Site littérature jeunesse de lille 3

La fée s’est trompée, de Gail Carson Levine

Le conte de Perrault revisité
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Charles Perrault revisité ou, plutôt, une suite cocasse à son célèbre conte, Les Fées

    (JPG)
    © L’École des loisirs, 2002

    Rosella est une jeune fille exemplaire, généreuse et sociable. Myrtle sa sœur a mauvais caractère. Un jour, leur mère les envoie toutes les deux au puits chercher de l’eau. L’une rencontre une vieille femme assoiffée qu’elle soulage ; l’autre rencontre un prince dont l’armure l’empêche de s’abreuver mais elle le dédaigne.

    Vous l’avez sans doute deviné : la vieille femme et le prince ne sont autre que la fée Ethelinda déguisée. Elle décide de récompenser les deux sœurs : désormais à chacune de ses paroles des pierres précieuses tomberont de la bouche de l’une et d’horribles insectes seront recrachés par la bouche de l’autre. Hélas ! Tandis que Rosella rencontre un prince et sa cour avide de ses pierreries, Myrtle se lance dans d’odieux chantages pour obtenir tout ce qu’elle désire ! La gentillesse n’est pas récompensée et la méchanceté n’est pas punie ! Ethelinda est folle de rage ! Comment va-t-elle remédier à la situation ?

    © Nacéra Baberih, documentaliste, collège Léonard de Vinci

    Carvin, novembre 2002


    Avis d’un jeune lecteur

    Rosella est une petite fille très bien élevée, généreuse, et très gentille envers les autres personnes. Sa sœur jumelle Myrtle est une vraie peste : avare, ingrate, sournoise. Et pour couronner le tout, elle est la préférée de sa mère. Un jour, alors que Rosella va tirer l’eau du puits, elle voit une vieille dame qui lui demande de l’eau pour boire. Rosella s’exécute et en remerciement, la vieille dame, qui est en fait la fée Ethelinda, lui offre le don de faire apparaître des pierres précieuses à chaque mot qu’elle prononce . Sa sœur jalouse se précipite à son tour jusqu’au puits dans le but de donner à boire à la vieille qui avait disparue. Elle rencontre à la place un chevalier qui lui demande également à boire. Celle-ci qui s’attendait à voir la vieille femme refuse. En punition, Ethelinda qui s’était changée en ce chevalier lui donne le don de faire apparaître des insectes répugnants à chaque mot prononcé. Mais le don de Rosella n’est pas un bien pour elle. En effet, le prince Harold qui se fiance avec elle voulait l’épouser pour s’approprier ses pierres précieuses afin de se faire bâtir un nouveau château.

    De son côté Myrtle utilise son mauvais sort comme moyen de pression auprès des commerçants du village. Alors que Rosella tombe gravement malade, Ethelinda, avec l’aide de Myrtle profite de l’occasion pour sermonner Harold en lui faisant une grosse frayeur. Le prince finit par conclure un accord avec sa fiancée. Rosella fait don de ses joyaux aux plus pauvres, Myrtle et sa mère deviennent populaires dans le royaume grâce aux courses d’insectes qu’elles organisent ! Harold et Rosella finissent par s’aimer. Quant à Ethelinda elle devient plus indulgente dans ses punitions et récompenses. Finalement, tout est bien qui finit bien.

    Ce conte agréable de Gail Levine est très bien écrit. Il possède une morale comme tous les contes : ne pas faire semblant d’aimer pour l’argent. Le véritable amour est plus fort que tout.

    © Jonathan Legrand, novembre 2002

    3e C, club lecture, collège Léonard de Vinci, Carvin

    Mise à jour : avril 2014

    Post-scriptum

    LEVINE, Gail Carson. La fée s’est trompée. L’École des loisirs, 2002. 77 p. : couv. ill. en coul. ; 19 cm. (Neuf). ISBN 2-211-06650-X (br.) : 7,60 €