Site littérature jeunesse de lille 3

La lutte contre le destin

Par Barbara Laigle
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Sommaire :

    Introduction

    1. Un destin imposé

    1.1 L’annonce

    1.1.1 La découverte du destin 1.1.2 La perception de celui-ci

    1.2 Les questionnements

    1.2.1 ...sur la situation 1.2.2 ...sur son rôle dans cette situation

    2. Le rejet

    2.1 Elaboration d’un plan

    2.1.1 La réflexion isolée 2.1.2 L’aide à l’élaboration du plan

    2.2 Mise en oeuvre du plan

    2.2.1 Mise en cause des repères 2.2.2 Les imprévus

    3. La construction d’une nouvelle vie

    3.1 Les épreuves

    3.1.1 Le parcours initiatique 3.1.2 La corrélation réalité fantastique

    3.2 Le bilan

    3.2.1... sur ce qu’il c’est passée 3.2.2 ... sur l’avenir

    Conclusion

    Introduction

    La littérature jeunesse est de plus en plus riche au fil des ans grâce à la diversité des thèmes qu’elle aborde. L’un des thèmes les plus récurrents de la littérature générale mais aussi jeunesse est « la destinée, le destin ». Beaucoup d’ouvrages nous offrent la possibilité de suivre le parcours d’un jeune héros en quête d’une vie qu’il aurait choisi et non qu’on lui aurait imposée. Certaines œuvres d’Anne-Laure Bondoux nous proposent, en effet, des exemples de luttes contre le destin dans Le destin de Linus Hoppe, La seconde vie de Linus Hoppe ou encore dans La princetta et le capitaine, mais d’autres auteurs comme J.K Rowling et son jeune Harry Potter dans le premier tome : Harry Potter et l’école des sorciers ou encore entre autres Meg Cabot dans Journal d’une princesse en trois tomes nous proposent aussi des exemples intéressants de lutte contre leur destinée. Les protagonistes de ces romans se rendent compte de la vie que l’on cherche à leur tracer, puis après mûres réflexions, imaginent comment ils pourraient s’en sortir, et pour cela ils doivent subir un certain nombre d’épreuves leur offrant enfin la vision de la vie qu’ils souhaitaient. Nous étudierons ces différentes étapes en trois parties : la présentation du destin imposé avec en premier lieu l’annonce de celui-ci puis les questionnements à son sujet, ensuite le rejet de cette vie avec l’élaboration d’un plan et la mise en œuvre de celui-ci, et enfin la construction d’une nouvelle vie par le passage d’épreuves « initiatiques » et un bilan du chemin effectué. 1. Un destin imposé

    Le destin imposé n’est pas toujours personnel, il peut impliquer l’ensemble de la population d’un pays, ou un groupe d’individus. Souvent, celui-ci n’est pas exposé en premier lieu, l’environnement des individus est décrit de façon à pouvoir introduire par la suite chez le lecteur les lecteurs les mêmes réactions que chez le protagoniste.

    1.1 L’annonce

    1.1.1 La découverte du destin

    Au départ, le protagoniste évolue dans un environnement qui lui convient, avec sa famille généralement il est heureux de la vie qu’il mène ou du moins il s’en accommode. Il est souvent entouré d’amis ou de sa famille, qui semblent ne souhaiter que son bonheur. Jusqu’au jour ou il se rend compte qu’il ne pourra pas mener la vie qu’il avait imaginée, on lui impose, alors, un destin tout tracé. Celui-ci se dévoile être prévu depuis un certain temps sans vraiment tenir compte des souhaits du jeune héros. Par exemple, Harry Potter, le héros de J.K Rowling dans Harry Potter et l’école des sorciers, un jeune garçon auquel n cache sa véritable identité pour le soumettre à une vie « normale ». Celui-ci ne découvre son destin premier au moment de ses 11 ans.

    1.1.2 La perception de celui-ci

    Cette annonce, est souvent très mal pris par le protagoniste. Celui-ci ne comprend pas comment il a pu être abusé de cette façon, lui qui pensait que sa famille ou le monde auquel il appartient ne lui voulait que du bien même si ceux-ci peuvent apparaître maladroits, autoritaires ou même détachés. Par exemple dans Le destin de Linus Hoppe d’Anne-laure Bondoux, le héros, Linus, évolue dans une société qui lui paraît parfait jusqu’au jour ou il comprend que les gens qui vivent dans la catégorie en dessous de la sienne vivent à la limite de la misère avec un travail épuisant, il commence alors a entrevoir le destin injuste que propose son pays à certain de ses citoyens même si il a peu de chance d’être touché par celui-ci.

