Site littérature jeunesse de lille 3

Sandrillé et la colline de verre, de Gail Carson Levine

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    Petite recette pour oublier votre morosité : un mélange de magie, de défi, d’amour et d’humour...

    Cendrillon détournée

    (GIF)
    © L’École des Loisirs, 2001

    -  Prenez le conte de fées de Cendrillon.
    -  Échangez les personnages : la fille, Marigold, devient une princesse, orpheline de sa mère, seule dans son château, et le garçon Sandrillé, un fermier entouré de ses deux frères qui l’ignorent.
    -  Saupoudrez le tout d’humour et de fantaisie grâce aux recherches et découvertes incessantes du roi les plus farfelues les unes que les autres (une dinde qui pond des oeufs en cuivre, des souliers qui marchent à reculons...) et aux inventions de Sandrillé (poudres pour rapetisser, voler, rendre les tomates plus rouges...).
    -  Assaisonnez d’un concours fantaisiste (escalader à cheval une colline de verre) dont le prix est la main de Marigold et la succession au trône de Biddle.
    -  Remuez le tout et vous obtiendrez ce conte merveilleux, enchanté, parsemé d’humour et de gaieté de Gail Carson Levine.

    Pourquoi avoir choisi ce livre ?

    Je suis une de ces lectrices qui ne raffolent pas d’ouvrages sombres, comme ceux de Thierry Lenain par exemple, décrivant essentiellement la souffrance et le mal-être et qui se terminent mal. Pour moi, au contraire, un livre est un moyen de s’évader, de rêver à un monde plus beau, où tout finit bien... comme dans un conte. Ainsi, quand j’ai vu que le roman de G. Carson Levine avait pour héroïne une princesse, je n’ai pas hésité une seconde et je n’ai pas été déçue, bien au contraire.

    Bref, si vous êtes comme moi, n’hésitez plus et ouvrez les portes du royaume de Biddle. Et, pour les autres : faites-moi confiance, je suis certaine que la surprise vous sera agréable.

    © Laetitia Patin (03/2002)


    Autre avis

    Pré-sélectionné pour le Concours du district Hénin-carvin 2002-2003

    André, surnommé Sandrillé par ses deux frères qui le chahutent, est un inventeur de poudres magiques. Ensemble ils vivent dans une ferme. Mais le foin disparaît chaque soir après de curieux tremblements de terre. Les farfadets n’en sont pas la cause mais trois fabuleux chevaux, Chamip, Charmip et Chormip. Sandrillé décide alors de les apprivoiser.

    Marigold est une jeune princesse délaissée par son père, le roi Humphrey III, un aventurier parti à la recherche du puits de jouvence, des bottes de sept lieues, d’une oie aux œufs d’or et d’une lampe qui cache un génie... Pourtant l’heure est venue de marier la princesse. Pour trouver un époux digne d’elle, le roi entreprend avec l’aide de ses vitriers de bâtir une colline de verre. L’élu sera capable de la gravir jusqu’au sommet à cheval et de s’emparer de trois pommes d’or détenues par la princesse.

    À votre avis comment Sandrillé et Marigold vont-ils se rencontrer ?

    © Nacéra Babérih, documentaliste, collège Léonard de Vinci

    Carvin, novembre 2002

    Mise à jour : avril 2014

    Post-scriptum

    LEVIN, Gail Carson. Sandrillé et la colline de verre. L’École des Loisirs, 2001. 95 p. : couv. ill. en coul. ; 19 cm. (Neuf). ISBN 2-211-06489-2 (rel.)

    Mots-clés : conte / humour / merveilleux / Cendrillon

    Forum de l'article : 2 contribution(s) au forum

    Sandrillé et la colline de verre, de Gail Carson Levine, 25 janvier 2007
    j’ai lu le livre trop bien :p il se rencontre parce que la pricesse est déguiser en laitière royale sandrillé ne sais pas que c’est la princesse
    Sandrillé et la colline de verre, de Gail Carson Levine, 25 janvier 2007
    on ne dit pas une “pricesse” mais une “princesse” mon cher
    Retour au début des forums