Site littérature jeunesse de lille 3

Macaron Citron, de Claire Mazard

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Elsa a seize ans et pour la première fois, elle est super-méga-amoureuse. Son bel, son grand amour, c’est Sarah, la fille de première qui était venue faire un exposé sur la mer d’Aral dans sa classe pour présenter l’option SVT. Elsa est amoureuse, mais elle n’a personne à qui en parler : son père est subitement parti à un colloque, son copain d’enfance veut sortir avec elle et elle s’est fâchée avec sa meilleure amie. Elsa est amoureuse, mais elle est toute seule, et Sarah, l’aime-t-elle seulement ?

    Le dialogue, ultime solution

    (GIF)

    Macaron citron est un très beau livre sur l’amour entre filles de Claire Mazard, qui avait déjà abordé le thème de l’homosexualité masculine dans Le cahier rouge. Mais là où ce premier roman se terminait mal en racontant le suicide du frère du narrateur parce qu’il était homosexuel, Macaron citron aborde le thème de l’homosexualité sous un jour optimiste et prometteur. On se laisse entrer avec plaisir dans la lecture du roman.

    Elle réchauffe le cœur et rassure tandis que les personnages et les situations sont croqués d’une manière simple et réaliste. En effet, point d’idéalisme dans l’écriture de Claire Mazard. Elsa, l’héroïne, si elle accepte pleinement son homosexualité, se voit seule comme souvent dans ce genre de situations. Parents comme amis s’éloignent d’elle et la jeune fille se renferme d’autant plus qu’elle en devient irritable et inabordable, en proie aux questionnements, aux doutes, à la certitude de ne pas être comprise voire rejetée. Et c’est là que le message de l’auteure change tout. Claire Mazard affirme que si on rompt avec cette attitude de renfermement, si on instaure le dialogue, les événements se dérouleront mieux. Et notre Elsa de parler avec sa mère qui lui affirme en retour son amour, de parler avec son amie qui était jalouse de la voir avec quelqu’un d’autre, de parler avec Sarah pour se rendre compte finalement et heureusement que son amour était partagé. Il faut parler, ne pas laisser s’instaurer le quiproquo ou l’ambigu et les relations se dénoueront d’elles-mêmes ; certes, pas toutes, puisque le père d’Elsa se sent toujours mal à l’aise avec les amours de sa fille, mais il faut aussi savoir laisser aux gens le temps d’accepter à leur tour ce qu’ils ne comprennent pas de prime abord.

    L’homosexualité dans la littérature de jeunesse

    L’homosexualité est encore un thème peu abordé dans la littérature pour adolescents. Pourtant, comme tout ado, les jeunes homosexuels ont besoin de repères, de modèles auxquels s’identifier. Jusqu’il y a peu, l’image de l’homosexuel était soit l’ " amour qui n’osait pas dire son nom ", et les personnages entretenaient dans le roman des relations parfois très ambiguës, qu’on pense à Un papillon sur la peau de Virginie Lou, ou à La danse du coucou d’Aidan Chambers, quant ils n’étaient pas pris comme prétextes pour évoquer l’épidémie du SIDA, voir par exemple Le cerf-volant brisé de Paula Fox, La nuit du concert de M. E. Kerr.... L’homosexuel dans la littérature de jeunesse est trop souvent malade ou mort. Quelques ouvrages rehaussent néanmoins un peu cette image comme Les lettres de mon petit frère de Chris Donner, ou Macaron citron qui a en plus le mérite d’aborder la question du lesbianisme et qu’on peut rapprocher en ce sens du très beau Côte d’Azur de Cathy Bernheim. Dans ces livres qui traitent plus spécifiquement de l’homosexualité, l’adolecent-e se découvre peu à peu comme il comprend que ce ne sera pas toujours facile. Mais il est important de ne pas donner toujours une image négative de l’homosexualité aux jeunes afin qu’ils puissent se construire et affirmer leur identité en cette période difficile, en pleine mutation. Qu’on ne craigne pas d’influencer les enfants, si la sexualité était un choix, on le saurait depuis longtemps. Il faut au contraire les aider et les soutenir du mieux possible afin de combattre le mal-être et les taux de suicide pour cette population beaucoup plus élevés que chez les jeunes hétéros du même âge selon une étude canadienne.

    C’est là qu’intervient avec force le rôle de prescripteur des bibliothécaires et des documentalistes pour la jeunesse.

    par Thomas Chaimbault (05/2002)

    Avis de jeunes lecteurs

    Macaron citron est un livre passionnant et très profond pour nous les jeunes. Claire Mazard a le tact pour évoquer ce sujet avec douceur comme elle l’avait fait avec Le cahier rouge.

    Marion (par e-mail)

    Très bon bouquin. (par e-mail, 12/02)

    Mazard, Claire.Macaron Citron. Syros jeunesse, 2001. (Les uns les autres). 96 p. ISBN 2748500075

    Post-scriptum

    Sur ce site, voir les autres articles sur l’homosexualité :

    http://jeunet.univ-lille3.fr/mot.php3 ?id_mot=118