Site littérature jeunesse de lille 3

Les neuf maisons de Kouri, de Claire Ubac et Christophe Blain

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    La vie d’un homme

    (GIF)

    A travers Les neuf maisons de Kouri, on assiste aux étapes symboliques successives de la vie d’un homme. De la vie prénatale, l’enfance heureuse, la vie d’homme, de mari et de père, à celle du vieillard, chaque âge de sa vie connaît ses moments de bonheur -l’amitié, l’amour, la paternité- et de douleurs - la solitude, l’enfermement, la séparation...

    Une invitation au voyage

    Véritable invitation au voyage, ce récit illustré montre aussi les différents types d’habitation et les modes de vie rencontrés sur tous les continents : Kouri habite successivement dans une hutte de pêcheur, une maison de terre, à la belle étoile, une prison troglodyte, un sampan, une yourte, un igloo et une pyramide d’Égypte.

    Cette histoire se présente sous deux aspects. D’une part, à travers la passivité du héros devant un destin qui lui est imposé (Kouri est toujours chassé ou amené à partir d’un endroit qu’il aime, par la vie, les éléments naturels, le besoin d’aventure, ...). D’autre part la façon dont il s’adapte à chacune de ses nouvelles vies, sans regrets, en appréhendant toujours la vie avec un nouvel enthousiasme renouvelé.

    Toutefois, arrivé à la fin de sa vie, au moment où la mort l’appelle, Kouri dont l’existence mouvementée reste pleine de promesses, décide enfin de se rebeller contre la fatalité. Et c’est par une ruse qu’il va échapper à la mort. Et le livre se termine ainsi : " Il paraît qu’à l’heure qu’il est, elle ne l’a pas encore trouvé... ".

    Les illustrations de Christophe Blain apportent à ce livre une touche de fraîcheur et de légèreté.

    Le trait est simple et léger, sans lignes droites (un peu comme un dessin d’enfant), les personnages originaux sans être typés ethniquement, les couleurs très vives se marient bien à un récit qui nous plonge dans les diversités et les richesses que recèle notre monde.

    Les deux lectures de l’album

    Ce livre, conseillé par l’éditeur aux 7-9 ans, propose deux approches de lecture bien différentes.

    Lors d’une lecture à une classe de CE1, les enfants se sont amusés de voir toutes les possibilités d’habitats dans lesquels on peut vivre et ont naturellement joué à dire laquelle chacun choisirait pour "quand il serait grand". Cette approche permet de parler d’autres pays et d’autres modes de vie comme différents et non comme inférieurs à ceux de notre société "industrialisée".

    Avec quelques élèves de CM2, l’approche est bien différente : il conçoivent plus l’histoire du côté dramatique de la situation de ce pauvre Kouri, qui est chassé de ses " paradis terrestres ", ce qui reflète peut-être un peu plus un certain mal-être et une recherche d’identité auxquels ils sont déjà confrontés au début de l’adolescence.

    Ils s’interrogent également d’avantage sur le côté implacable de la mort. La fin de l’histoire, qui permet à Kouri d’échapper peut-être définitivement à la mort, semble finalement les gêner un peu car l’histoire rend possible la vie éternelle et leur donne probablement l’impression que l’histoire, à l’image des adultes, fuit les questions qui l’embarrasse.

    Par Juliette Debomy (07/2003)

    Les neuf maisons de Kouri a été nominé pour le Prix Sorcière 2003, catégorie "Premières Lectures

    Ubac, Claire, Blain, Christophe (ill.). Les neuf maisons de Kouri. Nathan, 2002. (Demi-lune : conte ; 59). 42 p. ISBN 2-09-275094-1

    Forum de l'article : 1 contribution(s) au forum

    Les neuf maisons de Kouri, de Claire Ubac et Christophe Blain, Par : claire ubac, 4 septembre 2008

    Bonjour

    Et merci pour votre travail et vos lectures. Votre article m’a intéressé, comme toute réaction des lecteurs intéresse l’auteur d’un texte ! Au sujet de l’interrogation des plus grands, à propos de la question de la mort qui serait évacuée ainsi par l’auteure du conte, je vous renvois à une autre de mes histoires sur ce sujet. Il s’agit de Papé Gustave ou la peur de mourir, contenue dans le roman « l’histoire impossible à peindre » ( neuf de l’école des loisirs). Vous verrez que cette question, je n’ai pas envie de l’évacuer, au contraire !

    Mais Kouri est un conte. Dans mon idée, la fin des 9 maisons de Kouri était une boutade, un clin d’oeil. Tout le monde sait que nous allons mourir... mais aussi que tous nous aimerions y échapper !

    Retour au début des forums