Site littérature jeunesse de lille 3

Sexy Story, de Marc Cantin

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Difficile période que celle de l’adolescence. A travers son roman Sexy Story, Marc Cantin ne prétend pas expliquer à la manière d’un psychologue ce passage à l’age adulte, mais nous invite à le vivre à travers deux meilleures amies, Nina et Chloé, dont les premières expériences amoureuses et sexuelles sont les piliers même de leur seizième année.

    (GIF)

    L’histoire est vécue du point de vue de Nina. Tout commence alors que cette dernière, qui paraît être la plus sage de ce duo juvénile, se pose toutes sortes de questions sur la sexualité, et en particulier sur les désirs et les pensées du sexe opposé. Marc Cantin s’intéresse à un ensemble de sujets qui semblent préoccuper le lectorat adolescent : image de la femme dans la presse, acceptation de son propre corps, relations filles-garçons... Ainsi, tout au long de ce roman, dont chaque chapitre correspond à un mois de l’année scolaire, les aventures de Chloé et Nina rendent compte de ces nombreux problèmes existentiels. A la fois critiques d’elles-même et des autres, les deux jeunes filles ne cessent d’analyser la société qui les entoure, d’une manière tantôt très naïve : « Je suis trop romantique, voilà le problème. Je dois absolument penser au sexe sexe sexe ! », tantôt réfléchie : « Chloé se rebiffe. Elle a douté, une seconde, puis la confiance est revenue. Elle fait ce qu’elle veut de son corps. Libre à chacun d’en penser ce qu’il veut, mais en attendant, pas touche ». Nina semble chercher la stabilité et le romantisme dans son couple, ce qui est loin d’être évident. En effet, elle succombe facilement aux avances de garçons comme Mathieu, derrière les armoires du CDI ! Ce qui différencie alors les jeunes filles est l’acceptation d’elle- même. Ainsi Chloé paraît relativement plus sereine et sûre d’elle.

    On remarquera au fur et à mesure du livre, que sous cette façade se cache une jeune fille sentimentale qui se remettra plus facilement en question. Marc Cantin n’oublie évidemment pas de s’intéresser aux cas des garçons, qui tiennent une place importante dans ce roman. D’un coté, Stephan le capitaine de l’équipe de rugby. Tout le monde l’imagine bien sûr comme le plus fort, le plus « doué » avec les filles, ce qui n’est pas sans rappeler un stéréotype qu’on retrouve fortement dans les films et séries américaines. Il s’avérera que ce jeune homme est à l’opposé de cette image, et, particulièrement complexé par son anatomie, il devient nerveux et peu sûr de lui en présence des filles, de Nina. A l’inverse, Romuald est un garçon sûr de lui « qui n’y va pas par quatre chemins » avec la gente féminine de son lycée.

    L’auteur a choisi des personnages d’autant plus réalistes, qu’on perçoit tout au long du roman une certaine maturité apparaître, tant au niveau de leur sexualité que de leur confiance personnelle. La fin de l’année oblige Nina et Chloé à se séparer, et à vivre leur vie indépendamment l’une de l’autre. Elles se retrouveront alors trois ans plus tard dans un lieu symbolique, le café de leur adolescence qui les plongera dans leurs souvenirs. Les deux amies ont apparemment surmonté leur crise d’adolescence, qui avec un peu de recul, paraît beaucoup moins dramatique.

    De plus, on remarque l’évolution de leurs caractères respectifs qui tendent à s’inverser. Chloé connaît une grande stabilité dans son couple, et Nina est heureuse avec « ses compagnons de route inattendus ». Marc Cantin a su introduire dans son roman les principaux problèmes qu’on allie généralement à l’adolescence. J’entends par là les conflits parents-enfants, l’acceptation de son propres corps, la consommation de tabac, et surtout les premières relations sexuelles, qu’il décrit d’ailleurs avec une pointe d’érotisme. Les lecteurs de Sexy Story pourront s’identifier à l’un ou l’autre des personnages du roman : filles et garçons adolescents y trouveront sans doute des points communs et/ou des différences avec leur propre personnalité.

    par Pascale Leroy

    Cantin, Marc. Sexy Story . Paris : Rageot, 2003 .(Métis, ISSN 1639-6480)153p. ISBN 2-7002-2971-1