Site littérature jeunesse de lille 3

Le chien de Madlenka, de Peter Sis

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Madlenka

    C’est pour sa petite fille Madeleine que Peter Sis a créé cet album. Invité au Salon du livre de Montreuil en décembre 2000, il en a raconté la genèse. Il vit avec sa famille dans un quartier de la ville cosmopolite de New York. Malgré les dimensions gigantesques de cette mégalopole, les quartiers forment comme de petits villages. Nous partons donc à la découverte d’un de ces quartiers, en compagnie de Madlenka.

    (BMP)

    Madlenka a une dent qui bouge. Très excitée par cette étape importante dans la vie d’un enfant, elle court le dire à tout le monde dans le quartier. Nous la suivons dans ses pérégrinations : nous rencontrons les différents commerçants venant de tous les coins du monde. L’occasion pour Peter Sis de se livrer à son dada, l’exploration d’horizons différents et sa lubie topographique. Ici, c’est à travers les spécialités de chacune des boutiques visitées que l’on parcourt le monde : l’Inde, la France, l’Allemagne, l’Amérique latine, l’Egypte...

    Contrairement à d’autres de ses albums (Le Tibet : les secrets d’une boîte rouge, par exemple), Peter Sis nous offre ici des planches naïves : Madlenka est au centre du cadre (le cadre est omniprésent dans ses albums) ; tout autour, de petits croquis colorés inventorient les éléments typiques de chacun des pays "visités". En regard de cette page naïve, une illustration typique de l’artiste - hâchures qui caractérisent son trait et couleurs plutôt ternes - représente la boutique et son propriétaire. La double page suivante offre une vision beaucoup plus onirique du pays évoqué, comme si l’on se retrouvait soudain, par l’imagination, avec Madlenka en Asie ou en Egypte. Soulignons que Peter Sis a également intégré un double jeu de cadres dans ses planches : des carrés (ou des cercles) découpés au centre des pages sont autant de fenêtres ouvertes sur les planches - et sur le monde : Madlenka se retrouve alors à la fois au centre de son quartier et au milieu d’un marécage...

    Un album qui reste donc fidèle aux créations précédentes de l’artiste mais dans lequel il nous montre un côté plus ludique et plus naïf de son dessin.

    Il continue sur sa lancée et fait paraître deux ans plus tard Le chien de Madlenka, encore un peu plus naïf mais peut-être un peu moins poétique. Cette fois, Madlenka veut un chien. Ses parents s’y opposent mais cela ne décourage pas pour autant la petite fille qui - comme beaucoup d’enfants dans ce cas - s’invente son animal de compagnie. Elle part à nouveau en exploration dans son quartier et promène en laisse son chien invisible (ça nous rappelle un album de Ponti). Ici moins de découpages mais beaucoup de petits rabats. "Chacun ne cherche pas son chat" dans cet album mais chacun cache son chien : l’occasion de faire le tour des races de chiens en passant bien sûr par quelques pages fantasmatiques où Madlenka et son amie Cléopâtre se projettent dans leur univers imaginaire en compagnie de leurs animaux eux-mêmes imaginaires.

    Une mise en abyme dans le monde merveilleux de l’esprit des enfants qui montre une fois encore que l’on peut être dans la rue avec un chien imaginaire et à la fois au beau milieu d’un paysage lunaire peuplé de personnages tout droit sortis d’Alice au pays des merveilles...

    Bref, des albums faits pour rêver, parcourir le monde en esprit et faire des enfants de petits voyageurs immobiles.

    par Marine Dormion (06/2002)

    Sis, Peter. Le chien de Madlenka . Grasset Jeunesse, 2002. ISBN 2246627117