Site littérature jeunesse de lille 3

Priya’s Shakti, de Ram Devineni, Vikas K. Menon et Dan Goldman ill.

Un combat permanent
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Priya est une adolescente sérieuse qui rêve de devenir institutrice ; c’est pourquoi elle travaille dur à l’école. Un jour son père en décide autrement... l’obligeant à ne plus aller à l’école et d’être « fille au foyer ». Priya se fait violer par plusieurs hommes, dont l’un fait partie de son entourage. Dans une telle tragédie, une adolescente peut-elle compter sur sa famille ? « Tu as dû les provoquer, tu devras épouser l’un d’entre-eux », peut-elle entendre par ses proches. Priya n’est plus maître de son corps, ni de ses choix, et le déshonneur s’installe à travers cette famille qui la rejette.

    (JPG)
    © Rattapallax, 2014

    Un chemin vers la liberté

    Tout commence quand elle se réfugie dans un temple et prie la déesse Parvati. Cette dernière est furieuse qu’une telle chose soit arrivée et lui promet de l’aider à lutter contre ce phénomène intolérable. Priya devient une messagère, perchée sur un tigre, qui décide de lutter contre les violences faites aux femmes. Le thème principal de la BD est avant tout le viol, le mariage forcé mais le message essentiel est surtout celui du droit au libre arbitre, le droit de faire ses propres choix et de ne laisser personne nous imposer ce que nous ne désirons pas.

    Cette bande dessinée permet tout d’abord de sensibiliser le lectorat au problème du viol qui touche beaucoup de jeunes femmes en Inde et partout dans le monde. Cela permet aussi au lecteur de découvrir des cultures différentes et des modes de vie différents puisque l’histoire se déroule en Inde. Enfin le message véhiculé est positif car le roman dégage principalement un message sur le droit de chaque femme à disposer d’ elle-même et il apporte un soutien aux victimes. Tout au long des aventures de Priya, le lecteur découvre le courage qu’elle incarne. Au fil des pages, on se demande finalement si elle parviendra à lutter contre cette culture du viol.

    L’attractivité

    Priya’s Shakti est un nouveau concept de livre, qui offre un renouveau au livre en papier. L’ouvrage fait appel à la réalité augmentée : en pointant son téléphone sur les pages, certaines vont s’animer. D’autres permettront d’accéder à des témoignages de victimes de viol. Ce projet, alliant bande dessinée et création visuelle, met en évidence la menace du harcèlement et des violences sexuelles auxquelles les femmes sont régulièrement confrontées en Inde et ailleurs. La BD nous est relatée d’un point de vue interne puisque nous partageons fortement les émotions et pensées de Priya.

    L’auteur ouvre les portes d’un monde nouveau où la fiction s’installe dans la réalité. Concernant le graphisme, il occupe une place importante car on est face à des dessins très réalistes et colorés. Certaines pages de l’album n’ont que très peu voire aucun texte et permettent au lecteur d’admirer le talent de Dan Goldman et l’univers créatif de la BD. Mais surtout, lorsque les dessins illustrent des agressions sexuelles, les mots seraient de trop. Mis à part le dessin qui attire fortement l’œil, le scénario est tout aussi interpellant.

    Un graphisme qui peut surprendre par la fiction des Déesses, cela donne un aspect quelque peu surréaliste au récit par opposition à l’ambiance globalement réaliste et mature de la bande dessinée. Certains aspects surréalistes viennent alors pimenter un récit réaliste tels que les pouvoirs du tigre et de la déesse. A mon avis, l’auteur a voulu s’imprégner de l’imaginaire pour évoquer des sujets encore tabous et complexes et leur donner une autre dimension.

    Un hommage à Jyoti Singh Pandey

    En 2002, l’histoire avait soulevé les foules partout dans le monde. Cette étudiante vivait un calvaire : elle était dans un bus à New Delhi avec son petit ami quand ils ont étés sauvagement agressés. Le jeune homme avait été tabassé et jeté hors du bus alors que Jyoti subissait un viol collectif. Jyoti n’a pas survécu à ses blessures et est décédée quelques jours plus tard. Depuis cette tragédie, de nombreux projets voient le jour pour sensibiliser les adolescents au viol dès le plus jeune âge. Les auteurs ont eu cette volonté de rendre hommage à cette adolescente et de répondre à un problème fort en Inde : le viol.

    En conclusion, je pense qu’il serait intéressant que Priya ait par la suite un acolyte masculin pour ne pas généraliser les hommes et afin de ne pas faire de sous-entendus. L’œuvre mêle habilement l’aspect réaliste et fantaisiste et traite aussi bien du viol que de l’importance de l’école, la construction du « soi ». C’est une œuvre qui montre les difficultés qu’une femme peut rencontrer tout au long de l’ enfance, de l’ adolescence et de la période de jeune adulte. C’est simple, je n’avais jamais lu une bande dessinée avec de telles illustrations, aussi magnifiques, associées à un message aussi fort. Le public ciblé sont les enfants à partir de dix ans et les jeunes adultes, "un âge critique" précisent les auteurs. Cependant, je trouve certaines scènes difficiles pour cette tranche d’âge (agressions, sang...). Je recommande donc cette BD aux lycéens et jeunes adultes qui ne resteront pas insensibles face au combat de Priya Shakti !

    © Horia TEFAT, Licence 3 Sciences de l’Information et du Document, 20 décembre 2014

    Post-scriptum

    DEVINENI, Ram, MENON, Vikas K. Priya’s Shakti 1. Dan GOLDMAN ill. New York : Rattapallax, 2014. 1 vol. 32 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 32 cm.

    ISBN 9781892494399

    Accès gratuit en ligne : Lire la BD

    Visitez aussi le site de Rattapallax : www.rattapallax.com

    Mots-clefs : éducation, liberté, violence sexuelle, super-héros, condition féminine.