Site littérature jeunesse de lille 3

La princesse et l’homme-sans-cœur, de Laurent Rogero

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Enchaîné au fond de la forêt, un elfe est condamné à mourir de faim pour avoir poussé une sorcière dans l’étang qui, en voulant lui jeter un sort, a visé son propre reflet dans l’eau et s’est elle-même métamorphosée en ver de terre. Un chevalier passe par là et délivre l’elfe. L’homme triste cache à la place du cœur une tortue vivante. Il cherche justement la sorcière et une princesse qui a disparu depuis des années. L’elfe promet de l’aider. Mais la sorcière a plus d’un tour dans son chaudron...

    (GIF)

    Il y a bien des années, la fille du Roi a été enlevée par une sorcière. Un chevalier, dont le cheval est mort de fatigue, erre à sa recherche. Il rencontre un elfe, qui bon gré, mal gré, l’accompagne dans sa quête. La sorcière, alertée par les animaux de la nuit, met sur leur route un mercenaire sans pitié, puis un dragon invisible. Leur mission : tuer le chevalier et rapporter son cœur à la sorcière. C’est ainsi qu’en croyant arracher le cœur du chevalier sans connaissance, le dragon attrape la tortue cachée dans la cuirasse du chevalier. Furieux, il fait irruption dans le repaire de la sorcière et lui coupe la tête, anéantissant ainsi sa seule chance de retrouver la princesse.

    Désormais le chevalier et l’elfe sont quittes : le chevalier a brisé les chaînes de l’elfe, l’elfe l’a conduit à la sorcière. Chacun peut reprendre sa route. Le chevalier chassera le dragon jusqu’à sa mort car c’est son unique raison de vivre : venger son amie Trotte-Menu, la seule chose qui le retenait en vie depuis qu’il avait cessé de croire au retour de la princesse. C’est la joie, la foi de Trotte-Menu qui l’a guidé alors que son cœur était mort, l’animal l’a remplacé. Le dragon lui a littéralement arraché le cœur.

    L’elfe a néanmoins le pressentiment que la princesse est vivante. Malheureusement il ne sait plus où chercher, la princesse est sûrement prisonnière de l’autre monde. Il ne reste que le chaudron, mais comment faire sans formule ? L’elfe entend une voix sortir du corps de la sorcière sans vie. Pendant toutes ces années, la princesse était prisonnière dans le vêtement de la sorcière, elle était sa bosse. Alors qu’elle cherche à rejoindre son royaume, le chevalier la sauve des griffes du dragon.

    Un conte de fée théâtralisé

    Même si j’ai apprécié la lecture de cette pièce écrite avec beaucoup d’humour et dans laquelle l’auteur cultive les jeux de mots, j’aurai personnellement préféré que l’histoire commençât avec un " il était une fois... " et s’achevât sur un " ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants... ". Il me semble en effet que cette pièce comporte tous les ingrédients constitutifs du conte merveilleux selon Vladimir Propp :

    le héros, celui qui effectue la quête : le chevalier

    l’objet de la quête, ce que cherche le héros : retrouver et délivrer la fille du roi disparue depuis dix ans le mandateur, celui qui pousse le héros à agir, celui qui l’envoie en mission : le Roi

    le donateur, celui qui aide le héros souvent de façon surnaturelle : l’arbre magique

    l’auxiliaire, offert par le donateur, un objet magique la plupart du temps : les fruits qui tombent de l’arbre et qui révèlent d’étranges secrets

    l’agresseur, celui qui nuit au héros et l’empêche d’agir : la sorcière qui envoie un mercenaire et un dragon à la poursuite du chevalier

    le faux héros , celui qui échoue dans la quête qu’il mène parallèlement mais essaie d’obtenir la récompense : l’elfe

    Avec beaucoup d’humour Laurent Rogero environnent ses personnages principaux de drôles d’assistants : un elfe bavard, glouton et poltron et une tortue sans carapace pour le chevalier, un crapaud baveux et un hiboux cracheur pour la sorcière. Ajoutons à cela un royaume où ni l’herbe ni l’espoir ne veulent repousser depuis que la princesse a été enlevée, un chaudron maléfique duquel montent des fumées qui donnent corps à des créatures monstrueuses, un arbre magique d’où tombent des fruits qui révèlent d’étranges secrets, sans compter qu’il paraît que la bosse de la sorcière énonce de bonnes paroles... Et voilà les ingrédients qui permettent à Laurent Rogero de nous faire rêver.

    par Charline Collet (01/2003)

    Rogero, Laurent. La princesse et l’homme-sans-cœur. Ecole des loisirs, 2001. (Théâtre). 78 p.ISBN 2211062946