacé, on boit la tasse, on alterne fonds sombres et ciel bleu au fil des remous. Pour finir secoué mais heureux de retrouver la rive calme.

    À des années-lumière des écrits exutoires de vies déchirées par des problèmes médicaux, Marlène a créé un monde onirique unique dans lequel elle mêle épilepsie, rêves d’adolescente et regards de l’autre. Sans concession, le potard de son stylo bloqué sur 11, elle é-crie son histoire, soliste forcenée face à une salle comble. Un livre qui, le dernier point lu, force le lecteur à se lever et crier « bis ! ». (Fred Barety)

    Sur Lille3jeunesse

    -  Tous les articles sur le handicap