Site littérature jeunesse de lille 3

Une bouteille dans la mer de Gaza, de Valérie Zenatti

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    Tal, 17 ans, habite Jérusalem. Naïm, 20 ans, habite Gaza. Entre eux, la mer et surtout une guerre commencée il y a trop longtemps et que ni l’un ni l’autre ne comprennent. Car ce qu’elle ressent tous les jours, Tal veut que les gens de l’autre côté le sachent, elle jette une bouteille dans la mer de Gaza. Si le dialogue reprend des deux côtés de la frontière alors l’espoir est permis.
    (GIF)
    © L’École des loisirs, 2005

    Petit à petit une correspondance électronique s’installe entre Naïm, sarcastique, froid, qui a du mal à donner sa confiance, car on pourrait l‘accuser de « pactiser avec l‘ennemi », et Tal qui ne veut pas se résigner, être juste une victime de plus sur la liste des attentats. Une amitié-amoureuse naît entre ces deux personnages qui vivent une vie totalement différente, alors qu’ils sont si proches géographiquement.

    Ce roman nous montre comment vivre sa jeunesse au Proche-Orient, au milieu d’un conflit de plus en plus absurde. Tal et Naïm élevés, dans l’idée de tolérance et de paix, constatent les barrières qui persistent entre les peuples. Une tâche lourde repose sur leurs épaules : ils doivent faire la paix que leurs parents n’ont pas su faire.

    C’est la seconde fois que Valérie Zenatti, parisienne qui à vécu son adolescence en Israël, parle de ce pays. Dans Quand j’étais soldate, (L’école des loisirs, 2002) elle raconte son service militaire à Tsahal l’armée de défense israélienne. Malgré cette expérience elle ne prend pas position, elle ne prétend pas non plus résoudre le conflit Israélo-palestinien. Valérie Zenatti considère cependant la fuite comme une issue possible aux violences. A la fin du livre Naïm quitte Gaza pour partir étudier au Canada. Il n’a plus besoin d’écrire, là-bas il retrouvera le calme. Un parallèle facile s’opère avec l’actualité : aujourd’hui on vide la bande de Gaza des colons israéliens.

    Tout aurait été plus confortable pour le lecteur si Valérie Zenatti laissait ses deux personnages aller au bout de leur romance, franchir les interdits pour se rencontrer. Mais il n’en n’est rien. Lorsque Naïm ose enfin se dévoiler, c’est pour mieux se dérober et fuir loin de Tal. En refermant le livre nous avons l’impression que tout est à refaire.

    À l’image des nombreux processus de paix avortés, ce roman est un immense espoir qui ne cache pas le travail qui reste encore à accomplir pour que les peuples apprennent à vivre ensemble.

    Gaëtane Perrault, Deust 2, 19 novembre 2005


    Un formidable message d’espoir

    Je viens de terminer ce roman et je le trouve absolument sensationnel, voire remarquable. L’auteur se prénomme Valérie Zénatti et est publiée à l’Ecole des Loisirs. Elle avait déjà publié Quand j’étais Soldate il y a quelque temps et avait obtenu quelques prix littéraires de jeunesse (Prix Gragnotte, Prix du roman historique de Poitiers.

    Une bouteille dans la mer de Gaza, c’est l’histoire de Tal, une jeune Fille de 17 ans qui vit actuellement à Jérusalem. Tal est malheureuse, elle en a assez de vivre sous les attentats quasi quotidiens. Un jour, une idée lumineuse lui vient en plein cours : elle décide d’envoyer un message dans une bouteille, dans lequel elle se présente et dit son désespoir, mais aussi sa conviction que la paix est possible. Son frère aîné, qui fait son service militaire sur le territoire de La Bande de Gaza, se prend au jeu et dépose la bouteille sur la plage..... Et la bouteille est ramassée par un jeune homme Naïm, alias Gazaman, qui commence une correspondance par mail une peu houleuse. Progressivement, ces deux personnes vont apprendre à se connaître et à faire table rase des différences et des conflits qui les séparent.

    Je voulais juste terminer en disant que Valérie Zenatti nous lance à tous un formidable espoir de Paix en montrant que le conflit israélo-palestinien ne se limite pas à deux camps qui restent campés sur leurs positions. Elle nous montre qu’il y a énormément de gens qui aspirent à la paix et à vivre enfin une vie normale, dans la Liberté et sans la peur de l’attentat.