    1.2 Les questionnements

    1.2.1 ...sur la situation

    Cette nouvelle situation suscite chez le héros un certain de nombre question sur la situation comme de savoir si celle-ci pourrait lui convenir, si elle est juste, de qui émane-t-elle vraiment ou même de savoir quelles circonstances l’ont amenées à ce destin. Dans le roman Journal d’une princesse de Meg Cabot, une princesse est mise devant le choix de ces parents, de la marier à alors qu’elle n’est qu’une adolescente. Après avoir appris cela, elle ne réfléchit pas très longtemps pour remette en cause cette décision qui lui paraît injuste et non fondée. Cette réflexion sur la situation amène souvent le héros à se demander quelle place il peut y tenir.

    1.2.2 ...sur son rôle dans cette situation

    Après s’être rendu compte de la situation, le héros se trouve généralement devant plusieurs cas de figure : il pourrait ne pas s’en inquiéter, ce qui est rarement le cas ; il peut se résigner et choisir de faire ce que l’on a décidé pour lui ; il peut également chercher une solution a ce qu’il considère comme un problème. Pour les deux derniers choix, le protagoniste doit se questionner, se remettre en question lui et son environnement : ses parents, ses amis, son pays... Linus, dans Le destin de Linus Hoppe, se pose beaucoup de question pour savoir d’abord si ce qu’il pense être un problème en est vraiment un mais aussi pour savoir s’il a le courage d’intervenir puis pour savoir s’il peut intervenir de n’importe quelle façon que ce soit.

    2. Le rejet

    Après la remise en cause, qui peut durer plus ou moins longtemps, le héros rejette souvent ce que l’on souhaite lui imposer. Pour cela il élabore d’abord un plan puis essaie de le mettre en œuvre avec un succès parfois en dessous de ces espérances.

    2.1 L’élaboration d’un plan

    2.1.1 La réflexion isolée

    Après avoir découvert ce qui l’attend, le protagoniste sait que s’il repousse l’élaboration du plan, il risque d’être pris au piège, de ne plus pouvoir s’en sortir. Le héros sait cela c’est pourquoi il essaie de reculer l’échéance mais finit toujours par réfléchir à ce qu’il peut faire pour s’en sortir. La princesse, du roman La princetta et le capitaine d’Anne-laure Bondoux, après avoir découvert ce qui l’attendait et s’être demandé ce qu’elle souhaiterait comme vie, en vient à réfléchir aux différentes solutions envisageables pour fuir un destin dont elle ne veut pas. Linus élabore, au cours des deux romans : Le destin de Linus Hoppe et La seconde vie de Linus Hoppe, un plan pour dissoudre le système que la société dans laquelle il vie a mis au point pour « parquer » les différentes catégories de personnes

    2.1.2 L’aide à l’élaboration du plan

    Le héros est souvent aidé d’une personne de confiance : un ami, un frère, une sœur... Une fois de l’aide trouvée, il réfléchit à différentes solutions possibles pour tout remettre en cause ou simplement se faire oublier, il pense souvent à la fugue mais il peut aussi envisager un « coup d’état » si la fugue se révèle inutile. Le coup d’état peut être au sein de la famille si c’est elle qui « joue » avec la vie de l’adolescent, celui-ci peut aussi éclater au sein d’une organisation ou d’un gouvernement si le destin est populaire. La princesse, dans le roman La princetta et le capitaine, trouve de l’aide auprès de son précepteur qui l’aide à s’échapper en lui organisant un voyage et en la couvrant auprès de ses parents. Linus, au cours des deux romans d’Anne-laure Bondoux, trouve de l’aide auprès de son meilleur ami puis de sa sœur et enfin de sa grand-mère et de ses parents.

    2.2 Mise en œuvre du plan

    2.2.1 Mise en cause des repères

    La mise en pratique du plan est l’une des étapes les plus difficile de ce parcours initiatique. En premier lieu parce qu’il renverse tous les repères que le jeune héros pouvait avoir, mais aussi car il se met souvent hors la loi et risque donc beaucoup. Par exemple la fugue peut amener à la drogue, la prostitution..., un coup d’état peut donner lieu à des peines de prisons, l’exclusion complète par la société... Linus, du roman d’Anne-laure Bondoux, sait qu’il risque d’être mis en prison c’est-à-dire exclu du système en étant envoyé dans la quatrième sphère s’il se fait arrêter. Le fait d’envisager cela le fait douter un petit peu mais pourtant il choisit tout de même d’entreprendre l’aventure d’une nouvelle vie.

    2.2.2 Les imprévus

    La mise en place du plan peut être assez compliqué à cause des nombreux obstacles, non prévu, qui viennent perturber la vie du jeune héros. En effet le héros s’imagine bien qu’il risque de rencontrer des difficultés, mais celui-ci, peut être dans le but de se rassurer n’imagine en rien ce qui risque de lui arriver. Il imagine quelques difficultés plutôt mineurs mais rien de très grave, il ne les envisages que peu à peu dans son aventures quand il s’aperçoit de ce quoi il a été confronté. Dans le roman La princetta et le capitaine, la princesse s’enfuit grâce à son précepteur et à sa servante elle connaît beaucoup de mésaventures qui l’amènent au milieu d’une guerre puis dans un harem.

