Site littérature jeunesse de lille 3

La charme, de Jean-François Chabas

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Trois adolescents dans une cité. Il y a Tsen, dit "la charme" parce qu’il plaît à toutes les filles, Jo (Johaninho) le narrateur, et Daniel "Tape-l’incruste". Trois adolescents très différents mais pourtant amis. J’ai vraiment aimé ce livre. Non pas pour l’intrigue en elle-même (le coup de foudre de Tsen pour une droguée et ses efforts pour l’aider à s’en sortir), mais pour la vision nuancée de la cité que l’auteur nous trace à travers elle.

    (GIF)

    Une cité très différente de celle que peut nous décrire le JT. Ici, pas de voitures qui flambent, peu de bagarres, juste un lieu triste et gris "un coin naze qui pue le ciment moisi". Un lieu clos aussi, dont il est difficile de sortir, par manque d’argent bien sûr, mais aussi par attachement pour le lieu où l’on a grandi et où "ton enfance te retient comme un élastique".

    Jamais manichéen Jean-François Chabas dresse ici une description toute en nuances de la vie dans les cités. Le style, proche de l’oral est très prenant : narration à la 1ère personne (c’est Jo qui raconte), rythme rapide, élision, verlan, argot... Comparable, à mon avis, à Djamila, de Jean Molla (Grasset jeunesse, 2002) avec une approche moins sombre.

    Voici un extrait, un peu long mais je n’ai pas eu le courage de faire des coupures : "En fait, si t’as une chance de mourir en cité, c’est plutôt d’ennui, de manque de thunes, et la cervelle bouffée par le béton. Moi je dis, et je sais que si tu crèves c’est du gris que t’as partout autour de toi, et qui finit par t’entrer dans la peau. Comment je vois les choses, c’est que jusqu’à vingt ans, ou un peu plus si t’es résistant, t’essaies de déconner, de mettre une pincée de dawa pour te montrer à toi-même que tu bouges encore. Après, t’es rattrapé par les ans, qui pèsent sur toi comme un sale manteau, et au fur et à mesure tu perds tes couleurs, celle de l’enfance, et tu deviens pile comme les adultes auxquels tu t’étais juré de ne pas ressembler, quand tu les voyais si abîmés tout plats à force d’être écrasés ».

    par Juliette Magnier

    Chabas, Jean-François. La charme. Ecole des Loisirs, 2005. (Médium). ISBN 2211078192