Site littérature jeunesse de lille 3

BABAR : confidences à Sophie

Il était une fois...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    C’est moi Babar, le roi des éléphants ! Vous avez déjà tous entendu cette chanson, j’en suis sûr ! Mais connaissez-vous réellement mon histoire ?

    IL ÉTAIT UNE FOIS... BABAR

    TOUT A COMMENCÉ UN SOIR D ÉTÉ...

    JPG - 61.9 ko

    Tout a commencé un soir d’été 1930 dans une grande chambre de Chessy, grâce à Cécile de Brunhoff, "ma mère". Je dis grâce car sans elle je ne serais certainement pas là aujourd’hui ! Cécile était pianiste, mère de deux enfants, Laurent qui avait 5 ans et Mathieu, 4 ans. Après avoir épuisé tous les contes classiques pour endormir ses petits, elle inventa, un soir d’été, l’histoire d’un petit éléphant fuyant la jungle et les chasseurs qui venaient de tuer sa maman. Eh oui ! C’est le début de mon histoire, mes aventures ont commencé après que ma mère fût tuée par des chasseurs. Cela remonte à bien longtemps déjà !... Je fête mes 75 printemps cette année ! Je vous réserve d’ailleurs une montagne de surprises.

    Je suis donc né de l’imagination de Cécile. Jean de Brunhoff, son mari, décida alors grâce au succès de mon évolution auprès de ses enfants, de faire mes illustrations. C’est en 1931 que sortit mon premier album !

    LA RENCONTRE AVEC LA VIEILLE DAME

    Au début, cela n’a pas été facile de quitter la jungle, mais ayant perdu ma maman et les chasseurs me poursuivant, je n’ai pu faire autrement. J’avais envie de commencer une nouvelle vie. La jungle était devenue trop dangereuse et je ne pouvais continuer à vivre dans la peur. J’ai donc rejoint la ville, je pensais que j’allais y être en sécurité ! (Je me rends compte aujourd’hui que les villes ne sont plus si insouciantes que cela !). Paris ! Quel merveilleux endroit ! C’est d’ailleurs là-bas que j’ai fait la rencontre fabuleuse avec la vieille dame. Après avoir été introduite par Cécile, Jean de Brunhoff commença à la modeler en partie sur sa femme. Laurent m’a même confié que son nez de Pinocchio n’était pas le sien mais qu’en revanche ses chignons et ses chapeaux étaient typiquement ceux de Cécile. Eh oui ! C’est une grande affaire de famille Les aventures de Babar ! Après la mort de Jean, c’est Laurent qui a pris la relève en respectant les désirs de Jean. Il a perpétué la tradition en la modernisant tout an gardant les origines du personnage.

    La vieille dame était très douce avec moi, c’est grâce à elle que j’ai connu le succès à Paris. Vous devez penser que la relation entre un jeune homme comme moi et une vieille dame est déplacé ? Mais ce n’était pas un problème pour moi ni pour elle. Il est vrai que j’ai longtemps était entretenu par la vieille dame mais plus elle m’entretenait, plus elle était heureuse. Elle était à la fois ma confidente et le substitut de ma mère. C’est la parent idéal que tout le monde rêverait d’avoir. On ne peut pas ne pas l’aimer ! Grâce à elle, vous l’avez peut-être découvert lors de mes aventures, je suis passé de la station "animal" à quatre pattes à la station debout.

    En effet, la vieille dame m’a appris les habitudes du monde humain. Je devins alors de plus en plus coquet et je savais que dans ce monde, si on voulait être reconnu, il fallait avant tout se procurer "des objets". (Le monde des humains est de plus en plus matérialiste d’ailleurs). Je me souviens de ma première rencontre avec la vieille dame qui était très riche ! Je me baladais dans Paris près de la place de l’Opéra et je regardais les vitrines de vêtements. Je savais bien que c’était hors de prix pour moi mais je trouvais ce costume magnifique et je me voyais bien le porter ! A peine sorti de la jungle, cela me paraissait impossible et alors que la vieille dame passait par là, elle comprit tout de suite que j’avais envie d’un bel habit. Elle aime faire plaisir, c’est dans sa nature ! Me voyant devant la vitrine, elle m’a donné son porte-monnaie. J’étais aux anges, c’était la première personne à me tendre la main. Depuis ce jour, elle m’a emmené chez elle et elle est devenue, à mon grand plaisir, ma fidèle protectrice pour toujours.

    Je pense toujours à elle. J’ai quitté sa grande maison, calme et reposante, qui ressemblait à la maison des Brunhoff, il y a bien longtemps...

