Site littérature jeunesse de lille 3

Du bruit sous le lit, de Jean Marc Mathis

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    L’enfant a grandi : il a vaincu sa peur

    (JPG)
    © Thierry Magnier, 2004

    Au début du livre l’enfant n’arrive pas à dormir car il a peur du bruit sous son lit. S’instaure un dialogue avec un affreux monstre qui se cache sous son lit et qui l’empêche de dormir. Au fur et à mesure que le dialogue avance, l’enfant pose de plus en plus de questions au monstre sur son apparence car c’est ce qui fait qu’il paraît effrayant. Mais à la fin le fameux monstre n’a plus d’argument et l’enfant n’a plus peur. Il arrive même à faire peur à son tour au monstre en parlant de son père qui est plus effrayant que lui.

    Puis son père arrive dans sa chambre et lui fait bien comprendre qu’il ne faut pas avoir peur pour rien car le monstre n’existe pas : en effet dès que son père retourne se coucher l’enfant regarde sous son lit et le monstre a disparu. Les rôles se sont inversés : c’est le monstre qui a peur et non plus l’enfant qui peut dormir maintenant paisiblement.

    Sur la page de couverture, nous voyons un enfant apeuré parce ce qui se trouve sous son lit : ceci nous donne envie d’ouvrir le livre pour savoir ce qu’il va se passer. L’intérieur de couverture nous illustre des yeux de monstres qui sortent de l’imagination des enfants. L’image de couverture est reprise dans le livre pour souligner le fait que quand l’enfant entend un bruit sous son lit il est apeuré alors qu’à la fin de l’hisoire c’est le monstre à son tour qui est effrayé et qui s’enfuit.

    Le livre nous délivre une description du monstre demandée par l’enfant mais dès lors que le monstre n’a plus d’arguments pour effrayer l’enfant celui-ci lui fait peur en décrivant son père comme un géant. À la fin de l’histoire, l’enfant a retrouvé son visage paisible et peut enfin dormir tranquille sans être dérangé par d’affreux monstres.

    La plupart des enfants ont peur du noir et s’inventent des monstres qui pourraient se cacher sous leur lit. Ce livre leur montre que les monstres ne sont pas si effrayants puisqu’ils ont même plus peur que eux.

    Le dialogue avec le père souligne également que les parents sont protecteurs et qu’ils ont raison : rien ne sert d’avoir peur car les monstres n’existent pas, ils ne sont que le fruit de leur imagination.

    L’humour est omniprésent dans le livre tant dans le contenu du texte que dans les illustrations. L’auteur joue sur l’originalité des couleurs puisqu’il n’utilise que trois couleurs spécifiques : marron, noir et bleu.

    L’enfant par le bais de ce personnage qui lui ressemble si bien se fait son propre apprentissage de la vie, il lui permet de grandir et de ne plus avoir peur de monstres qui ne sont pas plus effrayants que leurs parents.

    Cécile Marmousez

    Post-scriptum

    MATHIS, Jean-Marc. Du bruit sous le lit. Thierry Magnier, 2004. 48 p. : 24 x 18 cm. ISBN 10 2-84420-281-0 Cartonné 13,20 €

    À partir de 3 ans.