Site littérature jeunesse de lille 3

La chaîne de David, de Giorda

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Kérim, jeune kurde de 13 ans, travaille au Parc des Princes en stage dans le cadre de sa cinquième d’aide. Cela lui permet de se " familiariser avec le monde du travail ", lui ont dit ses profs. Cela lui permet surtout de trouver par hasard, un jour, enfouie dans la pelouse du stade de foot, une chaîne d’or, probablement perdue par un joueur. (GIF) En la ramassant, Kérim ne se doute pas que chaque maillon de cette chaîne a une histoire et qu’il en fait partie. C’est en la rendant à son footballeur de propriétaire qu’il apprendra le nom des opprimés qui ont eu cette chaîne autour du cou avant lui. Juif, arménien, rwandais, et puis kurde enfin. L’Histoire écrite en rouge sang pour ces peuples, pour ces hommes qui ont en commun d’avoir porté la même chaîne....

    C’est une belle histoire qui nous est racontée, même si forcément elle est imprégnée d’horreurs sans nom faites par des hommes contre d’autres hommes. En partant d’un thème banal (un petit kurde aimant le foot), Giorda parvient à nous plonger dans l’Histoire. Evidemment, pas la plus drôle ni la plus resplendissante. Mais en expliquant à Kérim le périple de cette chaîne, Levon, le footballeur qui l’avait perdue, retrace à grands traits facilement accessibles l’oppression des Arméniens, le génocide des Juifs, l’extermination des Hutus rwandais et les gaz mortels jetés en Irak sur les Kurdes.

    Avec des mots simples, de l’émotion, des victimes reprennent vie le temps de raconter leur triste histoire à Kérim, et cette chaîne qui passe est le symbole d’une fraternité possible entre les peuples. Bien romancé, ce livre ne s’apitoie pas : il raconte des morceaux de vie à travers l’histoire sans se complaire dans le sang, et crée des personnages de toute génération qui s’écoutent et s’entendent. Ce n’est pas si fréquent et mérite d’être lu.

    Age : à partir de 10 ans. (Syros préconise 12 mais je crois que des enfants de CM2 ou de 6ème peuvent le lire)

    Mots-clés : Football / Guerre / Peuples opprimés

    Par Anne Dassonville (10/2002)

    Giorda. La chaîne de David. Syros, 2002. (Souris poche) 98 p. ISBN 2748500261