    Un jour, Arthur et Céleste, mes cousins, sont venus me rendre visite à Paris. Ce qui m’a tout d’abord frappé, c’est qu’ils ne portaient pas d’habits... De plus en plus "humanisé", je trouvais cela très drôle et j’étais fier de voir l’évolution entre eux et moi. Ils voulaient savoir ce que j’étais devenu depuis que maman avait été tuée par les chasseurs. Ils étaient très surpris de voir l’allure que j’avais et j’en étais très fier ! Céleste était très belle, aimable et elle avait le sens de l’humour. Quant à Arthur, plus malicieux, ça n’existait pas. Il a un sourire attachant, des yeux brillants et une attitude ouverte des plus joyeuses ! Après tout ce temps auprès de la vieille dame, je songeais à partir rejoindre les miens, ma culture, refaire ma vie. En plus, les mamans d’Arthur et Céleste débarquèrent chez la vieille dame, mécontentes que ceux-ci soient partis sans prévenir, si loin, en s’étant humanisés.

    Nous sommes donc tous rentrés à la jungle. J’étais triste de quitter la vieille dame, elle aussi mais nous savions tous les deux que nous allions nous revoir.

    DE RETOUR DANS LA JUNGLE, MON TRIOMPHE ET MON MARIAGE

    Et me voilà de retour dans la jungle. J’appréhendais de revoir la forêt, les chasseurs, mes amis mais l’attention d’Arthur et de Céleste, la joie de retrouver mes racines, de montrer aux autres ce que j’étais devenu... furent plus forts que tout. Nous étions heureux de retourner ensemble chez nous.

    Notre retour fit un tabac, cela avait été magnifiquement orchestré. De plus, le roi ayant été tué par empoisonnement, tout le monde se mit d’accord pour faire de moi le nouveau roi. Mon humanisation fut très appréciée dans la jungle, j’avais beaucoup appris chez les humains : les bonnes manières, l’élégance, la politesse, marcher debout, manger avec des couverts... Tout cela à l’image des valeurs de la famille de Brunhoff.

    Peu après mon retour, nous avons décidé de nous marier, Céleste et moi. C’est une épouse parfaite car elle aussi marche debout, s’habille bien et en plus elle a même dîné à Paris ! Je savais que nous nous distinguions des autres éléphants. (Je me permets de vous rappeler par ailleurs que l’éléphant est un des mammifères des plus intelligents...). En effet, nous avions assimilé les mœurs des hommes, contrairement aux autres, ce qui équivaut chez les psychanalystes au processus de maturation des enfants qui deviennent des adultes. Vous pouvez appeler cela comme vous voulez mais nous étions très heureux de vivre comme cela. J’allais épouser Céleste !!!

    Le mariage fut superbe. Nous étions tous les deux très élégants, nos costumes nous allaient à ravir, la réception fut merveilleuse et les invités impeccables. Ce mariage fut digne d’un conte de fée et d’un grand roi. Tous ont dansé au son d’un orchestre de singes des plus chics avec le plus beau des décors !

    ZÉPHIR, POM, FLORE, ALEXANDRE ET ISABELLE

    En parlant de singes, il faut que je vous parle de Zéphir, c’est un de mes plus vieux amis. Je le considère comme un des membres de la famille. Ah ! Zéphir, j’en ai fait de bonnes avec lui ! C’est le premier à entraîner Arthur et les enfants dans les aventures les plus folles mais je sais que je pourrai toujours lui faire confiance pour les enfants et les ramener en toute sécurité.

    Eh oui ! J’ai quatre merveilleux enfants : Pom, Flore, Alexandre et Isabelle. Ils ont tous de mon caractère, malicieux et aventurier à la fois, et de la gentillesse et de la naïveté de Céleste. Ce sont vraiment des enfants merveilleux.

    Pom, lui, est le leader des enfants. Il est le plus grand de la bande. Il est très protecteur envers ses frères et sœurs bien qu’il aime souvent se joindre à Alexandre pour taquiner ses sœurs.

    Flore aime s’amuser et elle est pleine de volonté. Que ce soit construire des maisons dans les arbres, glisser sur la rampe du Palais ou encore nous préparer un petit déjeuner, elle adore ça ! Flore est une jeune fille très active !

    Alexandre est plus petit. Il est toujours l’initiateur de chaque jeu ! Il est aussi d’une naïveté désarmante face aux bêtises qu’il provoque.

    La petite dernière, Isabelle, est un bébé tout à fait extraordinaire. Très tôt, elle nous a déjà surpris. Elle a su très vite marcher, parler, faire des patins à roulettes. Bref, elle fait tout ce qui est possible pour être avec les triplés ! Pom, Flore et Alexandre sont enchantés de leur petite sœur. Chacun, au royaume, admire Isabelle pour son caractère indépendant.

