Site littérature jeunesse de lille 3

Robinsone, de Claire Julliard

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Que faire quand on a quatorze ans et quand la vie ne s’écoule pas comme on le voudrait ? Pour Charlotte, la rentrée est bien difficile : ses parents l’ont mise en pension pour aller travailler aux Etats-Unis, sa meilleure amie l’a délaissée pour fréquenter une fille très ordinaire, elle doit subir une intervention chirurgicale qui peut la laisser handicapée à vie. Il n’en faut pas plus pour faire une rebelle !

    (GIF)

    Tout se présente mal pour Charlotte à la rentrée. Ses parents, des scientifiques de renom, doivent aller poursuivre leurs recherches aux Etats-Unis. Ils ont pris la précaution de rechercher une bonne pension pour leur fille, qui assurera à la fois son succès scolaire et son éducation morale. Pour l’affection, il y aura un jeune oncle un peu un peu bohème, qui pourra s’occuper d’elle le dimanche. Charlotte devait aussi pouvoir compter sur Jennifer, l’amie d’enfance avec qui elle passe l’essentiel de son temps. Le problème, c’est que celle-ci a rencontré une autre fille en colonie de vacances, et que leur amitié n’est plus qu’un souvenir. Et puis il y a cette opération de la jambe qu’elle va devoir subir, pour laquelle il ne faut pas se faire de souci. Les chances qu’elle reste handicapée sont très faibles aux dires de ses chirurgiens. Jennifer est d’ailleurs très rassurante : " Tu passes le plus clair de ton temps à lire ou à dessiner, tu ne serais pas si malheureuse invalide ". Heureusement que les amis sont toujours là pour prodiguer les paroles qui conviennent.

    Une île pour se retrouver

    A qui s’en prendre ? Aux parents ? Ils sont loin et tout à leur réussite professionnelle. Les petites angoisses de Charlotte pèsent bien peu face aux enjeux de la recherche qu’ils poursuivent. Ils oeuvrent pour la science ! A l’ex amie Jennifer ? Charlotte est trop orgueilleuse pour lui avouer qu’elle souffre d’être délissée. A l’école qui ne s’intéressent pas à ses états d’âme ? Il y a justement une conseillère d’éducation pour servir de bouc émissaire. Elle a commencé sa carrière dans une école militaire à l’étranger et se dit capable de mater tous les rebelles. Cela fait tellement de bien de la provoquer en montrant sa différence et même de lui dire "Merde" alors qu’elle est venue la voir pour s’excuser.

    Heureusement, Charlotte n’est pas si seule qu’elle le dit. Elle va rencontrer des gens qui vont l’aider à surmonter cette période difficile : son jeune oncle qu’elle admire, parce qu’il est artiste comme elle ; Didi, une jeune fille qui attendait qu’elle se libère de l’emprise de Jennifer ; une prof de français qui, malgré tous ses excès, la soutient face à la conseillère d’éducation ; une infirmière philosophe, qui lui apprend que, pour avoir une chance d’être heureux, il faut s’oublier un peu et s’intéresser aux autres. Charlotte se trouvera aussi et surtout une île déserte au milieu d’un terrain vague. Là, dans ce lieu qui n’appartient qu’à elle, elle pourra reconstruire le monde et se reconstruire.

    Les rébellions de l’adolescence

    Si Charlotte semble remettre en question l’ordre du monde, sa révolte n’a rien de politique ni de social. Comme beaucoup d’enfants de ces romans, elle fait partie du milieu des artistes et des intellectuels, à qui les problèmes matériels sont épargnés. Dans sa rigidité, l’école est là pour cristalliser son agressivité, probablement parce qu’elle est la seule qui impose une règle sociale. Sa rébellion est plutôt le fait d’une petite fille projetée trop vite dans le monde de l’adolescence, et qui ne trouve personne dans son entourage pour l’aider conjurer ses angoisses à un moment délicat de son vie. Les adultes oublient un peu vite les souffrances que connaît Charlotte quand son amie l’abandonne, ou quand elle voit les autres filles se tourner vers les garçons.

    Ce roman intimiste se prête davantage à une lecture individuelle qu’à une exploitation en classe. Il peut cependant servir à mettre des mots sur les angoisses. Si les adolescents ne sont tous pas sous la menace d’une opération chirurgicale grave, ils souffrent tous de handicaps invisibles aux yeux des autres. Ils ont tous besoin un jour ou l’autre de se trouver une île déserte.

    Robinsone trouve naturellement sa place dans une réflexion sur les rébellions des adolescents.

    Par Christian Loock

    Julliard, Claire. Robinsone. Ecole des loisirs, 2001. (Médium). 180 p. ISBN 221106079X