Site littérature jeunesse de lille 3

L’enfant qui tuait le temps, de Pierre Magnan

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Qu’arrive-t-il lorsqu’un enfant reçoit dans son berceau, par Kronos et Zeus, le don d’arrêter horloges, pendules et autres machineries susceptibles de donner l’heure ? (GIF) Les conséquences ne seront pas trop lourdes tant qu’Elie se limitera à son Trièves natal et qu’il se contentera de petites incartades temporelles pour que ses copains aient moins de retard au cours de M. le curé, prônant la conciliation par la règle en fer. En bref, il n’y aura que quelques existences de coqs écourtées pour avoir manqué le lever du soleil (eh, oui les coqs modernes ont cette particularité de ne plus se référer au soleil, bien trop capricieux, mais au clocher... un choix malheureux depuis que le petit Elie fait des siennes...).

    Mais imaginons que cet enfant aime voyager, ou plutôt que, victime de son succès, il doive faire face à mille et une suppliques et qu’il s’embarque pour Marseille : des événements aussi bizarres qu’étranges ne manqueront pas d’arriver ; train immanquablement en retard, douanier surpris d’avoir laissé s’échapper le contrevenant, huissier attendant fébrilement 8h02 (le lever du soleil) pour sa perquisition... et le fin du fin... un match de football... Avez-vous déjà vu un arbitre sans heure ? Mais, pas d’inquiétude, le match OM/Stade français aura bien lieu, M. l’arbitre et le superbe Di Lorto, le goal virtuose, ont eux aussi des pouvoirs, peut-être pas surhumains, mais le ballon rond, ça donne des ailes (Kronos et Zeus étaient déjà de la partie, alors pourquoi pas quelques attributs du nouvel habitant des cieux ?).

    Un roman émouvant et enlevé. L’histoire, entre sourires et moments plus graves, ravira ados (à partir de 11/12 ans) et plus grands. Pour reprendre l’éditeur : " une parenthèse pleine d’émotion et de tendresse dans l’œuvre d’un maître du roman noir. "

    La langue de Magnan, où les mots hauts en couleur semblent à l’image des paysages du Vercors : magnifique mais difficilement accessible. Arrêtons cependant de juger le moindre obstacle comme insurmontable pour les adolescents, après tout les dictionnaires existent (interactifs, si cela peut être un remède pour ne pas couper son plaisir), et si en plus, Kronos et Zeus se mêlent de l’affaire... quel problème peut bien résister ?

    Mots-clés : amitié / solidarité / voyage / amour / vie à la campagne

    Par Christelle Colin (11/2002)

    Avis d’autres lecteurs

    Je ne suis pas parvenue à rentrer dans ce livre. L’histoire est trop longue à démarrer. On a l’impression que rien ne va jamais arriver. Les phrases sont assez compliquées. Bref, les deux combinés font que j’ai bien vite refermé ce livre fatiguant et lassant !

    Isabelle Frys (06/2003)

    Au début de l’histoire, je pensais que ça allait me plaire ; mais plus j’avançais dans le livre, plus je le trouve difficile. Difficile, ce que je veux dire c’est que les phrases sont compliquées et j’avais envie de le feuilleter et de lire seulement des paragraphes de-ci de-là ... Et puis, je pense que je n’ai pas encore l’ âge de le lire.

    Sarah Weiche, 12 ans (07/2003)

    Magnan, Pierre. L’enfant qui tuait le temps. Gallimard, 2004. (Folio). ISBN 2070301753