Site littérature jeunesse de lille 3

Comment sensibiliser les enfants à la DIVERSITÉ DU MONDE HUMAIN ? (mini thèse)

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    INTRODUCTION

    Les différences, mais quelles différences ? Les êtres humains ont tous la même origine. Mais pourtant les médias, la société véhiculent des idées contraires. La crise des banlieues en novembre 2005 en est la preuve. Alors comment faire pour que nos enfants n’aient pas cette façon de pensée, ce rejet de la différence, ou la certitude qu’il existe des personnes inférieures et supérieures ? Tout en leur montrant qu’il y a des différences mais que cela fait la richesse du monde et de nos relations avec les autres. Nous allons, en partie, trouver une réponse à cette importante question dans la littérature jeunesse.

    D’abord quelles sont les techniques utilisées pour la sensibilisation ? Puis à quoi peut servir de montrer la diversité du monde humain ?

    1. Les principales techniques utilisées pour sensibiliser

    La sensibilisation la plus couramment utilisée est la fiction où l’auteur(e) peut user à volonté de son imagination pour faire passer des messages. Le plus souvent les personnages principaux sont des enfants pour que les lecteurs se sentent plus concernés.

    (GIF)
    © Nathan, 1999

    Dans Vive la France, Lucien est raciste. Le problème est que dans sa bande tous ses copains sont d’origines différentes, ils « ne sont pas pareils que lui ». C’est l’arrivée d’une fille arabe qui démarre l’histoire. Lucien ne l’accepte pas dans sa bande en expliquant ses raisons à ses copains. Ceux-ci lui rétorquent qu’eux non plus n’ont pas des origines complètement françaises. Lucien finit donc par rejeter tout le monde même les filles, les gros, les « dégonflés ». L’histoire finit bien car il se retrouve seul et cela montre que sa façon de penser n’est pas un exemple. Mais d’un autre côté l’histoire finit mal car le garçon n’a pas changé d’avis, il n’a pas compris son erreur. Dans ce livre aucun adulte n’intervient, les enfants font leur monde dans la cour de l’école. Les illustrations sont très importantes : Lucien est le seul qui ne sourit pas, les autres ont un visage rayonnant de bonheur. Le drapeau de la France est porté par tous excepté par Lucien.

    (BMP)
    © La Joie de lire, 2004

    Mon papa a peur des étrangers est la seconde fiction qui parle des différences mais l’originalité est que, comme le dit le titre, c’est un adulte qui est raciste. C’est sa petite fille amie avec une camarade de couleur noire qui va lui enlever cette peur. Sur la couverture on voit le papa blanc et le papa noir qui ont les même vêtements, le même panier, le même journal et deux petites filles adorables. Le rôle de la petite fille est primordial car elle pousse son papa à aller de l’avant, à faire face à ses peurs stupides.

    (JPG)
    © Nathan, 2005

    Une autre technique est la sensibilisation avec des questions posées à l’enfant. C’est ce qui est proposé dans Vivre ensemble c’est quoi ? La partie qui concerne le plus le sujet de cette thématique est l’égalité où la grande question est « Sommes-nous tous égaux ? ». Les réponses des enfants aident à réfléchir et à analyser cette question. Car il y a ensemble de réponses qui ne vont parfois pas l’une sans l’autre. C’est une manière originale de philosopher. L’enfant va s’interroger sur l’intelligence, la richesse, l’entraide, le partage. L’auteure fait la différence entre la réalité et la théorie.

    Les photos peuvent accompagner une réflexion. Dans des mots dans les yeux : oui à la différence, dix photos font réagir des enfants de 7 à 10 ans. Tous ces commentaires nous apprennent à regarder différemment le monde humain.

    Une manière, peut-être un peu dure, est de décrire la réalité. Avec Si le monde était un village de 100 personnes les grandes disparités sont plus abordables, compréhensibles pour un enfant. Il apprendra des vérités qui sont difficiles à croire mais qui pourtant décrivent bien le monde d’aujourd’hui. En rapetissant le monde à 100 personnes, l’enfant devrait mieux comprendre tous ces chiffres. Rien qu’avec cela ce livre dénonce beaucoup de problèmes et montre qu’il y a peu de solidarité entre et dans les pays.

    (BMP)
    © Rue du Monde, 2003

    L’énumération fait également partie des techniques utilisées dans la littérature jeunesse. C’est ce que nous propose PEF dans Liste générale de tous les enfants du monde entier. Une page est destinée à un enfant où l’on apprend un élément sur sa vie. Une grande majorité sont des enfants qui habitent en France ce qui montre qu’il y a déjà de grandes disparités entre les enfants d’un même pays : les gâtés, les pauvres, les malades, les maltraités. Seulement quelques uns seront des orphelins de guerre ou seront voués à un mariage forcé.

    (JPG)
    © Les Portes du Monde, 2002

    Le même procédé revient dans Sous le même ciel où une double page correspond à une tranche de vie d’un enfant originaire d’un pays à chaque fois différent. Le point de comparaison est l’école. A certaines pages on ne se rend pas compte du changement de pays car les illustrations se ressemblent. Par exemple pour Londres, Amsterdam ou Paris, c’est le texte qui montre les différences. Ensuite on sent que l’on s’éloigne de l’Europe car il y a de grandes disparités.

