Site littérature jeunesse de lille 3

Mon démon s’appelle Martin, de Arnaud Cathrine

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Tyrannie posthume

    (GIF)

    Damien, douze ans, a perdu son meilleur ami Martin. Il s’est suicidé il y a un an exactement, en se jetant sous les roues d’un camion. Seulement, toujours présent dans l’esprit de Damien, il l’empêche de continuer à vivre normalement. Damien cherche, mais en vain, à oublier et à pleurer.

    Le souvenir de Martin hante Damien. Toutes les nuits il vient lui donner des coups de pied dans le ventre. Le jour il l’empêche tout simplement de vivre. Une vraie tyrannie posthume. Ses angoisses constantes l’empêchent de communiquer avec les autres jeunes et le poussent à commettre des actes étranges. Il fait pourtant tellement d’efforts pour rester membre du groupe ! Mais une question se pose au moment où il doit partir en classe de neige : comment se faire de nouvelles connaissances quand on a un démon pour ami ? Damien apprendra que le mensonge et les pactes de sang ne sont pas de bons présages pour une amitié sincère. Quant à l’amour, il faut être pleinement soi-même pour pouvoir y goûter.

    Le vide du suicide

    Ce livre aborde de façon poignante le trouble d’un adolescent confronté à la dure réalité du suicide de son meilleur ami, ainsi qu’à l’incompréhension des adultes devant sa détresse. Trop facile pour eux d’éviter de parler des sujets qui choquent ou gênent. Damien respire le mal-être, mais tout le monde préfère l’ignorer. Les parents surtout ne semblent pas à la hauteur et évitent toutes les formes de dialogue : les parents de Martin ont déménagé tout de suite après l’enterrement. Ceux de Damien pensent qu’à cet âge un an est bien suffisant pour oublier et se faire de nouveaux amis.

    Ils se trompent. Damien n’oublie pas. Au contraire, il y songe à chaque instant. Il aura fallu un an pour que son père commence à lui parler des raisons qui ont poussé Martin à commettre cet acte irréversible. Après avoir entendu ces paroles qu’il attendait depuis un an, Damien peut enfin pleurer et faire le deuil de son ami. Il revient alors à la vie.

    Par Charline Collet

    Cathrine, Arnaud. Mon démon s’appelle Martin. Ecole des Loisirs, 2000. (Medium) 96 p. ISBN 221105806X