    3. La construction d’une nouvelle vie

    Le jeune héros a fuit la vie qu’on a voulu lui imposer pour pouvoir vivre comme il le souhaite, pour cela il va devoir se construire une nouvelle vie avec un nouvel environnement, souvent dans un lieu et avec des personnes qu’il ne connaît pas.

    3.1 Les épreuves 3.1.1 Le parcours initiatique

    La construction de la nouvelle vie est fait de risques qui sont en fait d’autres épreuves dans le parcours initiatique qu’effectue le héros, elles sont parfois même plus dures que l’épreuve de départ, c’est-à-dire la remise en cause de sa vie. Ces épreuves permettent au héros de connaître le monde pour mieux pouvoir y vivre. Ces dernières épreuves se révèlent être celles qui conduisent le héros à sa nouvelle vie. L’exemple de la princesse, dans La princetta et le capitaine, qui traverse le monde et qui dans chaque contrée rencontre un nouveau problème et même un lieu qui n’existait pas sur les cartes avec une épreuve particulière à la personne qui la subit, c’est-à-dire selon son vécu, ses rêves...

    3.1.2La corrélation réalité / fantastique

    Ces différentes embûches sur le passage du héros symbolisent, en un sens, les difficultés que l’on peut avoir à se séparer de se que l’on a toujours connu, pour aller vers l’inconnu même si cela représente un désir et même un besoin profond. Le fait de grandir se révèle aussi être un rejet du destin que nos parents avait imaginé (médecin, avocat...) et pour mûrir il faut prendre un certain nombre de risques qui nous font découvrir le monde comme on ne l’avait jamais vu ni imaginé. Ces épreuves peuvent parler aux jeunes lecteurs parce qu’étant imaginaires elles parlent à tous même dans des situation totalement différentes.

    3.2 Le bilan

    3.2.1... sur ce qu’il c’est passée

    Une fois toutes ces épreuves passées, le héros peut faire un bilan de c qu’il a vécu et en général il en ressort au moins une chose : il a mûrit. Même si souvent il n’arrive pas à la vie dont il a toujours rêvé, il est devenu assez adulte pour revenir sur ce qu’il a fait et apprécier le chemin effectuer et même le résultat. L’enfant est devenu un adulte et, a une vision du monde complètement différente de ce qu’elle a pu être auparavant et avec le recul nécessaire se rend d’autant plus compte de la nécessité de son action même si celle-ci lui a valu un peu plus cher que prévu. Tout se révèle différent de ce qui a été prévu et pourtant le héros est rarement déçu de ce qu’il a vécu.

    3.2.2 ... sur l’avenir

    Le protagoniste ressort généralement fort de ce qu’il a vécu et se sent donc près à affronter l’avenir même si celui-ci n’apparaît pas parfait, son monde n’est jamais reconstruit totalement et il lui reste souvent beaucoup de travail sur lui-même mais surtout sur ceux qui l’entourent. Car après avoir remis en question sa vie et fait le nécessaire pour s’en sortir, il a évolué mais les autres, eux, sont au même point qu’au départ de l’aventure, il lui reste donc a les convaincre d’accepter les changements dans sa vie. Linus, dans La seconde vie de Linus Hoppe, arrive à retourner le système mais à la fin de l’histoire il lui faut aider à la reconstruction du système tout entier pour finir de reconstruire sa vie qu’il a choisie auprès de tous t plus avec l’élite dans la première sphère ou la main d’œuvre dans la deuxième sphère. Conclusion

    Le schéma décrit ici, est utilisé par la plupart des romans sur ce thème. Il permet aux jeunes lecteurs de trouver la marche à suivre pour grandir. Car les différentes épreuves que subit le héros symbolisent les épreuves de la vie pour mûrir et se séparer, au moins un peu, de ce que l’on a toujours connu pour mieux vivre sa propre vie. De plus, ces romans permettent aux lecteurs qui connaissent des difficultés, face à une situation qui leur paraît injuste, de ne pas se sentir impuissant. La littérature jeunesse traitant le sujet de la lutte contre la destinée est intéressante pour les enfants car celle-ci leur permet de se remettre en question eux-mêmes ainsi que leur vie sans pour autant leur dicter « la » bonne conduite à suivre. En effet, ces romans ne donne pas de morale ni de chemin à suivre, ils exposent les différentes solutions qui s’offrent au héros et seulement celle qui apparaît comme la plus juste est alors choisie par el héros et s’avère souvent être le meilleur choix possible même si l’on ne sait pas exactement comment aurait pu évoluer la situation selon les différentes solutions.