    CÉLESTEVILLE, MON ROYAUME

    Un royaume de paix, de justice, de tolérance et de joie de vivre

    D’ailleurs, je pense que j’ai réussi mon royaume. Grâce à ma couronne et à ma volonté de créer un endroit magnifique, j’ai su faire de Célesteville un merveilleux royaume où règne la paix, la tolérance et la joie de vivre. En effet, j’ai développé Célesteville où les cases identiques et le bureau de l’industrie font l’éloge d’un système très enrégimenté et quasi "féodal" diront certains, avec une légère allusion au socialisme. On peut penser que ce royaume est empirique, voire dictatorial mais je suis fier de ce que j’ai développé et de ce que je suis devenu. Le système fonctionne très bien et c’est tant mieux. Mes heureux travailleurs ne s’en sont jamais plaint et chacun possède une petite maison, identique à celle du voisin, certes mais très coquette. Ils s’activent sous ma conduite, il est vrai que je suis leur seul et unique chef bienveillant.

    Qui aurait cru, lorsque je suis arrivé sur Paris, que je dirigerais ce royaume qui est le mien ? !

    Les idéaux de Monsieur de Brunhoff

    Je suis sûr, en fait que Monsieur de Brunhoff y croyait. Il était favorable au socialisme du front populaire et appartenait à cette fraction de l’intelligentsia de l’époque qui idéalisait le concept du « plus grand bien pour le plus grand nombre ». Même s’il était moins concerné par la politique, je pense qu’il a su m’insuffler ses idéaux, inconsciemment. D’ailleurs, je l’en remercie car son concept fonctionne très bien à Célesteville.

    Bien entouré dans mon royaume

    Je suis très bien entouré dans mon royaume... La vieille dame est venue s’installer à Célesteville dans une maison que je lui ai construite. Nous nous manquions mutuellement et près de nous elle a continué à prendre soin de nous.

    En plus de la vieille dame, Cornélius, le plus vieux sage des éléphants de Célesteville me soutient. C’est mon plus fidèle conseiller qui m’a beaucoup aidé pour faire face au général Ratxès des rhinocéros (qui, je l’avoue, me crée beaucoup de soucis !). Très sérieux, Cornélius m’accompagne également dans les visites d’états, pour organiser des parades à Célesteville. Vous pouvez le croiser quand il ne travaille pas, dans les champs, il chasse les papillons !

    75 ANS D’AVENTURES !

    Comme je vous le disais, je fête mes 75 printemps en cette année 2006 !

    Après m’avoir éduqué comme un de leurs propres enfants, transmis les valeurs familiales et universelles, les de Brunhoff m’offrent un majestueux anniversaire. Amitié, sagesse et gentillesse, respect des autres et de l’environnement ont toujours été mes leitmotivs. C’est pourquoi, je suis actuellement le personnage favori des mamans et des enfants. Je vous invite donc tous à partager ce moment avec moi.

    Afin de vous remercier pour cette fidèle admiration et ce soutien admirable, je vous convie au salon du timbre où la Poste déroule le tapis rouge spécialement pour nous, en nous dédiant un timbre anniversaire diffusé à plus de 17 millions d’exemplaires ! Il y en aura donc pour tout le monde !

    De plus, une nouvelle ligne de produits "collectors", fait le bonheur de tous les fans ! Au moment de Noël, je vous retrouverai dans les plus grandes enseignes qui ont élaboré de nombreux événements inédits ! Eh oui ! Malgré mes 75 ans, je suis toujours aussi dynamique et j’ai toujours la fougue et l’insouciance d’un éléphanteau.

    De plus, je vous attends dans une toute nouvelle série d’animations en 3D qui arrivera sur les écrans en 2007. Vous n’êtes pas près de m’oublier !

    A très vite, dans de nouvelles aventures et qui sait, à l’occasion de mon centenaire...

    Confidences de Babar à Sophie MEKAHLI, décembre 2006

    L1 HSI, UFR Langues et Culture Antiques

    Forum de l'article : 3 contribution(s) au forum

    BABAR à Sophie, Par : TATIE, 2 janvier 2009
    MERCI POUR CE TRAVAIL... MAIS LA VIEILLE DAME A T ELLE UN PRENOM ?? PAR AVANCE MERCI
    BABAR à Sophie, par Christian Loock, 7 janvier 2009
    Non, la vieille dame n’a pas de prénom, les auteurs (Jean et Laurent) l’appellent seulement La vieille dame
    Retour au début des forums
    BABAR à Sophie, 5 avril 2007

    c’est un travail merveilleux et plein de sentiment. On revit réellement l’histoire de Babar !! C’est génial, et très complet. J’en suis toute ébahie ! smiley

    Ps : je te kiffe a donf ! smiley

    Retour au début des forums