Site littérature jeunesse de lille 3

Un jour avec Lola, de Jean-Paul Nozière

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Lola, la rebelle ?

    Quoi qu’il s’en défende, Jean-Paul Nozière aime les romans à suite, ou, pour être plus précis, les montages parallèles qui lui permettent de jouer de la différence de points de vue. Il y a quelques années, avec Un été algérien et Le ville de Marseille, il donnait la parole à un jeune pied noir et à un jeune arabe, pour deux versions des mêmes faits.

    (GIF)

    Cette fois, avec Un jour avec Lola, il revient sur les thématiques et les procédés du Le rebelle de quatrième, qui font que le roman pourrait tout aussi bien s’intituler La rebelle de 4ème.

    On peut en effet relever beaucoup de points communs en effet entre Un jour avec Lola et Le rebelle de 4ème : le cadre, avec une classe de quatrième, des personnages, avec de bons élèves qui se mettent un jour à refuser l’école et surtout une rébellion dont les origines sont plus psychologiques que sociales. Rebelle, Lola l’est d’abord vis à vis de ses professeurs : meilleure élève de la meilleure 4ème du collège, elle d’apporter sa contribution aux cours et s’enferme dans le mutisme. La seule concession qu’elle accepte est d’être la meilleure dans toutes les disciplines. Rebelle, elle l’est surtout par son refus des conventions, qui la conduit à se mettre nue devant les garçons contre un billet de cent francs.

    En vérité Lola ne s’appelle pas Lola, mais Eva, tout comme son père ne s’appelle pas Tom, mais Eric. C’est pour aider son père à oublier les humiliations de quinze ans de vie conjugale que Lola a passé avec lui cette convention de devenir des personnages de fiction. Si ses tenues sont provocantes, c’est pour ressembler à sa mère et tenter d’occuper la place laissée vide auprès. Et si elle attente aux règles des bonnes moeurs, c’est pour aider son père à oublier qu’il est ruiné. Curieux couple que cette homme pitoyable et cette jeune fille belle et intelligente qui enfreignent la morale ordinaire.

    Un jour avec Lola se situe dans la veine des derniers romans de Jean-Paul Nozière, notamment Le rebelle de 4ème et Eldorado. Tous trois mettent en scène des enfants dont les parents ne sont pas à la hauteur de leurs rêves. Pour ce qui concerne Lola, l’auteur laisse au lecteur optimiste l’opportunité d’imaginer qu’il y a encore une place pour le rêve. Plus profondément, l’auteur nous propose un nouveau personnage trop grand pour le quotidien, dans la plus pure tradition de la littérature de l’adolescence : une révolte que l’on ne parvient pas à cerner, et qui ne trouve son écho que dans la littérature. La clé des tourment des Lola pourrait peut-être bien se trouver dans un livre d’Erskine Caldwell, conseillé par la prof de français. Son titre : Jenny toute nue !

    Un jour avec Lola se contentera-t-il de faire le plaisir des médiateurs ou trouvera-t-il le chemin des lecteurs adolescents ? L’élaboration de l’écriture et la discrétion de l’action écarteront probablement bon nombre de lecteurs friands de plaisirs immédiats. On peut aussi faire l’hypothèse que les adolescents se reconnaîtront dans le quotidien du décor et dans les désirs troubles de la jeune fille. A eux maintenant de s’exprimer en disant ce qu’ils ont apprécié dans le livre, ce qui les a gêné, ou tout simplement ce qui les a empêchés d’aller jusqu’au bout.

    par Christian Loock

    Nozière, Jean-Paul .Un jour avec Lola. Thierry Magnier, 2001. (Roman). 144 p. ISBN 2844201032