    Sandrine Vincent, libraire


    Post-scriptum

    ZENATTI, Valérie. Une bouteille dans la mer de Gaza. Paris : L’École des loisirs, 2005. 166 p. ; 19 x 13 cm. (Médium). ISBN 2-211-07275-5 Broché 8,50 €

    En prolongement

    Voir sur le site de L’École des loisirs

    La sélection de Ricochet et la critique de Sophie Pillaire

    La critique de Malika Person sur Le Matricule des Anges

    Forum de l'article : 4 contribution(s) au forum

    Une bouteille dans la mer de Gaza, de Valérie Zenatti, Par : Leen, 6 juin 2007
    Valérie Zenatti nous fait découvrir un sujet politique et contemporain vu par les yeux de deux jeunes. La jeune Israélienne, Tal, nous raconte ses problèmes, ses joies, ses malheurs et ses espoirs à une meilleure vie. Naïm, alias Gazaman, nous donne un point de vue palestinien du conflit : il raconte ses peurs, son désespoir. Tal et Gazaman sont différents et vivent chacun d’un côté de la frontière. Tous deux ont un point de vue différent sur la guerre. A travers une correspondance électronique, on suit la vie des deux jeunes : une vie déchirée à cause des Intifadas, les violences quasi quotidiennes, les attentats. Les deux jeunes essaient tous les deux, à leur façon, de faire face à cette violence et tentent de survivre dans ce chaos. Ce roman nous apprend à quel point une guerre sépare deux peuples qui vivent si proche l’un de l’autre et nous fait vivre la guerre entre Israël et la Palestine. L’auteur rend le récit captivant en y ajoutant l’histoire de deux jeunes qui communiquent entre eux et discutent sur le sujet. Mais la véritable richesse du texte se trouve à mon avis dans l’explication simple, mais non enfantine du conflit israélo-palestinien. C’est un livre destiné à la jeunesse, mais qui peut être lu par tous les lecteurs avides d’en savoir plus sur le conflit. C’est une histoire remplie de réflexion, de rires, de pleurs, d’aventure et d’espoir, avec une touche d’ironie. C’est un récit écrit en finesse, un récit accrocheur. J’étais éblouie par la sincérité, le romantisme et la tristesse, mais aussi par l’espoir qui émane du livre.
    Retour au début des forums
    Une bouteille dans la mer de Gaza, de Valérie Zenatti, 18 avril 2007
    bonjour je mapel lisa et je suis en 4eme dans un college, d’apres les proffesseurs de mon college je suis au bord du redoublement mais si je fais des effort je pourrais passer !! mais j’ai beaucoup de probleme dans ma famille et mes parent ne peuvent pas me payer le livre ils coute trop chere pour eux et pour lee college je doit le lire avant le 30 avril !! mais comme je n’est pas le livre je vous demande sil vous plait si vous pouvait me faire le resumer du livre en details parce qu’apres j’ai un questionnaire smiley et si un collegien a deja fait ce devoir si il pouvait me passer les questions et les reponse en meme temp merci beaucoup et jespere a bientot !!!
    Retour au début des forums
    Une bouteille dans la mer de Gaza, de Valérie Zenatti, Par : khawla, 20 février 2007
    Je suis étudiante en 4ème et on a eu un concours de lecture et alors on devait lire 8 romans.Parmi eux figurait "une bouteille dans la mer de Gaza".Je l’ai lu. Et je dirai que cette histoire est tout simplement superbe smiley J’ai adoré ce roman !!!! Il fait ressentir au lecteur la souffrance de ces 2 pays. Personnellement après avoir lu ce roman j’ai senti la souffrance que vivent les habitants de ces 2 pays(disons que j’ai mieux compris ce que c’est que de vivre dans un pays où la guerre est déclenchée). J’avais, avant de lire, ce roman une image vague de ce que peut être la guerre,de la peur que ressentent ces gens. La peur de mourir alors qu’il sortait juste pour quelques minutes ou juste pour se promener. La peur de perdre les gens qu’on aime. La peur d’assister à un attentat............ smiley
    Une bouteille dans la mer de Gaza, de Valérie Zenatti, par Christian Loock, 21 février 2007
    Bonjour, Ravis que tu aies aimé ce livre. Pour prolonger ta réflexion tu peux aussi aller voir dans la rubrique "travaux thématiques des étudiants" l’article "Le conflit Israëlo-palestinien dans la litterature de jeunesse Par Perrault Gaëtane". A bientôt,
    Retour au début des forums