Site littérature jeunesse de lille 3

J’ai peur, de Géraldine Kosiak

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    (BMP)

    J’ai peur de Géraldine Kosiak est un album pour adolescents bien qu’il puisse certes être lu par de plus jeunes. Il est construit à la manière d’un Je me souviens de Georges Perec ou d’un I remember de Joe Brainard dont le premier s’inspirait déjà.

    Dire ses peurs

    Ainsi Géraldine Kosiak évoque-t-elle à chaque page une nouvelle peur. Chacune est illustrée par l’auteur, de ce que coup de crayon naïf qui nous interpelle et nous amuse, et aide à évoquer des peurs sourdes. Car ce sont bien à des peurs adultes (non d’adultes) que nous sommes confrontés. L’auteur énonce outre des peurs basiques (2-J’ai peur de la télévision mais je la regarde ; 12-j’ai peur des gens à lunettes ; 22-j’ai peur des fourmis rouges...), d’autres plus fondamentales (10-J’ai peur d’être enceinte ; 16-j’ai peur que mon loyer augmente encore et que je ne puisse plus le payer), voire politiques (9-J’ai peur des pluies acides ; 46-J’ai peur de l’Histoire qui se répète ; 64-J’ai peur de la guerre) ou encore existentielles (61-J’ai peur de vieillir ; 24-J’ai peur de rater ; 28-J’ai peur aujourd’hui de demain ; 42-J’ai peur de mon côté hystérique ; 15-J’ai peur d’avoir peur).

    Accepter pour avancer

    En 88 peurs, Géraldine Kosiak explore notre subconscient, tous ces sentiments diffus qui nous hantent sans qu’on s’en rende vraiment compte. Elle souligne nos maux, nos inquiétudes et nos doutes, ces moments infimes qui nous font hésiter révélant la fragilité derrière notre apparence impassible. L’énoncé de ses peurs à elle (elle utilise la première personne du singulier) fait écho à nos propres peurs tant elles sont non pas universelles - et encore - mais vraies. J’ai peur. Tous, nous avons peur. De nous, des autres, du monde. Mais au lieu de fuir ces peurs, Géraldine Kosiak les utilise. Sa litanie n’est pas un aveu de faiblesse mais une preuve de force. En les mettant en mots, l’auteur donne forme et matière à ces sentiments diffus et, partant, ils deviennent tangibles donc cernables et réductibles. C’est le pouvoir du mot de cristalliser ainsi les émotions.

    Oh, certes, il reste de l’inconnu et de l’indicible, et le mot parfois est impuissant à qualifier un sentiment, mais au moins Géraldine Kosiak nous montre-t-elle une voie qu’on devrait suivre plus souvent : ne pas tourner le dos à nos peurs mais bien les accepter pour ce qu’elles sont pour les mieux dépasser et enfin vivre.

    Album tout âge

    Mot-clefs : peur, psychologie

    Par Thomas Chaimbault (11/02)

    Kosiak, Géraldine. J’ai peur. Seuil, 1995. 160 p.ISBN 2020247496