    (JPG)
    © Bayard Jeunesse, 2000

    Le dernier livre mélange la fiction et la philosophie. Trois histoires et trois réflexions sont proposées dans Vivre ensemble : les différences. Le fait de poser une question permet une grande participation de l’enfant, il se sent plus concerné. Juliette et son handicap font réfléchir sur « sommes-nous vraiment si différents ? ». L’histoire et le document répondent à la question avec des exemples pour bien comprendre le raisonnement de l’auteur. Puis une mise en situation avec six choix de réactions et les conséquences sur autrui de celle choisie. L’enfant va apprendre à mieux se comporter et à ne pas blesser moralement les autres. La nouveauté dans ce livre est le test et les choix, d’ailleurs aucun n’est le mauvais. A l’enfant de prendre sa décision mais on lui fait comprendre qu’elle sera importante et pourra avoir des effets négatifs ou positifs.

    2. Pourquoi montrer la diversité du monde humain ?

    Ces livres délivrent beaucoup de messages qui, il faut l’espérer, seront compris et entendus par les jeunes lecteurs.

    Dans Vive la France, l’idée est que si l’on rejette des personnes pour leurs origines, on sera rejeté à notre tour. L’idéal pour Lucien serait d’avoir pour amis des clones : « Vous n’êtes pas moi » crie t-il après avoir perdu tous ses amis ; « Lucien resta seul avec l’unique enfant pareil que lui : lui ». Je pense que peu d’enfants voudraient être à la place de Lucien et donc qu’ils ne reproduiront pas son attitude stupide.

    (JPG)
    © Picquier, 2002

    La réalité qui est décrite dans Si le monde était un village de 100 personnes permet de dénoncer beaucoup de disfonctionnements mais surtout qu’il faut vivre tous ensemble en partageant, en s ‘aimant. « accepter les autres tels qu’ils sont » : il y a un réel besoin de faire comprendre cela à nos enfants car les générations précédentes n’ont pas été éduquées avec cette idée donc à eux de faire évoluer dans le bon sens la société. Ce livre était au départ un mail qui a fait le tour du monde.

    Une situation que l’on retrouve souvent de nos jours dans notre société lorsque ce sont les adultes qui ont peur des étrangers. Mais leurs enfants ont de plus en plus des camarades de diverses origines donc ils ne comprennent pas le rejet de leurs parents. Mon papa a peur des étrangers illustre cette situation, à part que la solution finale est un peu trop facile et rapide. L’idée de cette fiction c’est d’expliquer que les personnages vivent dans le même monde, ont des pratiques semblables, c’est juste une couleur de peau qui empêche l’un d’aller vers l’autre.

    (JPG)
    © PEMF, 2004

    Avec Des mots dans les yeux : oui à la différence les photos et les commentaires sont destinés à faire réfléchir l‘enfant et à l’aider à porter un autre regard sur les personnes en marge de la société qu’il croisera à l’avenir. Cet album apporte une grande idée : c’est qu’il existe beaucoup de différences entre chaque personne du monde, qu’il ne faut pas en avoir peur et aller de l’avant pour connaître vraiment nos voisins et les aider si nécessaire. Grâce à ses photos, l’enfant verra peut-être le monde humain d’un autre œil car les commentaires lui auront appris à regarder.

    Les enfants ont peut-être des difficultés à croire que de part le monde d’autres enfants ont des vies différentes aux leurs. Pour se faire une idée La liste générale des enfants du monde entier sera la bienvenue. Il faudra surtout en retenir que quelque soit notre situation, notre pays,, notre couleur de peau, les différences fondent la personnalité de chacun et qu’il est important de ne pas vouloir être entouré de clones.

    CONCLUSION

    À travers cet éventail de livres nous avons pu constater que le thème de la différence est bien présent dans la littérature jeunesse. Les auteurs utilisent autant l’imaginaire que la réalité. Les illustrations sont primordiales et permettent à l’enfant d’ouvrir encore plus son esprit à la compréhension des multiples messages que font passer auteurs et illustrateurs. Malgré tout la présence des parents pour expliquer certains faits abordés dans ces livres est nécessaire.

    Chacun a une responsabilité dans la société et nos enfants marqueront peut-être leur génération pour leur solidarité. Il est donc important de les sensibiliser le plus tôt possible.

    © Claire Deparis, le 9 janvier 2006

    Deust 2 Métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Post-scriptum

    Bibliographie des ouvrages choisis

    BRENIFIER, Oscar. Vivre ensemble c’est quoi ? Paris : Nathan, 2005. (PhiloZenfants). ISBN : 2-09-250613-7

    Textes d’enfants de l’école Vitruve, Paris 20e, instituteur, Gérard Delbet ; photogr. du fonds d’archives de l’agence Magnum photos, idée originale et iconogr., Marie-Christine Biebuyck ; commentés par Albert Jacquard. Oui à la différence. PEMF, 2004 : 41 p. (Des mots dans les yeux). ISBN : 2-84526-293-0

    KAYOKO, Ikeda, LUMMIS, Douglas C. sous la dir. de. Si le monde était un village de 100 personnes. Arles : Édition Philippe Picquier, 2002. N.P. ISBN : 2-87730-620-8

    LENAIN, Thierry, DURAND, Delphine. Vive la France. Paris : Nathan, 1999 : 29 p. ISBN : 2-09-282455-4

    MAROT, Geneviève. HUBER, Danièle. Sous le même ciel. Les Portes du Monde, 2002 : N.P. ISBN : 2-84746-021-7

    PEF. Liste générale de tous les enfants du monde entier. Rue du Monde, 2003 : 161 p. ISBN : 2-912084-83-0

    SCHAMI, Rafik. KONNECKE, Ole. Mon papa a peur des étrangers. Genève : La Joie de lire, 2004. N.P. ISBN : 2-88258-277-3

    Vivre ensemble : Les différences. Paris : Bayard Jeunesse, 2000 : 53 p. ISBN : 2-227-74004-3