Site littérature jeunesse de lille 3

L’Ogre maigre et l’enfant fou, de Sophie Cherer et Véronique Deiss

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    De l’ogre à la vache folle

    (GIF)

    Dans les premiers temps de la civilisation, les Ogres chassaient les enfants pour les manger. Il fallait courir les bois et les forêts, c’était fatigant et les Ogres n’avaient pas d’enfants à tous les repas. Un jour, un Ogre plus malin eut l’idée de capturer des enfants, de ne pas les tuer tout de suite mais de les conserver, de les nourrir, de les promener ... Bref, comme le dit Sophie Chérer, les " élever ".

    Autrefois, au pays des Ogres, les Ogres mangeaient les enfants qu’ils capturaient à l’occasion. Mais, ils avaient toujours faim et ils décidèrent alors d’élever des enfants pour les manger. Ces enfants grandirent dans des prés clôturés où ils pouvaient jouer et manger ce qu’ils voulaient. Ils étaient élevés au grand air, ainsi leur chair était tendre et savoureuse. C’était un temps où les ogres et les enfants étaient heureux. Mais, il fallait du temps pour obtenir un bel enfant bien dodu.

    Un jour, pour plus de rendement, les Ogres mirent les enfants dans des dortoirs où ils durent rester assis toute la journée devant la télévision en se gavant de produits industriels et de farines mystérieuses. D’ailleurs, les enfants n’étaient plus des enfants mais des " produits ".

    Une terrible catastrophe s’abattit alors sur le pays des Ogres : les enfants se mirent à baver, trembler et mourir de la maladie de l’enfant fou. Les Ogres qui avaient mangé de cette viande malade attrapèrent aussi cette maladie. Il fallut alors ordonner " l’abattage systématique des troupeaux... ". Un rouleau compresseur, illustré par Véronique Deiss, passe alors sur les mignons bambins.

    La révolte de l’Ogre maigre

    Un Ogre révolté va modifier le cours des événements avec des mots de tendresse et d’espoir. L’Ogre maigre est un résistant. Il aime tant les enfants qu’il refuse de les manger. Il est horrifié par le mal qui leur est fait. Il se sent seul jusqu’au jour où il se lie d’amitié avec un enfant sauvage, prénommé Sylvain. L’Ogre maigre parviendra même à rendre la santé à un enfant fou.

    L’Ogre maigre et l’enfant fou est un livre court, dérangeant qui peut laisser une impression de malaise après la lecture. Par ce texte ironique et les illustrations cruellement comiques de Véronique Deiss, Sophie Chérer nous livre une satire grinçante de la société de consommation en dénonçant le phénomène des farines animales et de la maladie de la vache folle. Malgré la férocité des propos et l’humour acide, ce livre reste d’une lecture facile et s’il peut paraître dérangeant, on peut néanmoins en apprécier l’humour grinçant. Sophie Chérer, auteur de cette fiction " ogresque ", nous livre donc un conte plein d’humour et terrifiant à la fois. Elle met en cause la relation de l’Ogre (l’être humain) à lui-même et à l’animal, c’est là que repose l’originalité de cette fable. En empruntant la voie du conte et de ses métaphores, elle a réussi à introduire le thème de la vache folle de manière convaincante.

    L’Ogre maigre et l’enfant fou est un conte à conseiller aux enfants de 9 à 13 ans.

    Mots clés : animal- Ogre - géant - écologie - vache folle

    Par Fabien Gallo (07/2003)


    Avis de jeunes lecteurs

    C’est l’histoire d’un pays dans lequel habitent des ogres qui mangent des enfants. Ils les élèvent et les font grossir. Cette solution n’était pas la bonne. Car les plus gourmands estimaient que les enfants ne grossissaient pas assez vite, tandis que les ogres, eux, maigrissaient. Il faut trouver une solution au plus vite. Mais laquelle ? Evidemment les idées se succèdent...

    Ce que j’en pense...

    C’est un livre qui raconte une histoire originale. Il y a, dans ce livre, de nombreux sentiments : l’amour, la tristesse, la colère, le bonheur et aussi de nombreux divertissements. Comme toujours ma jeune sœur l’a lu et l’a trouvé émouvant et passionnant. C’est un livre pouvant être raconté aux petits par les grands, mais aussi un livre lu par les petits eux-mêmes ; bien évidemment, les grands peuvent le lire pour eux-mêmes ! Car il m’a semblé reconnaître à travers les ogres les adultes, pas vous ? C’est terrifiant !

    Céline Fluet, Club lecture Collège léonard de Vinci Carvin (07/2003)

    Post-scriptum

    CHERER, Sophie, DEISS, Véronique (ill.). L’Ogre maigre et l’enfant fou. L’École des Loisirs, 2002. (Neuf) . ISBN 2211066224