Site littérature jeunesse de lille 3

La vie en noir, de Loredana Frescura

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    A la découverte de soi...

    (BMP)

    Rosa, quinze ans, est très jolie, danse magnifiquement et a de l’esprit. Malheureusement son mal-être l’empêche de s’épanouir. Ses parents et elle viennent de déménager pour la ville. Ses amis ‘‘du village’’ lui manquent. Là-bas, elle était acceptée par tous, sa peau noire ne générait ni les rires, ni les insultes sur son passage. L’adaptation dans son nouveau lycée est difficile. Elle se laisse maltraitée par les autres élèves. Trois garçons l’offensent lors d’une fête entre lycéens, et elle ne parvient pas à répliquer. C’est Gabriele, un garçon populaire du lycée, qui va la défendre...

    Après l’affront subit lors de la soirée lycéenne, Rosa se renferme de plus en plus sur elle-même et va jusqu’à se sentir coupable d’être ce qu’elle est. Outre ses difficultés d’adaptation au lycée, la communication avec ses parents depuis son arrivée en ville semble impossible malgré sa grande affection pour eux. Elle renaît toutefois lors des cours de danse de la signora Béatrice. Elle retrouve pour quelques heures une certaine légèreté et un bien-être perdu.

    Un jour, Gabriele décide d’attendre Rosa à la sortie d’un de ses cours de danse. Le mystère qui l’entoure le fascine. Il prend alors la défense de Rosa face aux autres élèves. La beauté et la gentillesse de Rosa le subjuguent. Ils vont petit à petit devenir amis. L’amitié de Gabriele la réconforte. Elle décide après un premier baiser de lui livrer son secret : son arrivée du ciel. Rosa a été adoptée. Ses parents adoptifs sont italiens et elle brésilienne. Dans le village où ils vivaient avant, tous les habitants avaient suivi de près l’histoire de l’adoption de Rosa. Elle n’a jamais ressenti de gêne à propos de ses origines et de sa couleur de peau. D’ailleurs jusqu’à ses six ans elle n’avait jamais remarqué sa différence, il a fallu le passage d’un vagabond dans le village pour entendre ses premières paroles racistes : " peau noire, peau d’esclave ". Actuellement, elle est tiraillée entre l’amour qu’elle porte à ses parents et le désir de découvrir ses origines.

    Ce " poison intérieur " empêche Rosa de vivre pleinement son adolescence et d’être totalement sincère avec ses parents. Sa nouvelle amitié avec Gabriele va lui redonner confiance en elle.

    La parole libératrice

    Le jeu de ping-pong entre les deux voix des narrateurs, Rosa et Gabriele, donne une touche d’authenticité au récit. Le lecteur s’immisce dans les pensées intimes des deux protagonistes. Il est à la fois ému par la souffrance de Rosa et amusé par la gaucherie de Gabriele. Ainsi s’ébauche au fil de la lecture le portrait de deux adolescents qui se cherchent, tant dans la relation amoureuse que dans leur individualité. Leurs personnalités s’affirment et évoluent en quelques pages. Rosa prend conscience de l’importance de communiquer avec ses proches et d’exprimer ses sentiments. Elle découvre la parole libératrice. Gabriele se soustrait au rôle de cancre populaire un moment et découvre d’une part le plaisir d’étudier et d’autre part celui d’écouter et d’aimer.

    Ce roman traite du racisme sans toutefois jamais prononcer ce mot, c’est à peine si la couleur de peau de Rosa est mentionnée. C’est sur la peur et la fragilité de l’héroïne que porte le récit. Ce n’est pas un hymne à la différence mais une histoire d’amitié qui permet d’aborder simplement le thème de l’adoption et l’acceptation de soi.

    Par Charline Collet (01/2002)

    Avis de jeunes lecteurs

    Je suis Charlotte et j’ai lu La vie en noir. J’ai adoré ce livre. En fait je suis passionnée par l’esclavage, cela m’intéresse beaucoup. J’aime aussi les livres d’amour et donc ce livre je l’ai dévoré en une nuit car il parlait d’esclavage et d’amour, juste les thèmes que j’aime ! Je pense que ce livre était une très bonne idée et qu’il faudrait envisagerde faire d’autres livres du même genre. Je vous dis bravo et continuer comme ça !!!!

    Charlotte, 13ans1/2, lyon (par e-mail, 12/2002)

    Je suis Sandra et j’ai adoré La vie en noir. Je l’ai lu entièrement en une nuit ! Il se lit très facilement ! De plus, j’adore les romans qui parlent des adolescents car on rentre plus dans la peau des personnages ! Je vous dis merci et continuez comme ça, je suis impatiente de lire un autre livre de Lorédana Frasecura.

    Sandra, 16 ans, Drancy (04/2003)

    FRESCURA, Loredana . La vie en noir. Flammarion, 2001. (Tribal). 111p. ISBN 2081603535